Menu
RSS
A+ A A-

Le brut dopé par la Syrie, à son plus haut en 18 mois à New York

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont bondi mardi à leur plus haut niveau en 18 mois à New York, les investisseurs craignant qu'une éventuelle intervention internationale contre le régime syrien ne perturbe la production et le transport d'or noir au Moyen-Orient.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre a grimpé de 3,09 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 109,01 dollars. Il n'avait plus atteint ce prix en clôture depuis février 2012.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'est de son côté adjugé 3,63 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour terminer à 114,36 dollars, son plus haut niveau en six mois.

Une frappe contre le régime syrien, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques, semblait imminente mardi alors que Washington et ses alliés ont multiplié les déclarations en ce sens.

Or "les courtiers sont très sensibles à tous les gros titres qui signalent que les Etats-Unis sont prêts à y aller dans les jours à venir", a relevé John Kilduff d'Again Capital. "C'est un gros événement pour le marché étant donné tous les intérêts en jeu."

La Syrie n'est pas elle-même un grand producteur de brut. Sa production ne s'élevait début août qu'à 39'000 barils par jour, en chute par rapport aux 380'000 barils de mars 2011, après plus de deux ans d'une révolte populaire qui a fait plus de 100'000 morts selon l'ONU et contraint à la fuite des millions d'habitants.

Mais les investisseurs craignent que le conflit syrien ne s'étende aux pays voisins et mette en péril la production de la région, où se concentre environ 35% de la production mondiale de brut. Les oléoducs "sont particulièrement vulnérables" aux attaques, selon M. Kilduff.

C'est surtout "l'incertitude" autour de la nature, la durée ou l'ampleur d'une éventuelle intervention armée qui participe à la montée des prix, a remarqué de son côté Phil Flynn de Price Futures Group.

La crainte d'une perturbation de l'offre de brut en provenance du Moyen-Orient était amplifiée par "l'annonce que les exportations de pétrole libyen ont chuté à moins de 200'000 barils par jour", a par ailleurs relevé Matt Smith de Schneider Electric.

La production libyenne, qui s'établit en temps normal à 1,5 ou 1,6 million b/j, a plongé ces dernières semaines en raison de grèves sur des sites et terminaux pétroliers.

Cette remontée des prix du pétrole pourrait toutefois n'être que temporaire, selon plusieurs analystes.

La perte de production en Libye et en Irak devrait "être gérable", a ainsi remarqué Greg Priddy d'Eurasia Group.

La demande d'or noir de la part des raffineries devrait d'une part ralentir dans les prochaines semaines alors que s'approche la fin de l'été, traditionnellement la saison au cours de laquelle la consommation d'essence est à son pic.

De plus, les volumes en jeu en sont "insuffisants pour renverser la tendance d'une augmentation de l'offre de pétrole au niveau mondial grâce à la hausse de la production en Amérique du Nord", a noté M. Priddy.

L'Arabie saoudite, premier producteur de l'Opep, pourrait aussi décider d'exploiter un peu plus ses réserves, apaisant ainsi les craintes d'une pénurie d'or noir.

afp/rp



(AWP / 28.08.2013 06h21)


Commenter Le brut dopé par la Syrie, à son plus haut en 18 mois à New York


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite