Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole oscille faiblement autour de l'équilibre juste avant l'Opep

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole évoluaient autour de l'équilibre mercredi en fin d'échanges européens, après avoir frôlé leurs plus bas niveaux en quatre ans, dans un marché pessimiste quant à l'éventualité d'une baisse de la production de l'Opep, à la veille de la réunion du cartel.
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 78,30 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 3 cents par rapport à la clôture de mardi. La référence européenne du brut est tombé vers 14H00 GMT à 77,30 dollars, son plus bas niveau depuis le 14 novembre, jour où il avait chuté à un minimum depuis septembre 2010 (76,76 dollars).

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance à grappillait 7 cents, à 74,16 dollars. La référence américaine du brut a chuté jusqu'à 73,30 dollars, un minimum depuis le 14 novembre, jour où il avait marqué un plus bas depuis septembre 2010 (à 73,25 dollars).

Les prix du pétrole sont tombés mercredi à des plus bas proches de leurs minima en quatre ans atteints mi-novembre alors qu'il est largement attendu que la réunion de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) n'aboutisse pas à une réduction de la production, expliquait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

En effet, le cartel, qui pompe un tiers de l'offre mondiale de brut, restait divisé à la veille d'une de ses plus importantes réunions depuis des années.

Certains membres de l'Opep, comme le Venezuela et l'Iran, plaident ouvertement pour une réduction du plafond de production, fixé à 30 millions de barils par jour (mb/j) depuis fin 2011, dans l'idée de freiner la chute des cours.

Ainsi, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a appelé l'Opep à prendre une décision pour contrôler le marché, et souhaité une contribution des pays producteurs hors-Opep pour parvenir à réduire la surabondance d'offre, lors de son arrivée mercredi dans la capitale autrichienne.

Mais le ministre saoudien du Pétrole, Ali Al-Nouaïmi, a laissé entendre mercredi qu'il allait défendre une reconduction du plafond de l'Opep, douchant les espoirs d'une diminution du plafond.

Le marché finira bien par se stabiliser, a-t-il lancé à des journalistes, selon des propos rapportés par l'agence Dow Jones Newswires.

Compte tenu de ces déclarations, il n'y a plus beaucoup de chances qu'une réduction de la production soit décidée lors de la réunion de l'Opep, jugeaient du coup les analystes de la banque Commerzbank.

L'hypothèse d'un échec de la réunion de l'Opep a été en partie intégrée dans les cours du baril, prévenait Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque, ce qui pourrait limiter la baisse des prix dans une telle éventualité.

Par ailleurs, le marché digérait une hausse plus forte que prévu des stocks de brut aux États-Unis la semaine dernière.

Selon le département américain à l'Énergie (DoE), ces stocks ont en effet progressé de 1,9 million de barils alors que les analystes tablaient sur une légère baisse (-100.000 barils).

Les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont, elles, baissé de 1,6 million de barils, enregistrant une diminution plus importante qu'escompté (-900.000 barils).

Les stocks d'essence ont de leur côté augmenté de 1,8 million de barils, soit plus que prévu par les experts (+1,1 million de barils).

La production américaine continuait par ailleurs à progresser, s'installant pour la troisième semaine consécutive au-delà du seuil psychologique de 9 mb/j. Ce niveau avait été dépassé début novembre pour la première fois depuis 1983 au moins, lorsque le DoE a commencé la publication de ses statistiques hebdomadaires.

La forte croissance de la production pétrolière américaine est l'un des facteurs responsables de la chute des prix du brut ces derniers mois (environ -30% depuis la mi-juin), car cela aggrave la surabondance d'offre à un moment où la demande croît lentement.







Commenter Le pétrole oscille faiblement autour de l'équilibre juste avant l'Opep


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

jeudi 20 juillet 2017 à 15:00

Le pétrole reste bien orienté et ouvre en hausse à New York

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en hausse jeudi, restant sur leur trajectoire positive de la veille après l'annonce...

jeudi 20 juillet 2017 à 12:12

Le pétrole stable, entre stocks américains et réunion de l'O…

Londres: Les prix du pétrole restaient stables jeudi en cours d'échanges européens après une baisse des réserves américaines et avant des réunions...

jeudi 20 juillet 2017 à 06:53

Les cours du pétrole inchangés en Asie

Singapour: Les cours du pétrole demeuraient inchangés jeudi après la hausse des prix de la veille liée à un recul hebdomadaire des...

mercredi 19 juillet 2017 à 20:53

Le pétrole, dopé par un recul des stocks aux USA, termine en…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais ont terminé en hausse mercredi, profitant de la publication d'un rapport du département américain...

mercredi 19 juillet 2017 à 19:53

Libye: la compagnie pétrolière NOC vise 1,25 million b/j fin…

Benghazi (libye): Le président de la Compagnie nationale libyenne de Pétrole (NOC) Moustafa Sanalla a annoncé mercredi que la production de pétrole...

mercredi 19 juillet 2017 à 18:08

Le pétrole monte avec la baisse des stocks américains

Londres: Les cours du pétrole remontaient mercredi en fin d'échanges européens, profitant de la baisse des réserves américaines.

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite