Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole contrasté dans un marché attentif à la situation en Irak

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient contrastés mercredi en cours d'échanges européens, le Brent reculant en l'absence de perturbations majeures des exportations pétrolières irakiennes tandis que le WTI était soutenu par une possible hausse des exportations pétrolières américaines.
Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 113,91 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 55 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 53 cents, à 106,56 dollars.

La détente sur les prix du pétrole se poursuit depuis que le Brent a atteint un point haut de 9 mois jeudi dernier, rapportait Christopher Dembik, analyste financier chez Saxo Banque.

Le cours a reflué sous les 114 dollars le baril, notamment dans la foulée d'un rapport confirmant que, pour l'instant, la production irakienne n'a pas été affectée par l'escalade de la violence en Irak, ajoutait-il.

Les combats qui opposent les forces gouvernementales aux jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) depuis le début, le 9 juin, de l'offensive de ces derniers n'ont pour l'instant pas atteint le sud du pays, où se trouvent la plus grande partie des champs pétroliers et des infrastructures d'exportation du brut.

Deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Irak produit environ 3,4 millions de barils par jour (mb/j) et exporte environ 2,5 mb/j.

De plus, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle pourrait augmenter son offre pétrolière si nécessaire, rapportaient les analystes de Commerzbank.

A lui seul, le plus important producteur de l'Opep est capable de produire 12,5 mb/j, signifiant qu'il a toujours une capacité non utilisée d'environ 3 mb/j, détaillaient-il.

De son côté, le WTI a été dopé par l'article du WSJ (Wall Street Journal) sur les exportations de condensats, expliquait Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

Ainsi, le quotidien américain a rapporté mardi que le département du Commerce va autoriser deux sociétés texanes à exporter un type de pétrole extrêmement léger connu sous le nom de condensat.

L'interdiction d'exporter du pétrole brut depuis les États-Unis - contournée seulement au compte-goutte et dans certains cas précis, par exemple vers le Canada - reste toutefois en vigueur. Mais les investisseurs y voient un premier pas vers une levée de cet embargo au moment où la production américaine de brut atteint des sommets.

D'ailleurs, les exportations américaines de pétrole brut ont atteint 268.000 barils par jour en avril, soit leur niveau le plus élevé depuis 15 ans, signalait l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA) la semaine dernière dans une note.

Cette augmentation des exportations de brut est largement le résultat de la hausse de la production américaine, qui a atteint 8,2 mb/j en mars, des niveaux inconnus depuis la fin des années 1990, expliquait l'EIA.

Cette abondance d'or noir a provoqué une importante hausse des stocks pétroliers aux États-Unis, pesant sur le WTI.

Enfin, les investisseurs attendaient mercredi le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers américains, qui sera publié vers 14H30 GMT par le Département américain à l'Énergie (DoE).

Selon les analystes interrogés par Dow Jones Newswires, les stocks de brut auraient reculé de 1,2 million de barils la semaine dernière, tandis que les réserves d'essence et de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) auraient respectivement progressé de 1,2 million de baril et 800.000 barils.







Commenter Le pétrole contrasté dans un marché attentif à la situation en Irak


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 20:55

Le pétrole se heurte encore à New York au seuil des 50 dolla…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a de nouveau buté mardi sur la barre des 50 dollars...

mardi 19 septembre 2017 à 18:08

Le pétrole baisse un peu en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole repartaient en petite baisse mardi en fin d'échanges européens, mais continuaient de n'osciller que faiblement autour de...

mardi 19 septembre 2017 à 15:43

Libye: blocage d'un oléoduc qui achemine du carburant à Trip…

Tripoli: Un groupe armé a fermé lundi un oléoduc qui approvisionne en essence la capitale libyenne, causant une pénurie de carburant et...

mardi 19 septembre 2017 à 15:37

Le pétrole ouvre en hausse à New York, au-dessus de 50 dolla…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York progressait légèrement à l'ouverture mardi, juste au-dessus du seuil des...

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite