Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole creuse ses pertes alors que l'Irak inquiète moins

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole approfondissaient leur recul lundi en fin d'échanges européens, la prime de risque liée à l'Irak continuant de s'évaporer en l'absence de réelle perturbation de l'offre pétrolière du pays, où les combats se poursuivent.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 112,32 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 98 cents par rapport à la clôture de vendredi. Vers 15H45 GMT, le Brent a chuté à 112,25 dollars, son niveau le plus faible depuis mi-juin.

Sur le New York Mercantile Exchange(Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 58 cents, à 105,16 dollars.

Les marchés s'habituent au bruit en provenance des évènements en Irak. L'absence d'interruption substantielle de la production a dissipé les inquiétudes qu'avait provoqué l'offensive des jihadistes, signalait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

L'Irak n'a pas disparu des écrans radars mais, pour l'instant, la situation reste suffisamment stable pour éviter une panique des marchés, abondait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Les cours du brut avaient flambé mi-juin, grimpant jusqu'à leur niveau le plus élevé depuis neuf mois (à 115,71 dollars pour le Brent et 107,73 dollars pour le WTI), en réaction à l'offensive fulgurante des insurgés sunnites en Irak.

Mais, les combats étant circonscrits au Nord et à l'Ouest du pays, alors que la grande majorité de la production pétrolière se situe dans le Sud, la tension sur les cours du brut est graduellement retombée la semaine dernière. Et ce d'autant plus que les exportations pétrolières irakiennes n'ont pas été perturbées par les combats.

Les jihadistes contrôlent maintenant de larges pans de territoires en Irak et en Syrie voisine et ont affiché leur détermination à étendre leur hégémonie en annonçant dimanche la création d'un califat islamique.

Parallèlement, l'armée irakienne a lancé une importante contre-offensive avec l'appui des chars et de l'aviation autour de la ville de Tikrit (160 kilomètres au nord de Bagdad), fief de l'ancien dirigeant Saddam Hussein, et chef-lieu de la province de Salaheddine.

Selon les analystes de la Société Générale, la situation pourrait s'enliser dans une guerre civile sectaire, provoquant de temps en temps des interruptions de production modérées (jusqu'à 500.000 barils par jour).

De telles perturbations de l'offre irakienne pourraient faire épisodiquement grimper le Brent de 10 dollars, jusque dans la fourchette de 120-125 dollars le baril, d'après ces analystes.

Nous estimons que ces interruptions modérées pourraient durer un ou deux mois avant que la production, les exportations et les prix ne reviennent à la normale, jusqu'au prochain problème, détaillaient-ils.

L'Irak est le deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) derrière l'Arabie Saoudite. Le pays produit environ 3,4 millions de barils par jour (mb/j) et en exporte environ 2,5 mb/j.

jb/acd/pb

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

SOCIETE GENERALE







Commenter Le pétrole creuse ses pertes alors que l'Irak inquiète moins


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite