Menu
RSS
A+ A A-

Les prix du brut chutent, ébranlés par la crise nucléaire au Japon

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole poursuivaient leur plongeon mardi en fin d'échanges européens, après avoir momentanément chuté de plus de 5 dollars, dans un marché ébranlé par la crise nucléaire au Japon, qui pourrait compromettre le redressement du pays après le séisme.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 110,87 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en chute de 2,80 dollars par rapport à la clôture de lundi.

Il avait dégringolé brièvement de plus 5 de dollars à la mi-séance, tombant sous les 110 dollars pour la première fois depuis trois semaines.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance reculait de 2,11 dollars, à 99,08 dollars, après avoir glissé à son plus bas niveau depuis deux semaines, à 96,71 dollars.

Le vent de panique qui a balayé mardi les Bourses mondiales n'a pas épargné pas les cours du baril, les opérateurs s'inquiétant de voir la crise nucléaire s'aggraver au Japon après une nouvelle explosion à la centrale de Fukushima 1, où les accidents se succèdent depuis le violent séisme de vendredi.

"On redoute d'arriver à une situation de fuites radioactives substantielles, ce qui plomberait probablement la reconstruction du pays et affecterait l'activité économique, réduisant d'autant plus la consommation pétrolière du Japon", commentait Bjarne Schieldrop, chef analyste de la banque SEB.

Au moins six des 27 raffineries japonaises ont été arrêtées à la suite du séisme, paralysant 31% des capacités de raffinage de l'archipel nippon, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), ce qui devrait entraîner une forte diminution à court terme des importations de brut du pays.

Par ailleurs, "les destructions matérielles, le rationnement de l'électricité et les dommages infligés aux infrastructures devraient pénaliser, à court terme, la croissance économique du Japon" et donc sa demande énergétique, soulignait Christophe Barret, de Crédit Agricole.

Cette situation préoccupe les marchés, car le Japon est le troisième consommateur de brut dans le monde, et sa reconstruction pourrait se trouver hypothéquée par un accident nucléaire majeur.

"Il y a bien trop d'incertitudes, cela précipite la chute des prix du baril, dans le sillage des lourdes pertes des places boursières. Les investisseurs veulent réduire leur exposition au risque sur les marchés, et cela a entraîné des mouvements de vente massifs sur le pétrole", expliquait Myrto Sokou, de la maison de courtage londonienne Sucden.

A moyen terme, cependant, le Japon pourrait utiliser plus d'hydrocarbures pour la production d'électricité, afin de compenser la fermeture de centrales nucléaires dans l'archipel, ce qui pourrait accroître finalement sa consommation pétrolière de quelque 200'000 barils selon l'AIE.

"En revanche, un regain des risques géopolitiques en Afrique du nord et au Moyen-Orient continue de fournir un soutien aux prix du brut", tempérait Christophe Barret.

A Bahreïn, pays adjacent de l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut du monde, le roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa a proclamé l'état d'urgence pour trois mois, au lendemain de l'arrivée de troupes du Golfe venues l'aider à contenir la contestation chiite.

En Libye, où les forces pro-Kadhafi reprenaient l'avantage, la production était presque à l'arrêt ces derniers jours en raison des combats, selon l'AIE.

rp

(AWP/15 mars 2011 18h30)

Commenter Les prix du brut chutent, ébranlés par la crise nucléaire au Japon


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 22 octobre 2017 à 14:14

Syrie: une alliance arabo-kurde prend à l'EI un important ch…

Beyrouth: Des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington se sont emparés dimanche de l'un des plus importants champs pétroliers de Syrie...

samedi 21 octobre 2017 à 15:33

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud (ministre)

Bagdad: L'Irak a accru depuis samedi de 200.000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle...

vendredi 20 octobre 2017 à 21:10

Le pétrole monte légèrement, prudent face à la situation en …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en légère hausse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs gardant un oeil sur...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:25

Chevron suspend ses opérations dans le Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé vendredi suspendre "temporairement" ses opérations au Kurdistan irakien, région secouée par des tensions...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:05

Le pétrole remonte dans un marché hésitant

Londres: Les cours du pétrole se retournaient à la hausse vendredi en fin d'échanges européens dans un marché hésitant sur la semaine...

vendredi 20 octobre 2017 à 15:20

Le pétrole, gardant un oeil sur l'Irak, ouvre en baisse à Ne…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York baissait vendredi à l'ouverture, alors que les tensions en Irak...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:49

A Kirkouk, le retour des employés irakiens du pétrole chassé…

Bay hassan (irak): Ils ont renfilé leurs combinaisons grises et inspectent leurs installations en attendant le feu vert pour reprendre le pompage...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:23

Ordonnances: la CGT pétrole décidera mercredi des modalités …

Paris: La CGT pétrole, qui a menacé lundi de lancer une grève dans le secteur faute de l'ouverture "immédiate" d'une négociation pour...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:13

Le pétrole en berne, la situation s'apaise en Irak

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau vendredi en cours d'échanges européens alors que les Kurdes irakiens indépendantistes ont ouvert le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite