Menu
RSS
A+ A A-

Le brut dégringole de plus de deux dollars à New York et à Londres

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont dégringolé de plus de 2 dollars lundi à New York et à Londres, minés par le ralentissement inattendu de la croissance chinoise et des chiffres économiques moroses aux Etats-Unis, de mauvais augure pour la demande des deux premiers consommateurs d'or noir.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai a lâché 2,58 dollars à 88,71 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir chuté en séance à 87,86 dollars, son plus bas niveau depuis fin décembre.

Il s'agit de la plus forte chute du marché du brut new-yorkais depuis début avril. Le brut new-yorkais a accusé au total une chute de presque 10% de ses prix depuis le début du mois.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, dont il s'agissait du dernier jour de contrat de référence, a terminé à 100,39 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 2,72 dollars par rapport à la clôture de vendredi.

Le brut londonien a flirté en début d'échanges européens avec le seuil des 100 dollars, sous lequel il n'est pas passé depuis le 12 juillet 2012.

Une dégringolade sous ce seuil aurait "certainement précipité une nouvelle vague de ventes", a estimé M. Yawger.

"Un ensemble de mauvaises nouvelles économiques en Chine comme aux Etats-Unis (...) a pesé sur l'humeur générale du marché", a noté Dave Bouckhout, de TD Securities.

Le géant asiatique a fait part lundi d'un ralentissement de sa croissance à 7,7% en rythme annuel au premier trimestre, surprenant les analystes qui misaient sur une légère accélération, avec un produit intérieur brut (PIB) autour de 8%.

"Le PIB plus bas que prévu de la Chine implique que ses industries ne fonctionnent pas au rythme qu'avaient anticipé les analystes, et donc que la demande en brut et en métaux risque de se tasser, ce qui a ébranlé les prix", a expliqué Bob Yawger, de Mizuho Securities.

D'autre part, la hausse de la production industrielle chinoise a ralenti à 8,9% sur un an en mars et les ventes au détail n'ont progressé que de 12,6% en mars alors qu'elles avaient augmenté de 14,3% l'an dernier.

Plombant l'appétit pour le risque, ces chiffres ont provoqué une fuite des investissements dans les matières premières, précipitant les chutes non seulement des prix du brut, mais aussi du cuivre, de l'argent et de l'or qui a subi des pertes de prix d'une ampleur pas vue en plus de 30 ans.

"Notre peur est que ces chiffres occultent une réalité bien plus inquiétante encore" sur la santé de la deuxième économie mondiale, a noté quant à lui Phil Flynn, de Price Futures Group.

Aux Etats-Unis, le premier consommateur mondial d'or noir, une décélération plus forte qu'anticipé de la croissance de l'activité manufacturière dans la région de New York ainsi qu'un indicateur faisant état d'une baisse de la confiance des constructeurs immobiliers ont renforcé le dépit des investisseurs face aux perspectives de croissance mondiale.

Pour M. Bouckhout cependant, "les indicateurs économiques pèsent autant sur le Brent que sur le WTI mais la chute du Brent a été accentuée par l'expiration à la fin de journée du contrat de mai", et le transfert des positions vers le nouveau contrat de référence, pour livraison en juin.

La victoire de justesse du président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro, à l'élection présidentielle de dimanche pour succéder à Hugo Chavez, n'inquiétait en revanche pas le marché outre mesure, bien qu'elle soit contestée par l'opposition, qui exige un nouveau décompte des bulletins de vote.

rp



(AWP / 16.04.2013 06h21)


Commenter Le brut dégringole de plus de deux dollars à New York et à Londres


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite