Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit quasi stable à New York, malgré l'Irak et l'Ukraine

prix-du-petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole coté à New York ont fini la séance quasiment à l'équilibre lundi, les investisseurs surveillant de près l'évolution de la situation en Irak et en Ukraine, dans un marché aux prix jugés déjà élevés.
Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, a lâché 1 cent sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et s'est établi à 106,90 dollars, après une ouverture également proche de l'équilibre.

Les cours du brut américain s'étaient hissés vendredi à leur plus haut niveau depuis septembre, le marché observant avec nervosité l'avancée fulgurante d'insurgés islamistes dans le nord-ouest de l'Irak.

Les jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont en effet conquis en l'espace d'une semaine, de vastes zones dans le nord et le centre de l'Irak, dont la deuxième ville du pays, Mossoul, avant de s'emparer lundi de certains secteurs d'une ville stratégique du nord-ouest de l'Irak, Tal Afar.

Les forces de sécurité irakiennes avaient pourtant affirmé dimanche avoir repris l'initiative, assurant avoir tué 279 insurgés et repris samedi deux villes.

On a désormais intégré l'attaque des rebelles dans les prix du brut, selon Bart Melek de TD Securities. Tant que l'armée parvient à contenir leur avancée et que l'insurrection ne se propage pas au sud du pays où sont basées l'essentiel des infrastructures pétrolières de l'Irak, il n'y a pas a priori de menace imminente sur la production de brut de l'ordre de 3,3 millions de barils par jour du pays, a-t-il expliqué.

On attend également de savoir ce que les Etats-Unis vont faire, a-t-il ajouté.

Washington envisage des frappes de drones pour aider le gouvernement irakien.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a par ailleurs indiqué que Washington était disposé à parler avec Téhéran de la crise en Irak, alors que des représentants des deux capitales négocient lundi à Vienne sur le dossier du nucléaire iranien.

Les investisseurs tournaient aussi leur attention vers l'Ukraine, autre source d'éventuelles tensions sur le marché mondial de l'énergie.

La Russie a mis sa menace à exécution lundi et coupé le gaz à l'Ukraine après l'échec de leurs négociations, Kiev refusant de rembourser ses dettes tant que la Russie n'aura pas baissé le prix du gaz.

Mais l'entreprise Gazprom va tout de même laisser entrer les volumes destinés aux pays européens et transitant par l'Ukraine.

Là aussi, ce risque avait été anticipé par le marché, et, selon certains analystes, la capacité de hausse du marché est limitée.

Au vu des prix déjà très élevés du marché, nous estimons que les possibilités de recul des cours sur les marchés pétroliers mondiaux sont importantes, a estimé Tim Evans, de Citi Futures. Selon lui, toute hausse des réserves du terminal pétrolier de Cushing dans l'Oklahoma (centre-sud) qui servent de référence au WTI, dans le rapport hebdomadaire du départment de l'Energie (DoE) à paraître mercredi, pourrait notamment déclencher un mouvement de baisse.

jum-ppa/sl/rhl

GAZPROM

CITIGROUP







Commenter Le pétrole finit quasi stable à New York, malgré l'Irak et l'Ukraine


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

vendredi 22 septembre 2017 à 08:25

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, les investisseurs attendant une rencontre entre des représentants de...

jeudi 21 septembre 2017 à 21:21

Le pétrole termine en baisse à New York avant une réunion de…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a fini en légère baisse jeudi à la veille d'une rencontre...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite