Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole tente un rebond malgré les commentaires de membres de l'Opep

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole restaient sous pression mardi en fin d'échanges européens, après de nouveaux commentaires des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) confirmant la volonté du cartel de ne pas réduire sa production.
Vers 17H30 GMT (18H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 47,17 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,53 dollars par rapport à la clôture de lundi. En fin de matinée, la référence européenne du brut est tombée à un nouveau plus bas depuis mars 2009, 46,39 dollars le baril.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 59 cents à 45,48 dollars. Le WTI a atteint mardi son minimum depuis mars 2009, à 44,20 dollars.

Les investisseurs observaient avec une angoisse accrue le plongeon quasi-ininterrompu des cours du pétrole, au lendemain de la révision en baisse de leurs prévisions de prix pour le brut par une série de banques.

Les prix du pétrole baissent et au même instant les analystes baissent leurs estimations pour coller aux cours actuels, entraînant les prix dans une spirale baissière, observait Jasper Lawler analystes chez CMC Markets.

Mais les cours du pétrole se sont repris légèrement en fin d'après midi après avoir atteint de nouveaux plus bas, malgré de nouveaux commentaires d'officiels de l'Opep sur l'impossibilité d'une intervention du cartel sur les prix du pétrole, en baissant sa production.

On ne peut plus continuer à protéger un certain (niveau des prix), a déclaré le ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis, Suhaïl Mazroui, lors d'un forum sur l'industrie pétrolière à Abou Dhabi, en parlant de l'Opep.

Nous avons connu une surproduction, venant essentiellement du pétrole de schiste, et cela doit être corrigé, a-t-il souligné, devant le Gulf Intelligence UAE Energy Forum.

Le ministre koweïtien du Pétrole, Ali al-Omaïr, a lui aussi attribué la dégringolade des cours à une surproduction d'environ 1,8 million de barils par jour combinée au ralentissement de l'économie mondiale.

Le ministre koweïtien a d'ailleurs écarté la tenue d'une réunion d'urgence de l'Opep pour envisager une réduction de la production.

De toutes les façons, selon M. Omaïr même si l'organisation procédait à une réduction de quelque 500.000 barils par jour (bj) de sa production ou même d'un million de barils par jour (mbj) cela ne suffirait pas à calmer le marché car elle ne sera même pas égal à la surproduction qui existe actuellement sur la marché.

Si on réduit dans ces proportions, cela ne va pas calmer le marché. Alors on n'a qu'à attendre et voir, a dit le ministre koweïtien.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro en visite à Alger mardi a lui aussi affirmé qu'il n'y aurait pas de sommet des membres de l'Opep dans les prochaines semaines pour tenter d'enrayer la chute des prix du pétrole. Même si cette stratégie affaiblit considérablement l'économie du pays.

L'agence de notation financière Moody's a d'ailleurs annoncé mardi avoir abaissé de deux crans à Caa3 la note de dette du Venezuela, estimant que le risque de faillite de cet important producteur de pétrole avait nettement augmenté.

La décision de l'Opep a enseigné une leçon aux marchés: (une baisse de production de) l'Arabie saoudite et de l'ensemble du cartel ne doit plus être considérée comme acquise. Le développement de projets pétroliers à n'importe quel prix devra être surveillé de plus près maintenant que l'Arabie saoudite ne joue plus le rôle de stabilisateur des prix, commentaient les analystes d'Energie Aspect.







Commenter Le pétrole tente un rebond malgré les commentaires de membres de l'Opep


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

lundi 18 septembre 2017 à 12:39

Le pétrole évolue sans grande direction après une forte haus…

Londres: Les prix du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en cours d'échanges européens, mais restaient tout de même proche de...

lundi 18 septembre 2017 à 06:09

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, mais les gains étaient limités par de nouvelles inquiétudes...

vendredi 15 septembre 2017 à 21:09

Face au seuil des 50 dollars, le pétrole new-yorkais fait du…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York, en forte hausse au cours des séances précédentes, se sont heurtés...

vendredi 15 septembre 2017 à 18:06

Le pétrole stable, en nette hausse sur la semaine

Londres: Les cours du pétrole restaient stables vendredi en fin d'échanges européens, les marchés reprenant leur souffle après quatre séances d'affilée de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite