Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole tente de se stabiliser après ses énormes pertes de la veille

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole baissaient légèrement vendredi à Londres en fin d'échanges européens, tentant de se stabiliser au lendemain d'une très forte chute provoquée par la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne pas réduire sa production.
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 72,32 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 26 cents par rapport à la clôture de jeudi. Vers 06H45 GMT, la référence européenne du brut a dégringolé jusqu'à 71,12 dollars, un nouveau plus bas depuis le 7 juillet 2010.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 5,20 dollars à 68,49 dollars par rapport à la dernière clôture officielle mercredi. Mais le cours parvenait à se redresser un peu par rapport à son plus bas niveau enregistré dans les échanges électroniques jeudi (67,75 dollars), jour férié aux États-Unis à l'occasion de Thanksgiving.

Les prix du pétrole ont passé la journée à essayer de se consolider après les énormes pertes de la veille causées par le statu quo de l'Opep, expliquaient les analystes d'IG.

Même si cette décision était largement attendue, les prix du brut ont dégringolé, marquant de nouveaux plus bas depuis 2010 et poursuivant une chute entamée au début de l'été à cause de la surabondance de l'offre et de la faible croissance de la demande.

Les ministres de l'Opep ont à contrecoeur accepté le fait que les règles du jeu avaient changé et que leur capacité à influencer la direction des prix mondiaux du pétrole avait été diminuée par la révolution du pétrole de schiste aux États-Unis, expliquait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Cela semble être une victoire complète des Saoudiens et de leurs alliés du Golfe persique, estimait de son côté Michael Wittner, analyste à la Société générale. Contrairement à d'autres membres de l'Opep, qui militaient ouvertement pour une baisse de la production, l'Arabie saoudite s'était montrée favorable à laisser agir les mécanismes du marché.

Si l'Opep avait décidé de réduire sa production, elle serait rentrée dans un cercle vicieux où elle n'aurait cessé de réduire son offre pour lutter contre la baisse des prix face à l'augmentation de la production américaine, expliquait M. Wittner. L'Arabie saoudite et ses alliés ont donc simplement décidé de ne pas retarder l'inévitable à savoir l'ajustement du niveau de production par les prix du marché.

Plus vite les prix déclinent et ralentissent ou stoppent la croissance de la production des États-Unis et des autres pays non-Opep, plus vite le marché peut se rééquilibrer et plus vite les prix peuvent se redresser de façon pérenne, décryptait M. Wittner.

Tous les yeux se tournent maintenant vers la production américaine et sa croissance, pointait ainsi Jamal Orazbayeva, analyste de Westhouse.

Pour que le nouveau mécanisme (d'ajustement par le marché) fonctionne, il faut que les prix baissent sous les coûts de production du pétrole de schiste américain et y restent pendant une longue période, prévenait M. Wittner, qui évalue ce niveau clé à 65 dollars le baril.

Mais, si l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe, le Koweit et les Émirats arabes unis, ont les reins financiers suffisamment solides pour supporter de bas prix pendant une longue période, beaucoup d'autres pays de l'Opep seront durement secoués économiquement par une chute de leurs revenus pétroliers, rappelaient Bhushan Bahree et Jamie Webster, experts d'IHS.

Ainsi, le Venezuela, qui est durement touché par la chute des cours du brut de plus de 35% depuis la mi-juin, a dit jeudi qu'il continuerait de lutter pour un baril de pétrole à 100 dollars.







Commenter Le pétrole tente de se stabiliser après ses énormes pertes de la veille


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite