Menu
RSS
A+ A A-

Rosneft, visé par les sanctions, appelle l'Etat à l'aide

prix-du-petrole moscoumoscou: Le géant russe du pétrole Rosneft, coupé des marchés américains à cause de la crise ukrainienne, a demandé au gouvernement de l'aider à rembourser sa très lourde dette, qui dépasse 30 milliards d'euros.
Révélée jeudi matin par le quotidien économique russe de référence Vedomosti, l'information a été confirmée ensuite par le gouvernement.

Les ministères de l'Energie et des Finances étudient ces propositions, a indiqué, cité par les agences russes, le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch, précisant qu'une réponse devrait être apportée dans les deux prochaines semaines.

Ajouté en juillet à la liste noire américaine, Rosneft a depuis assuré qu'il fonctionnait normalement, mais reconnu préparer un plan pour minimiser les conséquences des sanctions.

Selon Vedomosti, le très influent patron de Rosneft, Igor Setchine, un proche du président Vladimir Poutine, a mis sur la table cinq scénarios d'aide. Le plus coûteux consisterait à puiser 1.500 milliards de roubles (31 milliards d'euros), soit la totalité de la dette du groupe, dans le fonds russe créé pour mettre de côté une partie des revenus pétroliers en prévision de temps de crise.

Le journal ajoute qu'il aurait également demandé de se voir accorder de nouvelles licences pétrolières sans appels d'offres, la prolongation d'avantages fiscaux pour les projets dans l'Arctique ou encore un soutien avec des fonds publics à un vaste projet pétrochimique dans l'Extrême Orient.

Contacté par l'AFP, Rosneft s'est refusé à tout commentaire.

Champion pétrolier russe à l'influence grandissante, Rosneft, contrôlé à près de 70% par l'Etat, représente 40% de la production du pays.

Moscou compte sur le groupe pour réaliser ses ambitions dans le pétrole, surtout dans l'Arctique russe. L'objectif est de relancer la production du pays, qui stagne après des années de forte croissance obtenue avec la remise en route des gisements hérités de l'époque soviétique.

Pour cela, Rosneft, qui s'est construit sur les ruines du pétrolier Ioukos de l'opposant Mikhaïl Khodorkovski, a multiplié les acquisitions, laissant filer son endettement. Il a ainsi racheté l'an dernier son concurrent TNK-BP pour 55 milliards de dollars.

Rosneft a également multiplié les partenariats avec les groupes internationaux: le britannique BP détient environ 19% de son capital et l'américain ExxonMobil coopère avec lui dans l'Arctique, l'Extrême Orient ou encore en Alaska.

- accueil glacial -

Ajouté en juillet, avec le numéro deux russe du gaz Novatek, à la liste noire américaine, le groupe se trouve privé d'accès aux financements à long terme sur les marchés américains.

Washington sanctionne aussi, entre autres, la deuxième banque russe VTB, la principale banque d'investissement du pays VEB.

Selon Vedomosti, l'appel de M. Setchine a reçu un accueil glacial au sein du gouvernement et il a peu de chance d'aboutir.

L'Etat, s'il reste peu endetté grâce aux revenus des hydrocarbures, dispose de marges de manoeuvres de plus en plus limitées à cause de la crise. Le fonds dans lequel Rosneft voudrait puiser a déjà été mis à contribution pour des projets d'infrastructures alors que ce n'était pas sa fonction originelle.

Sur la radio Echos de Moscou, le directeur adjoint de la Haute école d'Economie de Moscou, Constantin Sonine, a estimé qu'un feu vert du gouvernement à des subventions constituerait un mauvais signal concernant le fonctionnement des affaires en Russie, jugeant que Rosneft ferait mieux de réduire ses coûts.

Mais la Russie peut difficilement laisser tomber une entreprise dont le chiffre d'affaires représente près de 10% de son produit intérieur brut et à l'importance aussi stratégique.

Plusieurs analystes se sont inquiétés des conséquences des sanctions sur la production du pays, et donc sur le budget russe, qui dépend pour plus de la moitié des hydrocarbures.

D'autant que les Européens ont décrété un embargo sur les exportations vers la Russie de technologies pour l'énergie, dont elle a fort besoin pour exploiter les gisements de l'Arctique ou encore prolonger la vie de ses gisements anciens avec les nouvelles techniques de forage.

Les analystes de Bank of America Merrill Lynch ont récemment estimé à 500 milliards de dollars les investissements nécessaires dans les 20 prochaines années pour l'Arctique russe. Ils ont prévenu que le succès dépendrait en grande partie de la coopération entre les compagnies russes et étrangères et de l'évolution des sanctions.

gmo/bb/nas

BP

EXXONMOBIL

NOVATEK







Commenter Rosneft, visé par les sanctions, appelle l'Etat à l'aide


Le pétrole en Russie


lundi 26 juin 2017

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 15 mai 2017

Pétrole: Moscou et Ryad veulent réduire l'offre de pétrole j…

Moscou: La Russie et l'Arabie Saoudite, deux des plus grands producteurs de pétrole dans le monde, se sont prononcés lundi dans un...

lundi 08 mai 2017

Pétrole: Moscou et Ryad pour une extension de l'accord de ré…

Moscou: Les deux plus grands producteurs de pétrole, la Russie et l'Arabie Saoudite, ont évoqué lundi une extension de l'accord de réduction...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 18 août 2017 à 21:36

Le pétrole termine la semaine sur une très bonne note

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé vendredi sur une bonne note une semaine marquée par une hausse de la...

vendredi 18 août 2017 à 18:14

Le pétrole remonte dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché hésitant, après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 17:31

Pétrole: Pdvsa (public) paie les intérêts de sa dette

Caracas: La compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA a démenti vendredi les rumeurs d'un possible défaut de paiement, dans un contexte de profonde...

vendredi 18 août 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en petite hausse à New York à la fin d'une …

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en très légère hausse vendredi, à la fin d'une semaine de baisse au...

vendredi 18 août 2017 à 12:34

Le pétrole stable avant une nouvelle réunion de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché hésitant après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 06:27

Le pétrole recule légèrement en Asie

séoul: Les cours du pétrole reculaient légèrement en Asie vendredi, les investisseurs ignorant la baisse des stocks de brut américain pour privilégier...

jeudi 17 août 2017 à 21:27

Le pétrole termine en hausse, hésitant entre stocks et produ…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi, à l'issue d'une séance hésitante au cours de laquelle les...

jeudi 17 août 2017 à 18:12

Le pétrole rebondit, le marché reste prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en fin d'échanges européens dans un marché incertain après des données contrastées sur les réserves...

jeudi 17 août 2017 à 15:27

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York, plombé par la …

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en légère baisse jeudi à New York, restant timorés au lendemain de l'annonce d'une...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite