Menu
RSS
A+ A A-

Pétroliers, écologistes et éleveurs font cause commune sur les biocarburants

prix-du-petrole New YorkNew York: Aux Etats-Unis, les compagnies pétrolières, des associations environnementales et plusieurs lobbys agricoles sont réunis dans une alliance improbable visant à obtenir l'abaissement du niveau minimum de biocarburant dans l'essence et le diesel, au grand dam des producteurs de maïs et d'éthanol.
L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a en effet proposé le 15 novembre que l'ensemble du carburant vendu aux Etats-Unis contienne au moins 9,20% de biocarburant en 2014. Au total cela représenterait 57 milliards de litres de biocarburant.

C'est la première fois depuis la mise en place des premiers quotas en 2005 qu'ils sont révisés à la baisse: pour 2013, l'agence avait fixé un objectif de 9,74%, soit 63 milliards de litres.

L'administration souhaite aussi limiter le volume minimum de biocarburant à base de maïs à incorporer dans l'essence et le diesel à 49 milliards de litres, alors que selon la loi, il devrait être à 55 milliards de litres.

Ces propositions sont soumises à une période de commentaires de deux mois. Et chaque camp affute ses arguments.

La réaction de l'Association nationale des producteurs de maïs (NCGA) a été forte: pour l'organisation, cette mesure peu judicieuse serait dévastatrice pour les familles d'agriculteurs.

L'Union nationale des agriculteurs (NFU) a aussi fait part de sa profonde déception face à cette décision qui fait la part belle à une industrie pétrolière estimant que les biocarburants empiètent sur ses parts de marché. L'administration doit respecter ses engagements visant à lutter contre le changement climatique en exigeant une utilisation plus importante de biocarburant, estime l'organisation.

Mais cet avis est loin d'être partagé, y compris par les défenseurs de l'environnement.

Ainsi pour Sven Teske, spécialiste des énergies renouvelables à Greenpeace International, les biocarburants en soi ne sont pas mauvais, mais l'échelle à laquelle ils se sont développés aux Etats-Unis a plutôt tendance à affecter l'environnement qu'à le protéger. Aussi son organisation ne va pas crier au scandale face à l'abaissement des normes pour les biocarburants.

Mort de l'innovation

Pour l'Union of Concerned Scientists, un influent groupe de réflexion américain sur le climat, le développement d'énergies plus propres ne doit pas non plus se faire en encourageant l'expansion de l'agriculture, en favorisant la déforestation ou au détriment de l'approvisionnement en nourriture.

Parmi les plus fervents soutiens à la proposition de l'EPA figurent d'ailleurs les associations d'éleveurs américains, pour qui la production de biocarburant à base de maïs a accru la demande de la céréale, et donc son prix.

Comme le maïs représente environ 70% de la nourriture donnée aux poulets, et notre poste de dépenses le plus important, la hausse des prix affecte directement les éleveurs et au final les consommateurs, remarque ainsi le Conseil national du poulet (NCC).

La Fédération de l'industrie du pétrole (API) s'est aussi félicitée de cette mesure qui allégerait les obligations liées aux biocarburants.

Pour Jason Bordoff, président du Centre sur les politiques énergétiques mondiales à l'université de Columbia et ancien conseiller du président Barack Obama, la proposition de l'EPA n'est d'ailleurs qu'une conséquence de la réalité de l'infrastructure actuelle du carburant, qui peut difficilement inclure plus de 10% d'éthanol, le biocarburant à base de maïs, sans risquer des coûts cachés. Seule une révolution dans l'industrie des biocarburants de deuxième ou troisième génération pourrait justifier de transformer en profondeur l'infrastructure du carburant, estime-t-il.

En attendant, les producteurs de maïs américain ne sont pas à court terme les plus à plaindre puisqu'au final, ils voient seulement les quotas se stabiliser par rapport à 2012, relève Scott Irwin, spécialiste de l'économie agricole à l'université de l'Illinois. Les plus gros perdants sont, selon lui, les producteurs brésiliens d'éthanol à base de canne à sucre, qui ont énormément investi en espérant que les Etats-Unis augmentent le niveau minimum de biocarburant autre qu'à base de maïs.

L'Association américaine du carburant renouvelable, qui défend les intérêt de ce secteur, redoute d'ailleurs que la proposition de l'EPA conduise à la mort de l'innovation dans le domaine, en dissuadant les potentiels investisseurs.





Commenter Pétroliers, écologistes et éleveurs font cause commune sur les biocarburants


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 24 novembre 2017 à 18:17

Le pétrole monte, l'oléoduc Keystone reste paralysé

Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en fin d'échanges européens, le WTI américain profitant en particulier d'une perturbation régionale de l'offre...

vendredi 24 novembre 2017 à 15:23

Le pétrole progresse, s'inquiétant des conséquences d'une fu…

New York: Le pétrole new-yorkais a débuté la séance en hausse vendredi, la fermeture depuis plusieurs jours d'un oléoduc reliant le Canada...

vendredi 24 novembre 2017 à 13:27

Le pétrole grimpe, l'oléoduc Keystone perturbe l'offre nord-…

Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, alors qu'un oléoduc majeur qui relie le Canada et les États-Unis...

vendredi 24 novembre 2017 à 08:12

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions divergentes en Asie, le "light sweet crude" (WTI) enfonçant un plus haut...

jeudi 23 novembre 2017 à 18:10

Le pétrole tâtonne dans un marché perturbé par Thanksgiving

Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en fin d'échanges européens alors que les marchés sont restés fermés aux Etats-Unis en raison...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

jeudi 23 novembre 2017 à 03:33

Pétrole : un cousin de Chavez nommé à la tête de Citgo, fili…

Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé mercredi un cousin de l'ancien dirigeant Hugo Chávez comme président de Citgo, filiale américaine...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite