Menu
RSS
A+ A A-

Marché hésitant; les interrogations sur la demande persistent

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole hésitaient mardi en fin d'échanges européens, poursuivant leur repli à Londres mais rebondissant légèrement à New York, dans un marché toujours travaillé par les craintes d'une érosion de la demande, mais favorisé par un net affaiblissement du dollar.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 120,86 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 75 cents par rapport à la clôture de lundi.

Il avait reculé jusqu'à 119,03 dollars à l'ouverture du marché new-yorkais, tombant sous le seuil des 120 dollars pour la première fois depuis deux semaines.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai gagnait à l'inverse 44 cents à 107,56 dollars.

"Les inquiétudes sur l'économie dominent le marché. Le regain de craintes sur les dettes souveraines en zone euro, le relèvement en Chine des réserves obligatoires des banques et, enfin, l'avertissement de Standard & Poor's, tout cela pèse sur le pétrole", soulignait Andrey Kryuchenkov, du courtier VTB.

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a abaissé lundi à "négative", contre "stable" auparavant, la perspective d'évolution de sa note sur la dette des Etats-Unis, accélérant la baisse des cours du baril.

Un peu plus tôt lundi, l'Arabie Saoudite avait indiqué avoir diminué sa production, un mouvement expliqué par les analystes par une faible demande.

A la suite de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le ministre saoudien du Pétrole avait par ailleurs estimé que le marché était "abondamment" approvisionné.

"La demande reste la préoccupation principale des investisseurs", qui redoutent une érosion face à un niveau de prix élevés, précisait M. Kryuchenkov.

Un net affaiblissement de la monnaie américaine, qui a encore perdu du terrain face à un euro revigoré, a cependant permis au marché du pétrole de limiter ses pertes sur la place londonienne et de revenir dans le vert à New York.

Une dépréciation du billet vert rend plus attractifs les achats de brut libellés en dollars.

Par ailleurs "les investisseurs restent réticents à opérer des prises de bénéfices malgré des cours élevés", notamment en raison des incertitudes persistantes dans le monde arabe, a estimé Filip Petersson, analyste de la banque suédoise SEB.

Alors que les combats entre insurgés et forces loyalistes du colonel Kadhafi se poursuivent en Libye, la perte du brut libyen, dont la qualité, légère et pauvre en soufre, est très prisée des raffineurs, "est définitivement un problème, et l'Opep a été plus ou moins incapable de le résoudre", a jugé Filip Petersson.

Les investisseurs surveillaient par ailleurs la situation au Nigeria, premier producteur de brut africain, où la victoire du Goodluck Jonathan, chef d'Etat sortant, à l'élection présidentielle organisée dimanche a été accueillie par des émeutes meurtrières dans le Nord du pays.

Cependant, "il est peu probable que le pétrole monte beaucoup plus", ont jugé les analystes de Commerzbank.

Selon eux, "la guerre civile en Libye et la poursuite des troubles dans les autres pays arabes vont probablement empêcher la prime de risque intégrée dans les cours de chuter fortement, mais il faudra probablement des nouveaux facteurs pour les faire remonter".

jq

(AWP/19 avril 2011 18h30)

Commenter Marché hésitant; les interrogations sur la demande persistent


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite