Menu
RSS
A+ A A-

Shell, plombé par ses raffineries, ravit ses actionnaires avec un début de redressement

prix-du-petrole LondresLondres: Royal Dutch Shell, dont le bénéfice net s'est effondré sous le poids de dépréciations liées à ses raffineries, a ravi ses actionnaires avec un début de redressement et une hausse de son dividende.
Le groupe pétrolier anglo-néérlandais a annoncé mercredi une chute de 45% de son bénéfice net au premier trimestre à 4,509 milliards de dollars.

Indicateur-clé pour le marché, le bénéfice à coûts courants (CCS) - qui exclut notamment la variation de valeur des stocks d'hydrocarbures - a lui chuté de 44% à 4,465 milliards.

Shell explique avoir été plombé notamment par des charges exceptionnelles de 2,9 milliards de dollars reflétant principalement des dépréciations liées à ses raffineries en Europe et en Asie.

Mais le groupe a réussi à séduire ses actionnaires grâce à de premiers signes de redressement.

Son cash flow a ainsi bondi de 21% à 13,984 milliards de dollars.

Et signe de sa confiance en ses perspectives, Shell va verser à ses actionnaires un dividende trimestriel en hausse de 4% à 0,47 dollar par titre.

A la Bourse de Londres, les investisseurs saluaient ces annonces et le titre B de Shell prenait 4,77% à 2.547 pence tandis que son titre A gagnait 3,99% à 2.370,8 pence dans un marché en légère hausse de 0,07%, vers 09H15 GMT.

Il y a de premiers signes montrant que la stratégie du groupe commence à produire ses effets, a commenté Richard Hunter de Hargreaves Lansdown Stockbrokers.

Notre stratégie est solide (...) nos résultats du premier trimestre reflètent des niveaux de rentabilité plus solides, s'est félicité le directeur général du groupe Ben van Beurden.

Cependant, comme nous l'avons vu en 2013, nous sommes dans un secteur très volatil, ce qui se voit dans l'environnement macroéconomique et dans nos résultats trimestriels, a-t-il nuancé.

Les priorités que j'ai présentées début 2014 n'ont pas changé. Je suis déterminé à améliorer notre compétitivité et à adapter le groupe afin de répondre aux changements dans le paysage de notre secteur, a-t-il ajouté.

Au rang des avancées, le patron de Shell met notamment en avant de nouvelles productions rentables dans le Golfe du Mexique, en eau profonde, et en Irak ainsi que le rachat à l'espagnol Repsol d'actifs dans le gaz naturel liquéfié.

Le numéro un du géant pétrolier, arrivé à sa tête début janvier, a par ailleurs poursuivi le ménage dans les comptes avec de lourdes dépréciations des raffineries qui mettent à jour la vision des perspectives de marges dans le raffinage, a-t-il expliqué.

Le secteur est sous pression en raison d'un excès de capacité, du changement de la demande et de nouvelles sources de pétrole provenant des gisements de schiste, a-t-il souligné.

Décidé à redresser la barre après un avertissement sur résultats et une chute de son bénéfice annuel, Ben van Beurden avait promis fin janvier de vastes cessions d'actifs et une réduction des investissements.

Shell, qui entend vendre au total 15 milliards de dollars d'actifs en 2014 et 2015, a notamment cédé ses stations-service en Australie au courtier suisse de matières premières Vitol pour 2,6 milliards de dollars.

Afin de réduire ses coûts, le groupe a en outre décidé de ne pas forer en Alaska cette année et de réduire de 20% ses investissements dans l'exploration-production aux États-Unis cette année, alors qu'il y perd de l'argent, notamment dans le gaz de schiste.

mg/php

ROYAL DUTCH SHELL PLC







Commenter Shell, plombé par ses raffineries, ravit ses actionnaires avec un début de redressement


La Compagnie pétrolière Shell

Total, Shell et Statoil s'allient dans le stockage de CO2 en Norvège

lundi 02 octobre 2017

Paris: Les géants pétroliers Total, Shell et Statoil ont annoncé lundi avoir signé un accord de partenariat pour développer un premier projet commercial de stockage de dioxyde de carbone (CO2) en Norvège.


-Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Shell

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite