Menu
RSS
A+ A A-

L'Opep sereine mais pas immune face au choc du pétrole de schiste US

prix-du-petrole (reprise de samedi)</p(reprise de samedi):

(reprise de samedi)


Vienne - Les pays de l'Opep ont affiché leur sérénité face au bond de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, mais ce phénomène risque, selon des experts, d'exacerber les rivalités au sein du cartel dont les membres seront diversement affectés.

"L'Opep sera là longtemps après le pétrole de schiste", a lancé le secrétaire général de l'organisation, Abdallah El-Badri vendredi à l'issue d'une réunion ministérielle à Vienne.

La production de pétrole de schiste (shale oil) et de pétrole dit "compact" (tight oil), dont l'extraction a été rendue possible par le recours à la fracturation hydraulique, comme le gaz de schiste, est en plein essor aux Etats-Unis, et vient s'ajouter à l'extraction à grande échelle des sables bitumineux au Canada.

Dans un rapport publié le mois dernier, l'Agence internationale de l'énergie a prédit que l'exploitation de ces ressources non conventionnelles en Amérique du Nord créerait une "onde de choc" pour le marché pétrolier mondial, comparable dans ses effets à la hausse de la demande chinoise d'or noir.

Elles devraient fournir la moitié des nouvelles capacités de production de pétrole d'ici 2018.

Mais l'Opep, qui s'est réunie vendredi à Vienne et a maintenu à cette occasion son plafond de production à 30 millions de barils par jour (soit un peu plus du tiers de l'offre mondiale), a relativisé ce phénomène.

"Je ne pense pas que ce soit une grande menace" pour le cartel, a déclaré M. El-Badri. "C'est un nouvel ajout au bouquet énergétique et nous le saluons", a-t-il ajouté.

L'ASSURANCE TRANCHE AVEC DES AVERTISSEMENTS D'ANALYSTES

Il faut dire que le cartel fondé en 1960 en a vu d'autres, et s'est adapté à l'émergence successive de nouvelles régions pétrolières comme le Golfe du Mexique, la Mer du Nord ou plus récemment le Brésil.

Mais l'assurance du groupement tranche avec les avertissements de certains analystes.

"Le pouvoir de l'Opep sur le marché va diminuer à cause de la révolution du schiste américain", même si "pour l'instant, cela affecte surtout les producteurs d'Afrique de l'Ouest", a estimé Torbjorn Kjus, de la banque DNB.

Les pays de l'Opep ne sont en effet pas tous logés à la même enseigne face à ce défi, le Nigeria et l'Angola ayant le plus à craindre dans l'immédiat, car ils produisent du brut léger d'une qualité similaire au pétrole compact américain, et risquent donc d'être privés d'un important débouché.

"C'est un grand souci pour nous", a confirmé à Vienne la ministre nigériane du Pétrole, Diezani Alison-Madueke, rappelant que l'Afrique a besoin d'exportations pérennes pour assurer son propre développement.

Selon l'analyste de DNB, l'Arabie Saoudite, plus gros producteur de l'Opep, devrait soulager dans un premier temps ses partenaires et se sacrifier en réduisant volontairement sa propre production, mais devrait leur demander de partager ses efforts à partir de 2015, mettant ainsi à l'épreuve la solidité du groupement.

"Les confrontations au sein de l'Opep vont s'intensifier, en particulier entre l'Arabie Saoudite (...) et l'Irak", dont la production est en forte croissance, renchérit Andrey Kryuchenkov, de la banque VTB.

"La discipline en matière de production va devenir la question principale au sein du groupement", juge-t-il.

Une autre interrogation porte sur la capacité des pays de l'Opep à s'adapter en écoulant leur brut vers de nouveaux marchés, en particulier les économies asiatiques en forte croissance.

"Nous avons de grandes possibilités pour écouler notre brut, car nous avions heureusement décidé de diversifier nos marchés", et "désormais nous vendons (du pétrole) à la Chine et à l'Inde", a fait valoir le ministre vénézuélien Rafael Ramirez.

Par ailleurs, un autre facteur incite à ne pas enterrer trop vite le cartel. "L'Opep restera un producteur pivot, grâce à ses capacités de production non utilisées", prédit M. Kryuchenkov.

Une allusion aux cruciales capacités excédentaires de l'Opep, concentrées en Arabie Saoudite, qui lui permettent de compenser toute chute soudaine de la production dans un autre pays, jouant en quelque sorte le rôle de "banque centrale" du pétrole.

rp



(AWP / 03.06.2013 06h23)


Commenter L'Opep sereine mais pas immune face au choc du pétrole de schiste US


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 24 novembre 2017 à 20:15

Le pétrole progresse à quelques jours d'une réunion stratégi…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse vendredi lors d'une séance écourtée, profitant...

vendredi 24 novembre 2017 à 18:17

Le pétrole monte, l'oléoduc Keystone reste paralysé

Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en fin d'échanges européens, le WTI américain profitant en particulier d'une perturbation régionale de l'offre...

vendredi 24 novembre 2017 à 15:23

Le pétrole progresse, s'inquiétant des conséquences d'une fu…

New York: Le pétrole new-yorkais a débuté la séance en hausse vendredi, la fermeture depuis plusieurs jours d'un oléoduc reliant le Canada...

vendredi 24 novembre 2017 à 13:27

Le pétrole grimpe, l'oléoduc Keystone perturbe l'offre nord-…

Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, alors qu'un oléoduc majeur qui relie le Canada et les États-Unis...

vendredi 24 novembre 2017 à 08:12

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions divergentes en Asie, le "light sweet crude" (WTI) enfonçant un plus haut...

jeudi 23 novembre 2017 à 18:10

Le pétrole tâtonne dans un marché perturbé par Thanksgiving

Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en fin d'échanges européens alors que les marchés sont restés fermés aux Etats-Unis en raison...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite