Menu
RSS
A+ A A-

Le brut ploie sous l'incertitude budgétaire américaine

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole baissaient toujours nettement lundi en fin d'échanges européens, pénalisés par l'impasse budgétaire aux États-Unis et le rapprochement entre l'Iran et Washington.

Vers 16H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 107,90 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 73 cents par rapport à la clôture de vendredi - après être tombé vers 14H00 GMT à 107,22 dollars, son minimum depuis le 9 août.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,15 dollar, à 101,72 dollars - après être tombé vers 14H00 GMT à 101,05 dollars, son plus bas depuis le 6 juillet.

Le WTI est "tombé à un plus bas en trois mois à cause des inquiétudes que la fermeture de l'Etat fédéral américain réduise la demande de pétrole et menace les perspectives de croissance pour le dernier trimestre de 2013", expliquait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

L'État fédéral américain pourrait en effet se retrouver en partie bloqué à partir de mardi matin, et des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux mis en congés sans solde, si les négociations entre démocrates et républicains n'aboutissent pas d'ici 23H59 à Washington à un budget provisoire.

Le Sénat américain reprend ses travaux à 18H00 GMT et devrait rejeter un projet de loi de finances adopté dans la nuit de samedi à dimanche par la Chambre des représentants, renvoyant ainsi les négociations à la case départ.

Selon des prévisions, une fermeture partielle des services publics pendant deux semaines pourrait réduire la croissance économique de 0,3% à 0,5%.

"Même le Brent a été sous pression, atteignant son plus bas en plus d'un mois, à cause d'un climat géopolitique plus stable au Moyen Orient et un indice PMI chinois décevant", ajoutait Michael Hewson.

Le rapprochement entre les États-Unis et l'Iran ainsi que les avancées sur la question de la destruction des armes chimiques syriennes ont tout particulièrement pesé sur les cours du brut ces derniers temps.

La semaine dernière, les Iraniens ont accepté de reprendre les négociations sur leur programme nucléaire et les chefs de la diplomatie des deux pays, John Kerry et Mohammad Javad Zarif, se sont rencontrés jeudi en marge de l'assemblée générale de l'ONU.

Et vendredi, les présidents iranien et américain se sont parlés au téléphone, nouant ainsi un contact sans précédent à ce niveau depuis la révolution islamique de 1979.

Les pays occidentaux accusent l'Iran de chercher à fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que l'Iran dément.

En cas de succès des négociations, cela pourrait conduire à terme à la levée des sanctions occidentales contre Téhéran, dont un embargo sur le pétrole iranien. Plusieurs analystes estimaient que cela pourrait se traduire par l'arrivée sur le marché mondial d'un million de barils de pétrole supplémentaires par jour.

"Étant donné l'incertitude politique aux États-Unis et en Italie (démission des ministres de Silvio Berlusconi au cours du week-end) et le rapprochement évident entre les États-Unis et l'Iran, il y a un risque que le pétrole recule davantage lors des prochains jours, vers 105 dollars pour le Brent et 100 dollars pour le WTI", pronostiquaient les économistes de Commerzbank.

Pour eux, ces facteurs "pourraient conduire les investisseurs spéculatifs à fermer leurs positions à l'achat et ainsi provoquer un mouvement de ventes massives" qui déclencherait une spirale baissière.

afp/cha



(AWP / 30.09.2013 18h40)


Commenter Le brut ploie sous l'incertitude budgétaire américaine


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite