Menu
RSS
A+ A A-

Rosneft promet de limiter les répercussions des sanctions sur ses bénéfices

prix-du-petrole moscoumoscou: Le géant pétrolier russe Rosneft a assuré vendredi préparer un plan pour minimiser les répercussions des sanctions américaines qui le visent sur ses bénéfices, multipliés par presque cinq au deuxième trimestre.
Avec nos partenaires -les compagnies pétrolières dominantes dans le monde- nous travaillons à un plan destiné à minimiser les conséquences de l'ajout de Rosneft à la liste des sanctions, a indiqué le directeur général du groupe, Igor Setchine, un proche du président Vladimir Poutine, cité dans un communiqué.

Au deuxième trimestre, le groupe contrôlé par l'État russe a dépassé les attentes des analystes avec un bénéfice net à 172 milliards de roubles (3,6 milliards d'euros).

Le bénéfice a surtout profité d'un effet de changes positif, en plus d'une hausse de ses ventes. Son chiffre d'affaires a augmenté de 22% par rapport au deuxième trimestre 2013 à 1.435 milliards de roubles (30 milliards d'euros).

Son excédent brut d'exploitation a quant à lui progressé de 41% à 304 milliards de roubles (6,4 milliards d'euros).

Sa production d'hydrocarbures s'est affichée en hausse de 4,6% sur un an à 5 millions de barils équivalent pétrole par jour. Sa production de pétrole a augmenté de 1,3% et celle de gaz de 33,2%.

Ce niveau de production a permis d'assurer à la société une position financière solide, a souligné M. Setchine. Rosneft intensifie ses efforts pour développer des projets prometteurs offshore en Russie, a-t-il souligné.

- Besoins financiers considérables -

Le groupe, à l'influence croissante en Russie, s'est considérablement développé ces dernières années par des acquisitions coûteuses financées en grande partie par des crédits contractés auprès de banques occidentales, ainsi que par des partenariats avec les compagnies occidentales.

Le britannique BP détient ainsi près de 20% de son capital et il coopère avec l'Américain ExxonMobil pour l'exploration des vastes ressources de l'Arctique.

Mais Rosneft, devenu l'an dernier le premier producteur de pétrole coté en Bourse dans le monde par les volumes extraits grâce à l'acquisition de son concurrent TNK-BP, a été ajouté la semaine dernière à la liste des sociétés sanctionnées par les États-Unis en raison de la crise ukrainienne.

Cela réduit drastiquement son accès aux marchés de capitaux américains, alors qu'il ambitionne de doubler sa production sur les 20 prochaines années.

L'UE envisage de son côté d'interdire les exportations des technologies sensibles, notamment dans le secteur de l'énergie.

Lors d'une conférence téléphonique, le groupe s'est employé à rassurer, soulignant notamment que les sanctions américaines ne touchaient que l'accès aux marchés de la dette.

Concernant nos projets de coopération avec nos partenaires, il n'y a aucun changement, tout fonctionne et est financé dans les temps, a poursuivi le directeur financier Sviatoslav Slavinski.

Notre service juridique et les services juridiques de nos partenaires et de nos banques travaillent d'arrache-pied et nous ne nous attendons pas à d'importants changements, a-t-il ajouté.

Le groupe a ainsi souligné l'avancée de ses nouveaux projets, qu'il multiplie afin de compenser le déclin de la production des gisements hérités de l'époque soviétique.

Il a ainsi noté qu'il préparait le forage de son premier puits dans la mer de Kara, dans l'Arctique au nord de la Sibérie, et cité la récente inauguration de la plus grande plate-forme au monde résistante à la glace au large de l'île de Sakhaline, où il coopère avec ExxonMobil.

Concernant les anciens gisements, le vice-président chargé de la production, Eric Liron, a de son côté indiqué que l'application de nouvelles technologies, comme les forages à l'horizontale, permettait de limiter considérablement la baisse de production.

Tous ces projets requièrent des investissements considérables qui risquent de se retrouver perturbés par les sanctions occidentales.

Les prévisions de la direction impliquent que Rosneft va devoir dépenser au second semestre 495 milliards de roubles (10,5 milliards d'euros, NDLR) , contre seulement 237 milliards de roubles (5 milliards d'euros) au premier, ont souligné les analystes de la Deutsche Bank. Cela suggère une pression importante sur les flux de trésorerie pendant le reste de l'année, ont-il ajouté.

L'agence Moody's a estimé lundi que les difficultés de financement à prévoir risquaient d'entraver le développement de certains projets, notamment si les Européens décidaient de cibler Rosneft comme l'ont fait les Américains.







Commenter Rosneft promet de limiter les répercussions des sanctions sur ses bénéfices


Le pétrole en Russie


vendredi 22 septembre 2017

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

jeudi 14 septembre 2017

ExxonMobil et la Russie règlent à l'amiable un différend fis…

Moscou: Le géant américain des hydrocarbures ExxonMobil et le gouvernement russe ont signé un accord à l'amiable soldant un différend fiscal de...

lundi 26 juin 2017

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

vendredi 22 septembre 2017 à 08:25

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, les investisseurs attendant une rencontre entre des représentants de...

jeudi 21 septembre 2017 à 21:21

Le pétrole termine en baisse à New York avant une réunion de…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a fini en légère baisse jeudi à la veille d'une rencontre...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite