Menu
RSS
A+ A A-

Le brut s'enfonce sous 100 USD à Londres, l'économie mondiale inquiète

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole accentuaient leur repli mercredi en fin d'échanges européens, s'enfonçant à Londres sous le seuil des 100 dollars le baril, dans un marché toujours inquiet pour l'économie mondiale et faisant peu de cas d'une diminution des stocks américains de brut.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le deuxième jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 98,14 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,77 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Il s'approchait à nouveau des 98,00 dollars atteints la veille, ce qui représentait son niveau le plus faible depuis le 11 juillet 2012. Il avait glissé mardi sous le seuil psychologique des 100 dollars le baril pour la première fois en neuf mois.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai cédait 1,69 dollar à 87,03 dollars.

"Les prix du pétrole accentuent leur baisse, toujours tirés vers le bas par les inquiétudes sur la demande mondiale et l'abondance de l'offre (d'or noir)", dans un marché refroidi par l'abaissement par le Fonds monétaire international (FMI) de ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2013, soulignait Fawad Razaqzada, analyste du courtier GFT.

L'institution a indiqué mardi qu'elle tablait sur une croissance mondiale de 3,3% pour 2013, contre 3,5% prévus précédemment, ce qui est venu aviver la nervosité des opérateurs après une décélération inattendue de la croissance chinoise au premier trimestre et une salve d'indicateurs américains moroses en début de semaine.

Dans ce contexte, même une chute inattendue des stocks de brut aux États-Unis n'est pas parvenue à revigorer le marché.

Le Département américain de l'Énergie (DoE) a fait état mercredi d'un recul de 1,2 million de barils des stocks de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 12 avril, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient misé sur une légère progression, de 900'000 barils.

Ces stocks avaient gonflé de 6,3 millions de barils au cours des trois semaines précédentes, nourrissant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux États-Unis.

"Mais ce repli surprise a été totalement éclipsé par le bond inattendu des réserves de produits distillés, qui explique pourquoi les prix du baril ont en fait accentué leurs pertes" après les chiffres du DoE, remarquait M. Razaqzada.

Les réserves de produits distillés (qui incluent le gazole et le fioul de chauffage), très surveillées au sortir d'un hiver rigoureux, ont en effet augmenté la semaine dernière de 2,4 millions de barils, alors que les analystes attendaient un recul de 500'000 barils.

De leur côté, les réserves d'essence ont, elles, reculé de 600'000 barils, une baisse conforme aux attentes.

Enfin, "le net renchérissement du dollar face à un euro sous pression" après des propos du président de la Banque centrale allemande (Bundesbank) Jens Weidmann évoquant une possible baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE), "a encore accru la pression sur les cours des matières premières, dont le pétrole, libellées en dollars", ajoutait Fawad Razaqzada.

Un dollar renforcé rend moins attractifs les achats de brut, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs détenant d'autres devises.

"Les cours devraient rester cantonnés dans une fourchette étroite" dans un marché suspendu à tout nouvel indicateur macroéconomique et "il ne faut pas s'attendre à un rebond des cours à court terme", estimait de son côté Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital, qui rappelait que l'offre d'or noir devrait rester abondante.

Ainsi, même si le seuil de 100 dollars est considéré comme le niveau de cours "approprié" par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le cartel attendra une baisse prolongée des prix avant de réduire sa production, jugeait l'analyste.

rp



(AWP / 17.04.2013 18h31)


Commenter Le brut s'enfonce sous 100 USD à Londres, l'économie mondiale inquiète


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

jeudi 20 juillet 2017 à 15:00

Le pétrole reste bien orienté et ouvre en hausse à New York

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en hausse jeudi, restant sur leur trajectoire positive de la veille après l'annonce...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite