Menu
RSS
A+ A A-

Halliburton avale Baker Hughes pour créer un géant des services pétroliers

prix-du-petrole New YorkNew York: A l'issue d'un bras de fer très médiatisé, le groupe américain de services pétroliers Halliburton est parvenu lundi à absorber Baker Hughes pour former un nouveau géant mondial du secteur, sur fond de chute des prix du brut.
La transaction, qui se fait en numéraire et en actions 19,0 dollars par titre Baker Hughes et 1,12 des actions Halliburton) valorise la mariée à 34,6 milliards de dollars, selon un communiqué.


Ce prix est une bonne affaire pour les actionnaires de Baker Hughes puisque le titre est porté à 78,62 dollars contre 59,89 dollars vendredi en Bourse. En cas de réussite du rapprochement, ils détiendront 36% du capital de la société fusionnée.


Les noces interviennent deux jours après un mini-psychodrame: Baker Hughes a révélé vendredi soir qu'Halliburton menaçait de lancer une OPA hostile alors que les négociations entamées entre les deux groupes le 13 octobre étaient dans l'impasse.


Signe que les choses se sont apaisées: "nous sommes certains que la nouvelle entreprise fusionnée va être capable de saisir des opportunités" qui auraient que (ni Halliburton ni Baker Hughes) n'aurait pu" saisir, a déclaré Martin Craighead, le PDG de Baker Hughes.


SYNERGIES


Le rapprochement du numéro deux et du numéro trois mondial des services pétroliers --qui sont basés l'un et l'autre à Houston, la capitale américaine de l'or noir-- va donner naissance à un nouveau leader mondial de la profession.


Sur la base des données actuelles, la nouvelle entité afficherait un chiffre d'affaires annuel de 51,8 milliards de dollars, contre 45,2 milliards pour l'actuel numéro un Schlumberger. Ce dernier devrait toutefois rester largement devant en terme de capitalisation boursière: 122,66 milliards de dollars contre 75,3 milliards de dollars à Halliburton-Baker Hughes.


Baker Hughes, qui emploie environ 60'000 personnes dans plus de 80 pays, est surtout connu pour sa flotte de plates-formes de forage, mais est aussi présent dans toute une série de services pour l'industrie pétrolière. Ses activités se recoupent avec celles d'Halliburton (80'000 salariés) dans de nombreux domaines, ce qui laisserait la place à d'importants gains de productivité après restructuration.


Les deux groupes évaluent à près de deux milliards de dollars le montant des synergies de coûts attendues. La société fusionnée conservera le nom Halliburton et sera dirigée par l'actuel patron d'Halliburton David Lesar.


PESER FACE À EXXONMOBIL


Cette fusion survient en pleine période de chute des prix du brut, tombés au plus bas depuis 2010, ce qui a déjà contraint les groupes pétroliers à restreindre leurs programmes d'exploration, avec un impact direct sur l'activité de leurs sous-traitants comme Baker Hughes et Halliburton.


Les dépenses d'investissement et d'exploration d'ExxonMobil ont baissé de 6,72% sur un an au troisième trimestre. BP a averti qu'il pourrait retarder ses investissements futurs.


Dans ce contexte, les majors pétrolières demandent aux groupes de services pétroliers de baisser leurs tarifs, au risque d'entamer leur rentabilité.


Or, en fusionnant, Halliburton et Baker Hughes vont se retrouver en position de force et pourraient peser dans les discussions commerciales, selon la banque Deutsche Bank.


Certes Halliburton-Baker Hughes aurait du mal, selon les analystes, à augmenter ses tarifs dans le créneau très concurrentiel du forage et de la fracturation hydraulique où sont omniprésents des acteurs chinois, indiens et sud-coréens.


Mais son avance technologique lui donnerait des reins solides dans des zones d'exploration pétrolière requérant un haut savoir-faire technologique comme l'Arctique.


Seul hic, cette concentration accélérée du secteur serait mal vue par les autorités de la concurrence, notamment du département américain de la Justice, puisqu'elle donnerait naissance à un duopole.


"Environ 80% du marché des services pétroliers les plus importants seraient entre les mains de deux entreprises" -- Schlumberger, Halliburton-Baker Hughes, selon Bank of America.


Pour être sûr d'obtenir le feu vert des autorités de la concurrence, Halliburton s'est dit lundi prêt à céder des actifs, générant un chiffre d'affaires allant jusqu'à 7,5 milliards de dollars. Mais il a estimé que l'effort final devrait être "significativement moindre".


Comme pour balayer les derniers doutes, le géant américain a accepté de payer un énorme dédit de 3,5 milliards de dollars à Baker Hughes si l'opération devait échouer pour des raisons réglementaires.






Commenter Halliburton avale Baker Hughes pour créer un géant des services pétroliers


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 24 novembre 2017 à 20:15

Le pétrole progresse à quelques jours d'une réunion stratégi…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse vendredi lors d'une séance écourtée, profitant...

vendredi 24 novembre 2017 à 18:17

Le pétrole monte, l'oléoduc Keystone reste paralysé

Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en fin d'échanges européens, le WTI américain profitant en particulier d'une perturbation régionale de l'offre...

vendredi 24 novembre 2017 à 15:23

Le pétrole progresse, s'inquiétant des conséquences d'une fu…

New York: Le pétrole new-yorkais a débuté la séance en hausse vendredi, la fermeture depuis plusieurs jours d'un oléoduc reliant le Canada...

vendredi 24 novembre 2017 à 13:27

Le pétrole grimpe, l'oléoduc Keystone perturbe l'offre nord-…

Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, alors qu'un oléoduc majeur qui relie le Canada et les États-Unis...

vendredi 24 novembre 2017 à 08:12

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions divergentes en Asie, le "light sweet crude" (WTI) enfonçant un plus haut...

jeudi 23 novembre 2017 à 18:10

Le pétrole tâtonne dans un marché perturbé par Thanksgiving

Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en fin d'échanges européens alors que les marchés sont restés fermés aux Etats-Unis en raison...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite