Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole chute, face aux craintes sur la demande

prix-du-petrole New YorkNew York: Le pétrole a fini en forte baisse mardi à New York, victime d'inquiétudes renouvelées sur la demande mondiale après l'annonce d'un nouveau ralentissement de la croissance chinoise et une publication peu encourageante du Fonds monétaire international (FMI).
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février, dont le contrat expire aujourd'hui, a cédé 2,30 dollars à 46,39 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), non loin de son plus bas niveau depuis mars 2009.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour mars, désormais le plus échangé, a clôturé à 47,99 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 85 cents par rapport à la clôture de lundi.

La journée d'hier était fériée aux Etats-Unis, et, au moment où les investisseurs reviennent sur le marché, une nouvelle institution financière a abaissé ses prévisions sur la croissance mondiale, a noté Gene McGillian de Tradition Energy.

En effet, le FMI a prévenu que la chute des cours ne suffirait pas à soutenir durablement l'économie mondiale, quelques jours après un rapport semblable de la Banque mondiale, et a réduit ses prévisions de croissance par rapport à ses projections d'octobre.

De plus, des chiffres médiocres sont venus de Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole, où l'on craint un ralentissement de l'économie, a ajouté Gene McGillian.

Selon des chiffres officiels, la Chine a vu sa croissance économique ralentir fortement en 2014, glissant à un niveau inédit depuis près d'un quart de siècle, à 7,4% du produit intérieur brut (PIB).

- Rebond peu probable -

Si les inquiétudes du marché se concentrent sur la demande, aucun élément ne vient alléger les préoccupations sur l'offre, dont le niveau excessif a contribué à une chute de plus de moitié du prix du baril de brut depuis juin.

Les investisseurs étaient nerveux après des propos du ministre iranien du Pétrole sur l'éventualité d'un baril à 25 dollars, a noté Gene McGillian.

De plus, l'Irak a annoncé avoir produit quatre millions de barils par jour (en décembre), ce qui renforce l'impression de voir arriver en peu de temps plus de pétrole brut sur le marché que prévu, a rapporté Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

L'Irak et l'Iran figurent parmi les principaux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui a accentué la chute des cours en novembre en maintenant son plafond de production inchangé.

Egalement pénalisé par la force persistante du dollar, dans lequel sont libellés les échanges, le marché a dans l'ensemble peu de chance d'assister à un rebond durable à court terme compte tenu de l'excédent considérable de l'offre, ont prévenu les analystes de Commerzbank.

La chute des cours continue par ailleurs à affecter l'industrie, comme le groupe américain de services pétroliers Baker Hughes, qui va supprimer 7.000 emplois dans le monde, et le français Total, qui a annoncé une réduction de ses investissements et une restructuration de ses activités de raffinage en Europe.

Sur le plan macroéconomique, au Canada, une organisation proche du patronat, le Conference Board, a prévenu que la province de l'Alberta, moteur économique du cinquième producteur mondial, risquait de plonger en récession en 2015.

bur-jdy/jld/nas

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

BAKER HUGHES

TOTAL







Commenter Le pétrole chute, face aux craintes sur la demande


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

vendredi 22 septembre 2017 à 08:25

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, les investisseurs attendant une rencontre entre des représentants de...

jeudi 21 septembre 2017 à 21:21

Le pétrole termine en baisse à New York avant une réunion de…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a fini en légère baisse jeudi à la veille d'une rencontre...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite