Menu
RSS
A+ A A-

Le brut se replie, les inquiétudes sur la demande continuent de peser

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole se repliaient lundi en cours d'échanges européens, dans un marché où pesaient toujours les inquiétudes sur la solidité de la demande, alors que l'Opep a fait part de son inquiétude face à des prix élevés tout en rassurant sur l'approvisionnement du marché.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, s'échangeait à 122,45 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,00 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai lâchait 1,27 dollar à 108,39 dollars.

Les cours du baril pâtissaient des craintes persistantes d'une érosion de la consommation pétrolière mondiale en raison de niveaux de prix trop élevés, alors que s'apaisaient quelque peu les inquiétudes sur le front de l'offre, encourageant les investisseurs à opérer quelques prises de bénéfices.

Les prix du pétrole ont été jugés "inquiétants" lundi par le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) Abdallah El Badri, lors d'une réunion énergétique au Koweït.

"Nous sommes inquiets du fait que (les prix élevés) pourraient avoir un impact négatif sur la croissance économique", avait déjà estimé dimanche le directeur de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) Nobuo Tanaka.

M. Badri a par ailleurs estimé que le marché était "suffisamment" approvisionné et qu'il n'y avait pas lieu d'augmenter la production.

"Il n'y a pas de véritable pénurie sur le marché du pétrole" et en l'absence de nouvelle aggravation de la situation dans le monde arabe, "les prix du pétrole ne devraient pas continuer leur progression", ont confirmé les experts de Commerzbank.

De son côté, l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut dans le monde et chef de file de l'Opep, a assuré dimanche être "prête à satisfaire toute demande de la part des clients", tout en reconnaissant avoir abaissé sa production de 800'000 barils par jour en mars par rapport à février.

"C'est la plus forte baisse sur un mois de la production saoudienne depuis 1989. L'Arabie saoudite insiste que la chute de la demande, en raison des catastrophes au Japon (3e consommateur de brut dans le monde, ndlr) est plus forte que la chute de l'offre due au conflit libyen", commentait Olivier Jakob, du cabinet suisse Petromatrix.

Par ailleurs, le déroulement, dimanche, du premier tour de l'élection présidentielle au Nigeria, premier pays producteur du continent africain où les périodes électorales sont souvent entachées de violences, était de nature à rassurer les opérateurs.

Le président nigérian sortant Goodluck Jonathan prenait largement la tête dimanche de la course à la présidentielle, vainqueur dans au moins 20 des 36 Etats, et pourrait l'emporter dès le premier tour.

"Il n'y a pas eu de menace spécifique pour les installations pétrolières ce week-end. Goodluck Jonathan est natif de la région pétrolière du Sud du pays, et s'il y a des manifestations hostiles face aux résultats, ce sera probablement dans le Nord, région dépourvue de pétrole", notait M. Jakob.

"Cela ne justifie pas qu'on ajoute une prime de risque aux cours du pétrole", a-t-il estimé.

De fait, des affrontements ont éclaté lundi matin à Kano, principale ville du nord du Nigeria, entre des manifestants et des soldats.

rp

(AWP/18 avril 2011 13h00)

Commenter Le brut se replie, les inquiétudes sur la demande continuent de peser


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 20:55

Le pétrole se heurte encore à New York au seuil des 50 dolla…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a de nouveau buté mardi sur la barre des 50 dollars...

mardi 19 septembre 2017 à 18:08

Le pétrole baisse un peu en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole repartaient en petite baisse mardi en fin d'échanges européens, mais continuaient de n'osciller que faiblement autour de...

mardi 19 septembre 2017 à 15:43

Libye: blocage d'un oléoduc qui achemine du carburant à Trip…

Tripoli: Un groupe armé a fermé lundi un oléoduc qui approvisionne en essence la capitale libyenne, causant une pénurie de carburant et...

mardi 19 septembre 2017 à 15:37

Le pétrole ouvre en hausse à New York, au-dessus de 50 dolla…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York progressait légèrement à l'ouverture mardi, juste au-dessus du seuil des...

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite