Menu
RSS
A+ A A-

Les exportations de brut irakien à leur plus bas niveau depuis 16 mois

prix-du-petrole BAGDAD - Les exportations de brut irakien sont tombées à leur plus bas niveau depuis 16 mois, même si les niveaux de production sont en légère augmentation, selon les derniers chiffres publiés mercredi par le ministère du pétrole.


En juillet, l'Irak a engrangé 7,3 milliards de dollars en exportant 72 millions de barils, soit quelque 2,32 millions de barils par jour, le plus bas niveau depuis mars 2012.

Les champs pétrolifères du sud du pays ont fourni 2,14 millions de b/j d'exportations, tandis que Kirkouk, dans le nord du pays, exportait 168.000 b/j par oléoduc et 12.000 b/j par camions à destination de la Jordanie.

Aucune raison n'a été fournie pour expliquer la baisse des exportations, mais outre les problèmes techniques, certaines installations, tel l'oléoduc qui relie Kirkouk à la Turquie, sont régulièrement prises pour cible par des extrémistes.

La production de brut en juillet était de 3,25 millions de b/j, comparé à 2,94 millions de b/j à la même période l'an dernier, selon le ministère.

Ces chiffres ne prennent pas en compte la production de la région autonome du Kurdistan dont les autorités ont récemment signé plusieurs accords de prospection pétrolière avec des compagnies étrangères, contre l'avis du gouvernement central de Bagdad, qui les juge illégaux.

Les diplomates et les spécialistes estiment que les problèmes entre Bagdad et la région autonome kurde, dotée d'une grande partie des réserves de brut de l'Irak, sont l'une des plus lourdes menaces pesant sur la stabilité à long terme de ce pays.

Selon Assem Jihad, le porte-parole du ministère du pétrole, l'Irak entend prochainement construire un second oléoduc au Kurdistan, pour relier sur 300 kilomètres le centre pétrolier de Kirkouk à la frontière turque.

Neuf compagnies étrangères ont déjà soumis des offres et nous espérons en recevoir d'autres, a déclaré M. Jihad à l'AFP.

Le nouvel oléoduc, d'une capacité de 600.000 b/j, sera construite en parallèle à celui déjà existant, a-t-il précisé.

L'Irak a besoin d'un nouvel oléoduc au nord parce que celui en place est vieux et a fait l'objet de sabotages répétés, et parce que nous avons besoin d'augmenter le niveau d'exportation, a indiqué M. Jihad.

Les exportations de brut assurent la quasi totalité des revenus du pays.

Le potentiel pétrolier de l'Irak est très important : au coude-à-coude avec l'Iran pour la position de deuxième producteur de brut de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le pays possède 9% des réserves mondiales d'or noir, selon la BP Statistical Review of World Energy.

L'Irak ambitionne de porter sa production à 4,5 m b/j fin 2014 et à 9 m b/j en 2020, mais cet objectif est jugé trop ambitieux par certains observateurs du fait du besoin de nouvelles infrastructures.

l'Agence internationale de l'énergie (AIE) envisage une production irakienne de 6 m b/j en 2020.

bur-fc/az

BP


(©AFP / 07 août 2013 13h56)


Commenter Les exportations de brut irakien à leur plus bas niveau depuis 16 mois


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite