Menu
RSS

Le brut chute sous 100 dollars à Londres, indicateurs décevants

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole plongeaient de plus de 3 dollars mercredi en fin d'échanges européens, retombant à Londres sous le seuil des 100 dollars, plombés par des indicateurs décevants en Chine et aux Etats-Unis -- dont un bond des stocks américains de brut à un sommet depuis 1982.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 99,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en recul de 3,26 dollars par rapport à la clôture de mardi. Il retombait sous 100 dollars, seuil sous lequel il n'était pas descendu depuis une semaine.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 3,13 dollars à 90,33 dollars.

"Les statistiques très décevantes publiées en Chine puis aux Etats-Unis (les deux principaux pays consommateurs de brut de la planète) ont donné le ton des échanges, et incité les investisseurs à se désengager des actifs à risque, d'où ce mouvement de vente massive sur le pétrole", expliquait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

Ainsi, l'indice PMI des directeurs d'achat publié mercredi par les autorités chinoises s'est établi en avril à 50,6, contre 50,9 en mars, à un niveau plus bas qu'attendu et qui se rapproche encore un peu plus du niveau de 50 qui marque la limite entre contraction et progression de l'activité.

"Ce tassement de l'activité manufacturière en Chine confirme à nouveau le ralentissement de la croissance économique du pays", et montrent que le géant asiatique n'est plus à même de stimuler la demande pétrolière mondiale, observaient les analystes de la maison de courtage PVM.

Dans des volumes d'échanges modérés, en l'absence de nombreux opérateurs européens à l'occasion du 1er mai, les cours du baril ont encore accéléré leur repli en début d'échanges américains après la diffusion d'indicateurs moroses aux Etats-Unis -- de loin, le premier consommateur d'or noir au monde.

Selon l'enquête de la société de services informatiques ADP, les embauches ont nettement diminué en avril dans le secteur privé aux Etats-Unis, enregistrant la plus faible expansion de créations d'emplois depuis septembre -- des chiffres de mauvais augure avant le rapport officiel mensuel sur l'emploi attendu vendredi, baromètre majeur pour jauger la vigueur de la première économie mondiale.

De plus, comme en Chine, l'activité des industries manufacturières a continué de ralentir aux Etats-Unis en avril, selon l'indice des directeurs des achats de ce secteur publié mercredi par l'association professionnelle ISM, qui a reculé plus qu'attendu.

"Enfin, les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) ont fait état d'un nouveau bond important des stocks de brut dans le pays -- ce qui pose de sérieuses questions sur la solidité de la demande", dans un marché hanté par surabondance persistante d'or noir aux Etats-Unis, ajoutait Mme Sokou.

Selon le DoE, les réserves américaines de brut ont progressé de 6,7 millions de barils lors de la semaine achevée le 26 avril, huit fois plus que ce qu'attendaient les analystes, atteignant un sommet depuis au moins 1982.

Les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont de leur côté augmenté de 500'000 barils, un peu plus que prévu, tandis que les réserves d'essence, très surveillées avant la saison estivale des grands déplacements en voiture, reculaient de 1,8 million de barils.

"Les volumes d'échanges quand même plus étiques qu'à l'habitude ont eu tendance à accentuer le plongeon des cours", certains investisseurs pouvant par ailleurs être tentés de réaliser quelques prises de bénéfices après le net rebond des cours enregistré la semaine précédente, observait Myrto Sokou.

Dans un marché marqué ces derniers jours par un regain d'inquiétudes sur la conjoncture mondiale, le Brent, plus sensible à la demande en Asie et en Europe, continuait de réduire l'écart avec le WTI coté à New York -- plus dépendant du marché intérieur américain. La différence entre les deux cours de référence est tombée mercredi sous 8,50 dollars, l'écart le plus bas depuis fin 2011 (cet écart était d'environ 20 dollars fin février).

Les investisseurs attendaient par ailleurs mercredi une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui pourrait maintenir le cap de sa politique monétaire ultra-accommodante, normalement susceptible de stimuler les marchés des matières premières.

rp



(AWP / 01.05.2013 18h36)


Commenter Le brut chute sous 100 dollars à Londres, indicateurs décevants

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

lundi 26 juin 2017 à 12:42

Le pétrole tente de se reprendre mais reste affaibli

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi en cours d'échanges européens, tentant timidement de se reprendre après la dégringolade de...

lundi 26 juin 2017 à 07:38

Le pétrole rebondit légèrement en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie, rebondissant après une semaine qui a vu l'or noir...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite