Menu
RSS
A+ A A-

Le brut accentue son recul, les stocks américains inquiètent

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole accentuaient leur repli mercredi en fin d'échanges européens, minés par les inquiétudes sur la demande et par l'abondance de l'offre pétrolière mondiale, dans un marché refroidi par un bond plus fort qu'attendu des stocks d'essence aux États-Unis.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est l'avant-dernier jour de cotation, valait 101,92 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 68 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 70 cents à 93,51 dollars.

Les cours du baril étaient pénalisés mercredi par la publication du rapport hebdomadaire du Département américain de l'Énergie (DoE), "largement décevants en dépit d'un léger recul des stocks de brut", notait Torbjorn Kjus, analyste de DnB Bank.

Le DoE a ainsi fait état d'une diminution de 600'000 barils des réserves de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 10 mai. Ces stocks enregistraient donc un léger reflux, après être montés la semaine précédente à un niveau record depuis 1982, "mais comme les niveaux restent extrêmement élevés, il est difficile de considérer (cette légère baisse) comme un signal encourageant", observait M. Kjus.

En revanche, les réserves de produits distillés (qui incluent le gazole et le fioul de chauffage) ont augmenté de 2,3 millions de barils, une hausse trois fois plus importante qu'attendu par les analystes.

Et les réserves d'essence, très surveillées avant la saison estivale des grands déplacements en voiture, ont bondi de 2,6 millions de barils à 217,70 millions de barils, contredisant largement les anticipations des experts qui avaient misé sur un repli de 700'000 barils.

Alors que les raffineries sont nombreuses à sortir d'une période de maintenance printanière et donc à augmenter leur consommation de brut pour accroître leur production de produits raffinés, "les stocks (de produits) grossissent, et la demande est restée très faible", notamment la consommation d'essence, "ce qui explique que le rapport du DoE ait tiré les prix vers le bas", expliquait Torbjorn Kjus.

Ces chiffres renforçaient en effet les inquiétudes sur la demande énergétique des États-Unis, premier consommateur de brut de la planète, dans un marché déjà inquiet des perspectives de la demande pétrolière en Europe, après l'annonce mercredi d'une poursuite de la récession dans la zone euro au premier trimestre.

Cependant, "alors que le deuxième trimestre est traditionnellement le plus faible de l'année pour la demande (pétrolière) dans le monde, c'est la question de l'offre qui domine l'attention des investisseurs. A la fois à court terme et à moyen terme, il y a une surabondance de l'offre de pétrole", soulignait David Hufton, analyste du courtier PVM.

Mardi, un rapport de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) avait ainsi assombri le marché, en estimant que l'accroissement de l'offre d'or noir entraîné par l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels en Amérique du Nord devrait devenir supérieur à l'augmentation de la demande dans les cinq prochaines années.

"Les jours où l'on évoquait une possible envolée des prix jusqu'à 200 dollars le baril sont terminés", commentait Olivier Jakob, analyste de Petromatrix, notant -- outre le gonflement de l'offre nord-américaine -- la hausse attendue des capacités de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Loin d'avoir restreint son offre pour enrayer la chute des prix du baril de la mi-avril, les pays de l'Opep, qui pompent 35% du brut mondial, ont sensiblement gonflé sa production le mois dernier, selon l'AIE.

Enfin, "le renforcement du dollar (monté mercredi à un nouveau sommet depuis quatre ans et demi face au yen, ndlr) accroît encore la pression sur les cours du pétrole", en rendant moins attractifs les achats de brut, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises, ajoutait M. Hufton.

rp



(AWP / 15.05.2013 18h31)


Commenter Le brut accentue son recul, les stocks américains inquiètent


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

lundi 18 septembre 2017 à 12:39

Le pétrole évolue sans grande direction après une forte haus…

Londres: Les prix du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en cours d'échanges européens, mais restaient tout de même proche de...

lundi 18 septembre 2017 à 06:09

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, mais les gains étaient limités par de nouvelles inquiétudes...

vendredi 15 septembre 2017 à 21:09

Face au seuil des 50 dollars, le pétrole new-yorkais fait du…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York, en forte hausse au cours des séances précédentes, se sont heurtés...

vendredi 15 septembre 2017 à 18:06

Le pétrole stable, en nette hausse sur la semaine

Londres: Les cours du pétrole restaient stables vendredi en fin d'échanges européens, les marchés reprenant leur souffle après quatre séances d'affilée de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite