Menu
RSS
A+ A A-

Crise pétrolière: la Libye ne voit pas le bout du tunnel

Crise pétrolièreTripoli : Les négociations entre les autorités libyennes et les protestataires qui bloquent les principaux sites pétroliers du pays traînent sans progrès depuis plus de trois mois, faisant prolonger une crise qui a fait chuter la production d'hydrocarbures et les revenus de l'Etat de plus de 80%.
La crise dans les terminaux pétroliers se poursuit et la situation est totalement bloquée, a déploré lundi le président de la commission de crise au Congrès général national (CGN), la plus haute autorité du pays, Abddelwaheb al-Gaied.

Cette commission, formée en août, a été chargée de négocier avec les protestataires pour trouver une issue à la crise.

Intervenant lors d'une séance plénière du CGN retransmise par la télévision nationale, M. Al-Gaied a précisé que les protestataires campaient sur leurs positions.Des gardes des installations pétrolières bloquent depuis fin juillet les principaux terminaux pétroliers de Zueitina, Ras Lanouf et al-Sedra, situés dans l'est du pays.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement est en conflit ouvert avec ce groupe de gardes qu'il accuse de chercher à détourner du brut, ces derniers reprochant à leur tour aux autorités de vendre du pétrole de façon irrégulière.

Ibrahim Jodhrane, chef des protestataires partisans d'un système fédéral en Libye, s'était autoproclamé en août président du bureau politique de la Cyrénaïque. Il a annoncé la semaine dernière la formation d'un gouvernement local pour gérer les affaires de cette région.

Cette annonce semble s'inscrire dans le cadre du bras de fer avec les autorités centrales de Tripoli qui considèrent ce gouvernement hors-la loi.

Elle illustre aussi la faiblesse de l'Etat incapable d'asseoir son autorité sur des milliers d'ex-rebelles armés qui avaient combattu le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les mouvements de protestation ont provoqué une chute de la production de pétrole à 250.000 barils par jour (b/j), contre près de 1,5 million de barils par jour (mbj) avant le déclenchement de la crise fin juillet, a indiqué lundi à l'AFP Mohamed al-Harairi, responsable de la Compagnie nationale de pétrole (NOC).

Ces troubles dans l'industrie pétrolière qui génère 96% des revenus de l'Etat, ont causé des pertes estimées jusqu'ici à quelque 13 milliards de dollars, selon les autorités.

Puiser dans les réserves

Le représentant d'une institution monétaire internationale en Libye, a averti que si la crise se prolongeait, les autorités pourraient être obligées à puiser dans les réserves en devises.

Si la crise se prolonge, l'économie pourrait se contracter en 2013 et le gouvernement sera contraint de puiser dans ses réserves pour pouvoir payer des salaires et honorer ses engagements, a-t-il dit sous couvert de l'anonymat.

Les réserves du pays sont estimés entre 130 et 140 milliards de dollars, selon la même source.

Dans son dernier rapport, le Fonds monétaire international (FMI) a prévu une contraction du PIB de 5,1% pour 2013, en raison de la crise pétrolière contre 104,5% en 2012.

Une reprise des exportations à partir du terminal al-Harriga (est), annoncée par le gouvernement pour lundi, n'a pu avoir lieu comme prévu pour des raisons de logistique, selon le responsable de la NOC.

Le port est totalement sous le contrôle de la Arabian Gulf Oil Company (AGOCO, filiale de la NOC), a indiqué lundi M. al-Harairi, soulignant que des procédures de marketing avec les clients retardent le début des exportations du brut à partir de ce port.

La crise a été réglée. Deux cargaisons de brut sont prêtes pour l'exportation de ce terminal pétrolier d'une capacité de 110.000 b/j, a-t-il ajouté.

Par contre, la production n'a toujours pas repris dans le site pétrolier d'al-Charara (330.000 b/j), bloqué depuis le 28 octobre par des habitants de la région d'Oubari (sud), selon ce responsable.

Les habitants protestent contre leur marginalisation et réclament une répartition plus équitable des revenus pétroliers.

Des négociations sont toujours en cours avec les protestataires, a indiqué le responsable libyen.





Commenter Crise pétrolière: la Libye ne voit pas le bout du tunnel


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 19 janvier 2018 à 20:56

La hausse de la production américaine d'or noir pèse sur le …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais et londonien ont terminé en baisse vendredi, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) ayant à...

vendredi 19 janvier 2018 à 18:14

Le pétrole recule, l'AIE alarme avec ses prévisions sur les …

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, en baisse nette sur la semaine alors que l'Agence internationale de...

vendredi 19 janvier 2018 à 15:24

Le pétrole new-yorkais lesté à l'ouverture par l'offre améri…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture vendredi alors que l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a à son tour...

vendredi 19 janvier 2018 à 12:12

Le pétrole recule, l'AIE prévoit une production américaine r…

Londres: Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que les inquiétudes du marché sur un éventuel bond de...

vendredi 19 janvier 2018 à 10:07

Pétrole: record de production en vue aux Etats-Unis, le rééq…

Paris: En dépassant les 10 millions de barils par jour, les Etats-Unis devraient battre leur record historique de production d'or noir cette...

vendredi 19 janvier 2018 à 05:42

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie sous l'effet de prises de bénéfices et d'inquiétudes sur une augmentation de la...

jeudi 18 janvier 2018 à 20:57

Le pétrole hésite à New York entre baisse des stocks et haus…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole new-yorkais a terminé quasi inchangé jeudi, le marché hésitant entre une nouvelle baisse importante des...

jeudi 18 janvier 2018 à 19:10

TransCanada sécurise les contrats pour la construction du Ke…

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi avoir sécurisé des contrats de livraisons de pétrole sur 20 ans permettant d'engager la construction...

jeudi 18 janvier 2018 à 18:18

Le pétrole hésite, entre pessimisme de l'Opep et un rapport …

Londres: Les cours du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens alors que l'Opep a relevé ses prévisions sur la production américaine...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite