Menu
RSS
A+ A A-

Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole poursuivaient leur repli lundi en fin d'échanges européens, pâtissant des inquiétudes sur une surabondance de l'offre et d'une érosion de la demande, et accélérant leur baisse suite à l'avertissement de Standard & Poor's sur la dette américaine.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 107,03 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,63 dollars par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai lâchait 2,22 dollars à 121,23 dollars.

A l'instar des marchés boursiers, les cours du baril ont accéléré leur repli après la dégradation à "négative", par l'agence de notation Standard & Poor's, la perspective sur la note sur la dette des Etats-Unis.

Les prix continuaient par ailleurs de ployer sous les craintes d'une offre de pétrole trop abondante face à une modération de la demande.

"Il n'y a pas de véritable pénurie sur le marché du pétrole" et en l'absence d'une nouvelle aggravation de la situation dans le monde arabe, "les prix du pétrole ne devraient pas continuer leur progression", ont estimé les analystes de Commerzbank.

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El Badri a jugé lundi, lors d'une réunion énergétique au Koweït, que le marché était "suffisamment" approvisionné et qu'il n'y avait pas lieu d'augmenter la production.

De son côté, l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, a reconnu dimanche avoir abaissé sa production de 800'000 barils par jour en mars par rapport à février, en soulignant que le marché était "approvisionné en abondance".

"L'Arabie saoudite justifie cette baisse en mettant en avant que la faiblesse de la demande (...) était plus importante que la chute de l'offre due au conflit libyen", commentait Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.

La perspective d'une érosion de la consommation pétrolière mondiale en raison de prix du pétrole élevés et de leur impact sur la croissance économique, une perspective évoquée de nouveau ce week-end par l'Agence internationale de l'Energie (AIE), continue de hanter le marché.

Selon le rapport mensuel du cabinet d'études londonien CGES paru lundi, "comme l'Opep ne montre aucun signe de hausse de sa production, cela signifie qu'un rééquilibrage du marché ne pourra passer que par un recours aux stocks des pays consommateurs et par un affaiblissement de la demande".

Un nouveau relèvement des réserves obligatoires des banques en Chine, susceptible d'affecter la consommation énergétique du géant asiatique, contribuait par ailleurs à la baisse du marché pétrolier.

Par ailleurs, la situation au Nigeria, plus gros producteur africain de brut, "ne semble plus justifier une prime de risque" sur les cours du pétrole, après la victoire assurée du président sortant Goodluck Jonathan à l'élection présidentielle tenue dimanche, relevait M. Jakob.

"Il n'y a pas eu de menace spécifique pour les installations pétrolières ce week-end. Goodluck Jonathan est natif de la région pétrolière du Sud du pays, et s'il y a des manifestations hostiles face aux résultats, ce sera dans le Nord, région dépourvue de pétrole", notait M. Jakob.

De fait, des émeutes ont éclaté lundi dans plusieurs villes de la moitié nord du pays.

fah

(AWP/18 avril 2011 18h35)

Commenter Le brut creuse ses pertes, inquiétudes sur une offre surabondante


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 16 août 2017 à 21:31

Le pétrole termine en nette baisse à New York, à 46,78 dolla…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette baisse mercredi à New York, plombé par la hausse hebdomadaire de la production...

mercredi 16 août 2017 à 18:14

Le pétrole recule, les stocks américains déçoivent

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu mercredi en fin d'échanges européens après des données sur les réserves américaines contrastées, avec...

mercredi 16 août 2017 à 16:55

USA: baisse bien plus marquée que prévu des stocks de brut

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse bien plus marquée que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, selon...

mercredi 16 août 2017 à 16:01

Le pétrole monte légèrement à New York, optimisme sur les st…

New York: Les cours du pétrole montaient légèrement peu après l'ouverture mercredi à New York, aidés par l'optimisme du marché sur une...

mercredi 16 août 2017 à 15:46

Pétrochimie: Shell sort d'une coentreprise saoudienne pour 8…

Londres: Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a annoncé mercredi avoir bouclé la vente des 50% qu'il possédait dans la coentreprise de...

mercredi 16 août 2017 à 12:17

Le pétrole monte, les réserves américaines auraient reculé

Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi en cours d'échanges européens alors que les stocks américains de brut auraient diminué...

mercredi 16 août 2017 à 07:05

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi en Asie après des estimations favorables sur l'état des stocks américains mais les inquiétudes persistantes...

mardi 15 août 2017 à 21:27

Le pétrole stagne, attentisme avant les stocks aux USA

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé proche de l'équilibre mardi, les investisseurs se montrant prudents avant la publication des...

mardi 15 août 2017 à 18:09

Le pétrole recule devant un affaiblissement de la demande mo…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens, la faiblesse de la demande mondiale et l'inquiétude d'une nouvelle augmentation...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite