Menu
RSS
A+ A A-

Total souffre au 2T mais juge prématuré d'évaluer l'impact de la Russie

prix-du-petrole ParisParis: Total a jugé prématuré mercredi d'évaluer l'impact sur son activité des nouvelles sanctions contre la Russie, mais le géant pétrolier français s'est dit confiant dans un rebond de sa production après la publication de résultats jugés décevants au deuxième trimestre.
D'avril à juin, le bénéfice net a reculé de 8% à 3,10 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires en légère hausse de 2% à 62,56 milliards.

Le résultat net ajusté, mesure très suivie par le marché et qui exclut des éléments volatils, a suivi le même mouvement, avec une baisse de 12% à 3,15 milliards de dollars.

Cette contre-performance pesait sur le titre, qui reculait de 2,47% à 50,93 euros à 12H45 à la Bourse de Paris.

Elle s'explique par l'effondrement des marges de raffinage en Europe et un repli de la production d'hydrocarbures en raison d'arrêts de maintenance, de l'expiration d'une licence d'exploitation à Abou Dhabi et de la dégradation des conditions de sécurité en Libye.

L'environnement du deuxième trimestre a été marqué par des tensions géopolitiques croissantes qui, malgré la stabilité du prix du Brent, nous confirment la sensibilité des grands équilibres des marchés pétroliers, a commenté le PDG de Total, Christophe de Margerie, dans un communiqué.

Son directeur financier a cependant jugé prématuré d'évaluer l'impact éventuel des sanctions économiques décidées mardi par les Etats-Unis et l'Union européenne contre la Russie, accusée de déstabiliser l'est de l'Ukraine.

Nous n'avons pas à ce stade stoppé nos opérations sur site sur le projet de Yamal, une usine géante de liquéfaction de gaz naturel qui doit être construite en Sibérie par Total (20%) et ses partenaires russe Novatek (60%) et chinois CNPC (20%), a indiqué Patrick de La Chevardière lors d'une conférence téléphonique.

Entre partenaires, nous avons convenu de refaire le point fin août, a-t-il poursuivi. Il nous faudra à ce moment-là analyser les conséquences de toutes les sanctions, mais honnêtement, aujourd'hui, on n'est pas en état de connaître l'impact de ces sanctions sur nous.

- La montée au capital de Novatek interrompue -

Le groupe français a déjà stoppé sa montée au capital de Novatek, où il est passé de 17% à un peu plus de 18% pour 270 millions de dollars, après le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu le 17 juillet par un missile lors du survol d'une zone contrôlée par les rebelles pro-russes.

Le pétrolier britannique BP a lui prévenu mardi que de nouvelles sanctions contre la Russie ou la société Rosneft, dont il est actionnaire, pourraient affecter son activité et ses résultats.

Mais malgré cette crise, les géants mondiaux du pétrole n'ont nullement l'intention de couper les ponts avec la Russie, dans laquelle ils voient une nouvelle terre promise. Elle pourrait même devenir la première source de production d'hydrocarbures de Total d'ici à 2020.

Il nous faut plus de temps pour étudier les conséquences des sanctions. Si les sanctions nous interdisent de fait de travailler, on sera bien obligé de s'arrêter de travailler, mais on ne peut pas oublier que la Russie est un grand pays pétrolier, a souligné M. de La Chevardière.

Au deuxième trimestre, les marges de raffinage du pétrole brut en Europe ont chuté de 55% à 10,9 dollars la tonne. Elles se sont améliorées depuis, mais elles demeurent très volatiles, selon Total.

La production d'hydrocarbures a elle reculé de 10% à 2,054 millions de barils équivalent pétrole par jour, un point bas dans l'absolu pour Total, a commenté Patrick de La Chevardière.

Les choses devraient se normaliser au 3e trimestre, ont observé les analystes de Morgan Stanley.

Même si le titre Total pourrait connaître une période de faiblesse à court terme, les perspectives de croissance du flux de trésorerie sur les deux prochaines années demeurent élevées, estiment-ils.

Le lancement en juin du projet phare CLOV, au large de l'Angola, et les prochains démarrage de Laggan-Tormore (mer du Nord britannique) et d'Ofon (Nigeria) devraient également soutenir un rebond de la production.

Oui, je suis confiant, a assuré le directeur financier.

Désireux de réduire ses investissements, Total actualisera ses prévisions lors de la journée investisseurs du 22 septembre et détaillera un plan de réduction de coûts jusqu'en 2017.

mpa/fpo/lor

NOVATEK

TOTAL

BP







Commenter Total souffre au 2T mais juge prématuré d'évaluer l'impact de la Russie


Le pétrole en Russie


jeudi 14 septembre 2017

ExxonMobil et la Russie règlent à l'amiable un différend fis…

Moscou: Le géant américain des hydrocarbures ExxonMobil et le gouvernement russe ont signé un accord à l'amiable soldant un différend fiscal de...

lundi 26 juin 2017

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 15 mai 2017

Pétrole: Moscou et Ryad veulent réduire l'offre de pétrole j…

Moscou: La Russie et l'Arabie Saoudite, deux des plus grands producteurs de pétrole dans le monde, se sont prononcés lundi dans un...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

La Compagnie pétrolière française Total

Pétrole: la mer du Nord, où Total se renforce, n'a pas dit son dernier mo…

vendredi 25 août 2017

Paris: Avec l'acquisition du danois Maersk Oil, Total va se renforcer en mer du Nord, un bassin mature qui s'est transformé avec un certain succès ces dernières années pour assurer sa survie malgré la faiblesse des cours du pétrole.


-Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 20:55

Le pétrole se heurte encore au seuil des 50 dollars avant le…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a de nouveau buté mardi sur la barre des 50 dollars...

mardi 19 septembre 2017 à 18:08

Le pétrole baisse un peu en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole repartaient en petite baisse mardi en fin d'échanges européens, mais continuaient de n'osciller que faiblement autour de...

mardi 19 septembre 2017 à 15:43

Libye: blocage d'un oléoduc qui achemine du carburant à Trip…

Tripoli: Un groupe armé a fermé lundi un oléoduc qui approvisionne en essence la capitale libyenne, causant une pénurie de carburant et...

mardi 19 septembre 2017 à 15:37

Le pétrole ouvre en hausse à New York, au-dessus de 50 dolla…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York progressait légèrement à l'ouverture mardi, juste au-dessus du seuil des...

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite