Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole grimpe légèrement mais devrait poursuivre sa spirale baissière

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole marquaient une légère hausse lundi en cours d'échanges européens, aidés par la fermeture de terminaux pétroliers en Libye, mais l'excédent d'offre pèse toujours sur les cours alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) campe sur ses positions.
Vers 11H05 GMT (12H05 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 62,40 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 55 cents par rapport à la clôture de vendredi. Pendant les échanges asiatiques lundi, le baril de Brent a atteint son plus bas niveau depuis le 13 juillet 2009, à 60,28 dollars.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 26 cents à 58,07 dollars. La référence américaine du brut est tombée à son plus bas niveau depuis le 18 mai 2009, lundi en cours d'échanges asiatiques, à 56,25 dollars le baril.

Les cours du pétrole ont rebondi en cours d'échanges asiatiques après l'annonce de la fermeture de deux terminaux pétroliers en Libye, selon les experts de Commerzbank.

Ce weekend, la compagnie pétrolière nationale de Libye a déclaré le statut de +force majeure+ sur les chargements aux ports de Es Sider et de Ras Lanouf, ajoutait David Hufton, analyste chez le courtier PVM.

Fajr Libya, une coalition de milices islamistes, a lancé samedi une attaque à partir de trois axes pour prendre le contrôle de la région d'Al-Hilal, qui comprend les terminaux d'Al-Sedra, Ras Lanouf et Brega. Ses combattants ont été repoussés par les forces pro-gouvernementales qui bénéficiaient d'un soutien aérien.

Mais la surabondance de l'offre va continuer à peser sur les prix de l'or noir à court et moyen termes, alors que l'Opep campe sur sa position de ne pas intervenir sur les marchés pétroliers en baissant son objectif de production.

L'Opep a conservé son plafond de production inchangé à 30 millions de barils par jours lors de la dernière réunion du cartel en novembre, propulsant les cours du pétrole dans une spirale baissière

Lors d'une conférence à Dubaï dimanche, le secrétaire général de l'Opep Abdallah al-Badri, a défendu la stratégie du cartel, estimant que l'écart entre l'offre et la demande n'expliquait pas l'effondrement des cours.

Nous voulons connaître les raisons réelles qui ont conduit à une telle chute des cours du brut, a ajouté le secrétaire du cartel. Si la chute se poursuit, selon M. Badri, cela signifiera que la spéculation contribue fortement à pousser les prix à la baisse.

A la conférence de Dubaï (...) le secrétaire général de l'Opep a affirmé que la politique du cartel n'était pas dirigée contre d'autre producteurs, comme les États-Unis, la Russie ou l'Iran. Le ministre du pétrole du Koweït a eu une position plus directe, disant que l'Opep avait un intérêt à défendre ses parts de marché, commentaient les analystes de Commerzbank.

Le ministre de l'énergie des Émirats Arabes Unis, Suhail al-Mazrouei, est allé plus loin en disant que l'Opep pourrait accepter une baisse des prix jusqu'à 40 dollars le baril et ne considérer la possibilité d'une réunion extraordinaire du cartel seulement dans trois mois, ajoutaient les analystes de Commerzbank.

En déclarant que le cartel est prêt à supporter un prix du baril à 40 dollars, un nouvel objectif a été donné explicitement aux investisseurs. Le point bas du marché n'est donc pas encore atteint, notait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Même si la stratégie de l'Opep risque de créer de fortes tensions au sein même du cartel, on voit mal en l'état actuel quel levier le Venezuela, mais également l'Algérie, vont bien pouvoir actionner pour faire infléchir la position de l'Arabe saoudite, précisait M. Dembik.

L'économie du Venezuela, qui militait en faveur d'une baisse de la production du cartel en amont de la dernière réunion de l'Opep, est très fragilisée par la baisse des prix du brut, selon les analystes.







Commenter Le pétrole grimpe légèrement mais devrait poursuivre sa spirale baissière


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite