Menu
RSS
A+ A A-

La chute du cours du pétrole, une menace pour les producteurs les plus fragiles

prix-du-petrole caracasCaracas: Ils ont du pétrole, mais pas les finances des pays du Golfe pour résister à une chute des cours : Venezuela, Nigeria, Russie et Iran sont les parents pauvres de la production de brut, fragilisés dès que les prix baissent.
Si l'Opep a décidé de maintenir sa production, entraînant une nouvelle dégringolade du baril, c'est uniquement sous la pression de ses puissants membres du Golfe, qui veulent enrayer l'essor du pétrole de schiste.

Les autres producteurs souhaitaient faire repartir les cours car leurs budgets sont entièrement construits autour de cette matière première et, à l'inverse des pays du Golfe, ils n'ont en général pas de fonds souverains pour amortir les variations des prix.

La décision de l'Opep augmente les risques de troubles dans les pays membres qui n'ont pas les réserves financières nécessaires pour résister à cette guerre des prix, observe James Williams, économiste spécialisé dans l'énergie chez WRTG Economics, et c'est clairement un désastre pour le Venezuela.

Les exportateurs de pétrole comme le Venezuela et le Nigeria ont besoin d'un cours supérieur à 100 dollars par baril pour que leur budget national soit équilibré, précise la maison de courtage Xzarnikov.

Mais le baril, à Londres comme à New York, est passé sous les 70 dollars.

- Risque de défaut -

Le Venezuela, perçu comme le plus fragile des producteurs de pétrole, a annoncé dès vendredi des coupes budgétaires.

Même s'il abrite les plus importantes réserves de brut au monde, ses finances sont en piteux état car il dépend fortement de ses revenus pétroliers, qui apportent 96% de ses devises.

La chute des prix du pétrole rapproche encore plus le Venezuela du défaut de paiement, juge David Rees, analyste de Capital Economics, car le gouvernement n'a pas d'économies provenant du boom des prix du pétrole dans la dernière décennie.

Même inquiétude de la part d'Oliver Jacob, analyste chez Pétromatrix : Venezuela est le plus faible maillon de la chaîne et les possibilités de désordre civil dans ce pays en 2015 augmentent.

J'ai l'impression qu'il va y avoir plus de conflictivité sociale, car il y aura plus de récession, plus d'inflation, plus de pénurie, renchérit José Guerra, ancien cadre de la Banque centrale du Venezuela.

Autre pays en première ligne, le Nigeria. Le gouvernement a pris des mesures dans la panique, dont une forte dévaluation du naira, la monnaie locale, outil aussi utilisé au Venezuela avec le bolivar, raconte à l'AFP le professeur Peter Ozo-Eson, secrétaire général du Congrès du travail nigérian.

La leçon, pour les producteurs de pétrole, c'est qu'il n'est pas très sage de dépendre d'une seule matière première pour survivre, note l'ancien banquier Abolaji Oladimej Odumesi.

- Secours de la Chine -

L'Iran a commencé à suivre ce conseil, augmentant ses exportations non-pétrolières, dont une partie provient de produits pétrochimiques et de condensats de gaz.

Le budget est de moins en moins dépendant du pétrole, expliquait récemment à l'AFP l'analyste Saïd Leylaz, assurant que le pays pourrait supporter même un baril à 75 dollars.

Mais selon un autre analyste, interrogé par le quotidien iranien Financial Tribune, avec cette double dépendance, pétrolière et pétrochimique, le pays reste soumis à la fluctuation des prix du brut.

Le gouvernement a annoncé mi-décembre son intention d'adopter une politique monétaire d'austérité pour l'année prochaine et augmenter l'impôt sur le revenu.

Il semble aussi chercher du secours du côté de la Chine, qui vient d'annoncer un doublement de ses investissements. Une stratégie employée au Venezuela où, dès vendredi, une visite du ministre de l'Economie en Chine a été programmée pour approfondir les accords économiques et financiers existants, afin de compenser le manque à gagner des recettes pétrolières en baisse.

En Russie, pays non-membre de l'Opep, le pétrole apporte la moitié des rentrées budgétaires. Dès l'annonce de jeudi, le rouble a accéléré sa chute, alors qu'il a déjà perdu depuis le début de l'année plus de 40% de sa valeur face à l'euro et plus de 60% face au dollar.

Afin de réduire l'offre sur le marché, pour stimuler une hausse des prix, le ministère russe veut diminuer de 5 millions de tonnes ses exportations pétrolières.

Avec la chute des prix de pétrole et la dette de 60 milliards de dollars du groupe pétrolier Rosneft, contrôlé par l'Etat, l'impact sur l'économie russe pourrait être lourd et entamer son potentiel d'expansion mondiale, estime Petra Kuraliova, de la maison de courtage TradeNext.

bur-ka/az

ROSNEFT







Commenter La chute du cours du pétrole, une menace pour les producteurs les plus fragiles


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 20 novembre 2017 à 15:48

Le pétrole new-yorkais, en baisse, le regard tourné vers une…

New York: Le pétrole new-yorkais baissait peu après l'ouverture lundi, les marchés hésitant à dix jours d'une réunion de l'Organisation des pays...

lundi 20 novembre 2017 à 12:12

Le pétrole recule, le marché hésite à dix jours d'une réunio…

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché renouant avec la prudence, alors que l'avenir de...

lundi 20 novembre 2017 à 04:51

Les cours du pétrole mitigés en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans l'attente de l'éventuelle prolongation de l'accord conclu par l'Opep pour limiter la...

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite