Menu
RSS
A+ A A-

AIE: la soif d'or noir étanchée par les nouvelles ressources pétrolières

prix-du-petrole (Développement)</p(Développement):

(Développement)


Paris - Les nouvelles ressources fossiles permettront de compenser le déclin des champs pétroliers existants pour répondre à la hausse de la demande mondiale d'or noir d'ici à 2035, tout en accroissant la compétitivité des pays qui les exploiteront, a prédit mardi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Tirée par les pays émergents comme la Chine et l'Inde, notamment dans le secteur pétrochimique et les transports, la consommation mondiale de brut devrait atteindre 101 mio de barils par jour (mbj) en 2035, indique l'AIE dans son World Energy Outlook, sa grande étude prospective annuelle. Soit 14 mbj supplémentaires en un quart de siècle et 1,3 million de barils de plus que les 99,7 mbj anticipés l'an dernier.

Parallèlement, la production des champs pétroliers aujourd'hui en activité chutera de plus de 40 mbj à cette échéance, et la part de pétrole conventionnel dans la consommation d'or noir reculera à 65 mbj, contre environ 70 actuellement.

Pas de crise énergétique en vue, rassure toutefois l'AIE: les réserves estimées d'hydrocarbures ont été revues en hausse grâce à la découverte de nouveaux puits de pétrole et au développement des hydrocarbures non conventionnels, rendu possible par l'avancement technologique.

"L'augmentation du pétrole non conventionnel (dont le pétrole de réservoirs compacts) et des liquides de gaz naturel permet de combler le fossé grandissant entre la demande pétrolière mondiale (...) et la production de pétrole brut conventionnel", assure le bras énergétique de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

NOUVELLE DONNE MONDIALE

Ces nouvelles ressources dites non-conventionnelles feront des Etats-Unis le premier producteur pétrolier mondial et mèneront le pays vers l'indépendance énergétique à l'horizon 2035, tout en lui conférant un avantage compétitif grâce à des prix énergétiques bas.

C'est surtout vrai pour le gaz. "Le prix du gaz aux Etats-Unis représente un tiers des prix à l'importation payés en Europe et un cinquième de ceux payés par le Japon", écrit l'AIE.

Même si l'écart de prix devrait se réduire à terme, "les Etats-Unis verront leur part dans les exportations de biens à forte teneur énergétique augmenter légèrement". La part combinée de l'Union européenne et du Japon devrait reculer d'un tiers dans les secteurs très énergivores, comme la chimie, l'acier, le verre et le papier.

Dans le même temps, la production montera en puissance au large du Brésil grâce à la découverte de gisements offshore qui feront de ce pays d'Amérique du Sud un des poids lourds du secteur.

Mais on ne se trouvera pas pour autant à l'orée d'une nouvelle ère d'abondance, prévient l'AIE, qui défend les intérêts des consommateurs.

Les nouveaux investissements se justifient surtout par le prix de l'or noir, qui continuera à croître. L'Agence table sur un prix moyen du baril de brut autour de 128 dollars en 2035 (en dollars constants), contre une centaine de dollars cette année, alors qu'elle prédisait l'an dernier un prix du baril de 125 dollars à cet horizon.

Le rôle croissant du Brésil et la production de pétrole non conventionnel en Amérique du Nord chamboulent, au moins temporairement, la géographie de la production mondiale de pétrole. Le poids de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ira en déclinant sur les dix prochaines années.

Le poids du cartel se renforcera ensuite à nouveau, à mesure que la production non conventionnelle stagnera ou se repliera.

La géographie de la demande sera également bouleversée, avec l'essor économique des pays émergents. "La Chine deviendra le plus important consommateur de pétrole devant les Etats-Unis en 2030, et la consommation d'hydrocarbures au Moyen-Orient dépassera celle de l'Union européenne à cette date également", estime l'AIE. Dès 2020, l'Inde prendra le relais et justifiera l'essentiel de la hausse de la demande.

Face à cette nouvelle donne mondiale, les capacités de raffinage seront redéployées en Asie et au Moyen-Orient, où se concentrera la demande. "D'ici à 2035, nous estimons que près de 10 mbj de la capacité mondiale de raffinage est en danger. Les raffineries de l'OCDE, et de l'Europe en particulier, sont parmi les plus vulnérables".

afp/al



(AWP / 12.11.2013 12h00)


Commenter AIE: la soif d'or noir étanchée par les nouvelles ressources pétrolières


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 20 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole baisse à dix jours d'une réunion stratégique de l…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en baisse lundi, les investisseurs se montrant prudents...

lundi 20 novembre 2017 à 18:44

Les prix des carburants toujours en hausse en France

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière, selon des chiffres publiés lundi.

lundi 20 novembre 2017 à 18:36

USA: Dernier obstacle franchi pour la construction de l'oléo…

Chicago: La construction de l'oléoduc Keystone XL, qui divise aux Etats-Unis défenseurs de l'environnement et partisans du développement des ressources énergétiques, a...

lundi 20 novembre 2017 à 18:35

Le pétrole recule à dix jours de la réunion de l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient lundi en fin d'échanges européens alors que l'avenir de l'accord de réduction de la production sera...

lundi 20 novembre 2017 à 15:48

Le pétrole new-yorkais, en baisse, le regard tourné vers une…

New York: Le pétrole new-yorkais baissait peu après l'ouverture lundi, les marchés hésitant à dix jours d'une réunion de l'Organisation des pays...

lundi 20 novembre 2017 à 12:12

Le pétrole recule, le marché hésite à dix jours d'une réunio…

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché renouant avec la prudence, alors que l'avenir de...

lundi 20 novembre 2017 à 04:51

Les cours du pétrole mitigés en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans l'attente de l'éventuelle prolongation de l'accord conclu par l'Opep pour limiter la...

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite