Menu
RSS
A+ A A-

Malgré des turbulences, l'Opep s'achemine vers un nouveau statu quo

prix-du-petrole (avant(avant:papier)

Paris - L'Opep devrait maintenir vendredi à Vienne son plafond de production, les prix du pétrole s'étant stabilisés à des niveaux élevés après leur récente correction, et tenter d'avancer sur la succession délicate de son secrétaire général.

Les ministres du pétrole de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole se réuniront vendredi matin dans la capitale autrichienne, siège du cartel fondé en 1960, qui assure environ 35% de la production mondiale d'or noir.

Les analystes s'attendent à ce qu'ils laissent inchangé le plafond de production collectif des 12 membres du cartel, fixé à 30 millions de barils par jour (mbj) fin 2011.

"Il ne faut pas attendre grand chose de neuf, le statu quo reste de mise pour le moment", a déclaré à l'AFP Andrey Kryuchenkov, analyste de la banque russe VTB.

En effet, depuis la précédente réunion en décembre, l'équilibre des forces n'a guère bougé, malgré un récent coup de semonce sur le marché pétrolier.

Le cours du baril de Brent à Londres, arrimé depuis l'automne autour de 110 dollars, était retombé en avril sous les 100 dollars pour la première fois depuis l'été dernier.

Un coup de froid provoqué par des craintes sur la demande, couplées à des réserves pétrolières surabondantes aux Etats-Unis.

Mais les cours se sont redressés ces dernières semaines au-dessus du seuil crucial de 100 dollars, soit le prix jugé "satisfaisant" par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep. Et comme, le relève M. Kryuchenkov, c'est "un niveau rentable et décent pour la plupart des membres" du cartel.

Le ministre saoudien du pétrole Ali al-Nouaïmi a ainsi déclaré à son arrivée mardi à Vienne que le marché était "bien approvisionné" et était "dans un environnement idéal", selon l'agence Dow Jones Newswires.

Son confrère des Emirats arabes unis, Suhail al-Mazroui, fidèle à la ligne saoudienne, avait quant à lui jugé lundi le niveau actuel des cours "convenable et équitable".

En revanche, la baisse printanière a donné du grain à moudre à l'Iran, qui a réitéré ses appels à diminuer la production pour faire remonter les prix (d'autant que sa production nationale a elle-même chuté à cause des sanctions internationales). Les cours "ne correspondent pas à nos aspirations", s'est ainsi plaint au début du mois son ministre Rostam Ghassemi.

Il a reçu lundi l'appui de Rafael Ramirez, son homologue du Venezuela, qui s'est dit "disposé à une baisse de production" si l'Opep la jugeait nécessaire pour protéger les cours.

LE NOUVEAU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMMÉ EN FIN D'ANNÉE

Parallèlement, la production effective de l'Opep, qui a longtemps dépassé largement sa cible, "est proche depuis quelque temps du plafond commun", et devrait continuer à s'en rapprocher, observe Damien Cox, du cabinet EnergyQuote JHA. Elle s'est établie à 30,7 mbj en avril, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Par ailleurs, réduire le débit, comme le prône Téhéran, risquerait, en faisant remonter les cours, d'affaiblir par contrechoc une économie mondiale toujours fragilisée par l'Europe, et donc de ralentir au final la demande d'hydrocarbures.

A contrario, l'Arabie saoudite pourrait avoir intérêt à laisser ses vannes ouvertes pour faire baisser un peu plus les cours.

Cela lui permettrait de faire d'une pierre deux coups : redonner un peu d'élan à l'économie mondiale, tout en sapant le développement de la production de pétrole hors Opep, comme celle du brut non-conventionnel en Amérique du Nord, plus coûteuse que l'extraction classique (et qui nécessite donc des cours élevés).

L'AIE avait présenté récemment l'envolée de la production pétrolière nord-américaine comme une menace potentielle pour l'influence de l'Opep.

Enfin, les ministres devraient tenter de rapprocher leurs points de vue sur la succession du secrétaire général, le Libyen Abdallah El-Badri, en fonctions depuis 2007. Mais le choix de son successeur n'est pas pour tout de suite.

Faute de consensus autour d'un candidat, l'Arabie Saoudite, l'Irak et l'Iran se disputant jusqu'ici le poste, le Libyen avait été prolongé en décembre dernier pour un an.

En avril, il avait lui même indiqué que les critères de sélection de son remplaçant seraient discutés le 31 mai. Tout en ajoutant que la nomination elle-même n'interviendrait que lors de la réunion suivante, programmée en décembre.

rp



(AWP / 28.05.2013 19h46)


Commenter Malgré des turbulences, l'Opep s'achemine vers un nouveau statu quo


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 22 novembre 2017 à 06:22

Le pétrole grimpe en Asie

Singapour: Le pétrole était orienté à la hausse, mercredi matin, dopé par des estimations d'une nette baisse des réserves américaines de brut...

mardi 21 novembre 2017 à 21:08

Le pétrole profite de propos favorables à un accord de l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse mardi, profitant de signaux optimistes sur...

mardi 21 novembre 2017 à 18:19

Le pétrole stable, prudence des marchés avant la réunion de …

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient mardi en fin d'échanges européens alors que les investisseurs restaient prudents à une dizaine de...

mardi 21 novembre 2017 à 18:11

Pétrole/corruption: six dirigeants de la filiale américaine …

Caracas: Les autorités vénézuéliennes ont arrêté le président et cinq vice-présidents de Citgo, la filiale américaine du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA, pour...

mardi 21 novembre 2017 à 15:29

Le pétrole en hausse à New York, saluant des commentaires ir…

New York: Le pétrole new-yorkais évoluait en hausse mardi peu après l'ouverture, les investisseurs saluant des commentaires rassurants quant à l'éventuelle prolongation...

mardi 21 novembre 2017 à 12:16

Le pétrole remonte, le marché hésite avant Thanksgiving

Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché peu actif alors que les échanges seront interrompus...

mardi 21 novembre 2017 à 10:59

Fin des hydrocarbures: pas d'accord entre députés et sénateu…

Paris: Pas d'accord: les députés et les sénateurs ont échoué mardi à trouver une version commune du projet de loi sur la...

mardi 21 novembre 2017 à 10:39

Norvège: production pétrolière plus faible que prévu en octo…

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté en octobre, mais ressort en deçà des...

mardi 21 novembre 2017 à 06:01

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Le pétrole rebondissait mardi en Asie, mais les gains demeuraient limités avant une réunion de l'Opep au cours de laquelle le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite