Menu
RSS
A+ A A-

Les producteurs de pétrole non-OPEP mis à l'index pour la chute des cours

Prix du pétrole Emirats Arabes Unis abou dhabiAbou dhabi: Des monarchies pétrolières du Golfe ont accusé dimanche des pays non-membres de l'Opep d'avoir provoqué, par un excès de production, l'effondrement des cours du brut mais se disent confiantes que les prix vont rebondir.
Les cours de l'or noir ont perdu environ 50% de leur valeur depuis la mi-juin, grevés par l'abondance de l'offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale.

Une des principales raisons (de la chute des prix) est la production irresponsable de certains producteurs hors de l'organisation (de l'Opep), dont certains sont de nouveaux venus sur le marché, a accusé le ministre émirati l'Energie, Suhail al-Mazrouei, à l'ouverture à Abou Dhabi d'un forum sur l'énergie.

Il a prévenu que les pays producteurs allaient supporter, en raison de l'effondrement des cours, un fardeau économique majeur mais il a défendu comme correcte la décision de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de maintenir inchangé son plafond de production.

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, dont le pays est le premier exportateur mondial de pétrole, s'en est pris lui aussi aux pays non-membres de l'Opep.

La chute des prix est due en partie à un manque de coopération de la part des principaux producteurs hors Opep, à des informations erronées et à la cupidité des spéculateurs, a-t-il martelé devant les participants.

Il a ajouté que ces producteurs hors Opep finiraient par réaliser l'importance de la coopération pour assurer des nouveaux prix équitables.

Le ministre saoudien a prédit que les producteurs à coûts élevés ne vont pas continuer à augmenter leurs extractions, dans une claire allusion au pétrole de schiste et des sables bitumeux en Amérique du nord.

M. Mazrouei a défendu la décision de l'Opep fin novembre à Vienne de maintenir à 30 millions de barils par jour (mbj) le plafond de production malgré les appels à une réduction de l'offre pour inverser la courbe baissière des prix.

La décision de l'Opep, destinée à donner du temps aux marchés pour se rééquilibrer, est correcte, stratégique et utile pour l'économie mondiale, a-t-il dit. Elle va conduire à la stabilité des prix.

M. Nouaïmi est aussi confiant dans un rebond des prix.

Je suis convaincu que les marchés pétroliers vont se reprendre et que les prix vont remonter, a-t-il dit.

Le ministre qatari de l'Energie, Mohamed al-Sada, a aussi fait preuve d'optimisme en parlant d'une correction temporaire des cours du brut.

Mais il a averti que les prix bas actuels pourraient affaiblir l'investissement, limitant ainsi la capacité de production face à une croissance future de la demande. La demande croissante sur l'énergie nécessite d'énormes investissements, a-t-il déclaré.

- Pas de complot saoudien

M. Nouaïmi a par ailleurs rejeté des allégations sur un complot saoudien qui consisterait à pousser les prix vers le bas à des fins politiques, soulignant que la politique pétrolière de son pays était fondée sur des principes purement économiques.

Récemment, certaines analyses et informations ont parlé d'un complot saoudien politiquement motivé, utilisant le pétrole et ses prix contre tel ou tel pays. C'est sans fondement, a-t-il souligné.

La Russie et l'Iran, membre de l'Opep, dont les économies dépendent largement de leurs recettes pétrolières, ont évoqué un complot tendant à maintenir des prix bas sur les marchés pétroliers.

Les cours du pétrole coté à New York ont fortement rebondi vendredi, dernier jour ouvrable de la semaine, le marché tentant de trouver un équilibre dans un contexte d'inquiétudes persistantes sur l'excédent d'offre.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier, a pris de 2,41 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 56,52 dollars, effaçant totalement sa chute de la veille à des niveaux de clôture sans précédent depuis début mai 2009.

L'impact de la dégringolade des cours s'annonce sévère pour les six monarchies du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman), qui pompent 17,5 millions de barils par jour (mbj). Elles devraient perdre la moitié de leurs pétrodollars, soit quelque 350 milliards de dollars par an, aux prix actuels.







Commenter Les producteurs de pétrole non-OPEP mis à l'index pour la chute des cours


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 18 janvier 2018 à 06:45

Le pétrole continue de monter en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de monter jeudi en Asie, favorisés par des estimations jugées positives sur les stocks de brut...

mercredi 17 janvier 2018 à 21:21

Le pétrole soutenu à New York par la vague de froid frappant…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole new-yorkais a terminé en légère hausse mercredi, profitant des effets d'une vague de froid qui...

mercredi 17 janvier 2018 à 18:44

"Pétrole contre nourriture": la condamnation de To…

Paris: Sanction d'une "corruption" ou un "jugement moral"? La Cour de cassation a examiné mercredi le recours du pétrolier Total, condamné en...

mercredi 17 janvier 2018 à 18:09

Le pétrole se reprend dans un marché hésitant face à la prod…

Londres: Les cours du pétrole remontaient mercredi en fin d'échanges européens dans un marché proche de ses récents sommets mais qui peine...

mercredi 17 janvier 2018 à 15:31

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production augment…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait légèrement à l'ouverture mercredi, dans un marché hésitant sur la direction à suivre après...

mercredi 17 janvier 2018 à 12:24

Le pétrole recule, le spectre de la production américaine re…

Londres: Les prix du pétrole reculaient encore mercredi en cours d'échanges européens alors que les marchés s'inquiètent de voir la production américaine...

mercredi 17 janvier 2018 à 05:38

Le pétrole continue de baisser en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient mercredi en Asie, les marchés s'inquiétant d'une augmentation de la production américaine de pétrole de schiste...

mardi 16 janvier 2018 à 20:59

Le pétrole fait une pause après une rapide envolée

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais et londonien ont terminé en baisse mardi après avoir atteint leur plus haut niveau...

mardi 16 janvier 2018 à 18:46

L'Algérien Sonatrach va raffiner une partie de son brut à l…

in amenas (algérie): Le groupe pétrolier national algérien Sonatrach a signé un accord avec le géant suisse du négoce pétrolier Vitol, afin...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite