Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole hésite, le marché attend les stocks américains

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole divergeaient mercredi en cours d'échanges européens, dans un marché attendant la publication du niveau officiel des stocks pétroliers aux États-Unis, premier consommateur mondial d'or noir.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 105,92 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres - son minimum depuis deux mois - en baisse de 45 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance grappillait 11 cents, à 92,70 dollars.

Les investisseurs attendent l'inventaire hebdomadaire des stocks pétroliers aux États-Unis, notaient les analystes d'Investec.

Le département américain à l'Énergie (DoE) doit communiquer mercredi le niveau des réserves pétrolières du pays pour la semaine terminée le 10 janvier.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones, les stocks de brut auraient reculé de 800.000 barils tandis que les réserves d'essence et de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) auraient progressé de respectivement 2,3 et 1,1 million de barils.

C'est bien moins que le repli suggéré par la fédération professionnelle API, qui a fait savoir mardi que selon ses calculs les stocks de brut avaient reculé de 4 millions de barils la semaine dernière.

Le marché du pétrole restait par ailleurs pénalisé par la perspective d'une hausse des exportations libyenne et iranienne de brut, à plus ou moins long terme.

Grâce au redémarrage d'un champ pétrolier dans le sud du pays, la Libye a réussi à redresser sa production à quelque 600.000 barils par jour dernièrement, contre 250.000 barils par jour au plus fort des troubles qui perturbent le secteur énergétique libyen.

Même s'il semble incertain que la Libye atteigne son objective (de revenir à ses pleines capacités de production, soit 1,5 million de barils par jour), le marché semble partir du principe que l'offre de pétrole depuis la Libye va continuer à augmenter, de même qu'en provenance de l'Iran, expliquaient les économistes de Commerzbank.

L'accord intérimaire sur le nucléaire iranien, qui doit entrer en vigueur lundi prochain, ne permet pas la levée des sanctions sur les exportations pétrolières. Mais il ouvre une période de négociations de six mois, qui pourrait, elle, déboucher sur la levée complète des sanctions.

Si l'offre de pétrole actuellement manquante depuis la Libye et l'Iran devait retourner sur le marché, l'offre mondiale de brut augmenterait d'environ 2 millions de barils par jour, calculaient les experts de Commerzbank.

Cela pèserait donc sur les prix du baril, le marché étant déjà amplement approvisionné.

Enfin, les échanges étaient faibles sur le contrat du Brent pour livraison en février en raison de l'expiration de ce contrat jeudi, ajoutait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.






Commenter Le pétrole hésite, le marché attend les stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite