Menu
RSS

Le recul s'accentue, dans l'attente des stocks US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole accentuaient leur repli jeudi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours sous le coup de prévisions maussades sur la croissance économique mondiale et prudent avant les chiffres hebdomadaires des stocks américains d'or noir.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 101,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 56 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 52 cents à 92,61 dollars.

Les cours du baril, qui avaient cédé près de deux dollars mercredi, restaient minés par un regain d'inquiétudes sur la demande énergétique, à la suite d'une révision des prévisions de croissance mondiale par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Les experts de l'OCDE ont ainsi revu en baisse la croissance mondiale pour 2013, à 3,1% contre 3,4% attendus précédemment.

En Chine, deuxième pays consommateur de brut dans le monde, la croissance en 2013 devrait être inférieure aux attentes "pour la deuxième année d'affilée", selon l'OCDE. Le Fonds monétaire international (FMI) a lui aussi abaissé mercredi de 8% à "environ 7,75%" sa prévision de croissance pour la Chine.

A l'instar des Bourses, "les cours du brut ont fortement baissé" à la suite de ces prévisions, et ce "en dépit d'un fléchissement du dollar, qui tend habituellement à soutenir les prix du brut (en rendant plus attractifs les achats de pétrole, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises, ndlr), notait Jonathan Sudaria, analyste du courtier Capital Spreads.

D'autre part, "les opérateurs sur les marchés de l'énergie sont nerveux car ils redoutent que la Réserve fédérale américaine (Fed) réduise ses rachats d'actifs", observait-il.

Destinées à stimuler l'activité, ces injections de liquidités de la Fed dans l'économie américaine contribuent à doper les investissements dans les matières premières, mais aussi à diluer la valeur du billet vert.

Le marché restait par ailleurs dominé par la prudence avant la publication du rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE), dont la publication a été exceptionnellement reportée à jeudi, en raison du lundi férié aux Etats-Unis.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les stocks de brut, qui s'étaient récemment élevés à des sommets depuis 1982, devraient avoir reculé de 400.000 barils sur la semaine achevée le 24 mai.

Les stocks de produits distillés (qui incluent le gazole et le fioul de chauffage) sont attendus en hausse de 200.000 barils, et ceux d'essence, très surveillés avant la période estivale des grands déplacements automobiles, devraient avoir diminué de 200.000 barils.

Mais l'API, fédération professionnelle du secteur pétrolier, qui publie ses propres estimations, a fait état mercredi soir de chiffres nettement plus maussades, jugeant que les stocks de brut américains avaient bondi de 4,4 millions de barils la semaine dernière... ravivant les craintes sur la surabondance d'or noir aux Etats-Unis.

"Si les statistiques du DoE s'accordent à celles de l'API, on va certainement voir le fort mouvement de vente de mercredi se poursuivre (...) et le recul des prix pourrait bien s'accentuer" encore davantage, estimait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

Enfin, l'attention des investisseurs se tournait également vers les déclarations des ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), à la veille d'une réunion du cartel à Vienne.

Les analystes s'attendent à un maintien du plafond de production collectif de l'organisation, fixé à 30 millions de barils par jour (mbj) depuis fin 2011.

Rejoignant la position de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et du Koweït, le ministre irakien du Pétrole, Abdel Karim al-Luaybi, a jugé jeudi le marché "stable" et le niveau des prix satisfaisant, se prononçant contre une modification du plafond de production du cartel.

jq



(AWP / 30.05.2013 13h12)


Commenter Le recul s'accentue, dans l'attente des stocks US

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite