Menu
RSS
A+ A A-

Le brut tente de se reprendre, au lendemain d'une dégringolade

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole tentaient de reprendre leur souffle jeudi en cours d'échanges européens, au lendemain d'un plongeon d'environ 3 USD, dans un marché s'inquiétant toujours de la surabondance de l'offre de brut aux États-Unis et attentiste à la veille du rapport mensuel sur l'emploi américain.

Vers 10H20 GMT (12H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 107,36 USD sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 25 cents par rapport à la clôture de mercredi. Il avait terminé en baisse de 3,58 USD mercredi, après être tombé en cours de séance à 106,78 USD, au plus bas depuis quatre mois.

Dans les échanges sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 6 cents à 94,39 USD. Il avait fini en baisse de 2,74 USD mercredi, enregistrant son plus fort repli quotidien en cinq mois.

"Le marché reprend son souffle et tente de se stabiliser" après sa violente dégringolade de la veille, mais reste empreint de prudence "à mesure que l'attention se tourne vers le rapport mensuel sur l'emploi et du chômage aux États-Unis" publié vendredi, soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Ce rapport sur l'emploi est considéré comme un baromètre de la vigueur économique du pays, premier consommateur de brut dans le monde.

"Les prix du pétrole ont essuyé un coup de semonce mercredi, provoqué par l'intensification des inquiétudes déjà vives sur la demande énergétique américaine après les chiffres sur les stocks (d'or noir) aux États-Unis", qui continuait jeudi de miner le WTI, indiquait M. Kryuchenkov.

Le Département américain de l'Énergie (DoE) a ainsi fait état d'un gonflement de 2,7 mio de barils des stocks de brut dans le pays, une hausse plus forte qu'attendu, ce qui porte le niveau de ces réserves à 388,6 mio de barils, au plus haut depuis l'été 1990, exacerbant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux États-Unis.

Face à ce gonflement des stocks de brut, les opérateurs ont ignoré la diminution des stocks d'essence, en ligne avec les attentes, et celle des réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), deux fois plus forte qu'anticipée.

Alors que l'humeur du marché avait déjà été assombrie par des chiffres du chômage record dans la zone euro et des indicateurs moroses sur l'emploi dans le secteur privé aux États-Unis en mars, "les investisseurs se sont précipités pour engranger des bénéfices (après le rapport du DoE) et le Brent a effacé tous les gains qu'il avait réalisés au cours du mois de mars", observait M. Kryuchenkov.

Le fort gonflement des stocks de brut, qui avaient déjà grossi de 3,3 mio de barils la semaine précédente, "n'aurait pas dû surprendre les marchés" à ce point , "étant donné qu'ils anticipaient déjà une nouvelle hausse des réserves", et à cet égard, "la réaction des cours du baril apparaît exagérée" mais le marché n'en devrait pas moins "rester sous pression à court terme", estimaient les experts de Commerzbank.

al



(AWP / 04.04.2013 13h09)


Commenter Le brut tente de se reprendre, au lendemain d'une dégringolade


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 18 décembre 2017 à 18:24

Fin des hydrocarbures: le Sénat rejette à nouveau le texte s…

Paris: Le Sénat à majorité de droite a rejeté à nouveau lundi le projet de loi sur la fin de la recherche...

lundi 18 décembre 2017 à 18:06

Le pétrole monte un peu, le marché avance à tâtons

Londres: Les cours du pétrole montaient légèrement lundi en fin d'échanges européens dans un marché sans direction forte après avoir intégré la...

lundi 18 décembre 2017 à 17:58

Les prix des carburants quasi stables en France

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises sont restés quasi stables la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés...

lundi 18 décembre 2017 à 17:11

Statoil investit jusqu'à 2,9 mds USD dans un champ de Petrob…

Oslo: Le groupe pétrolier norvégien Statoil a annoncé lundi l'acquisition de 25% du champ Roncador exploité par le brésilien Petrobras dans le...

lundi 18 décembre 2017 à 16:06

La holding russe Sistema va payer des dommages record à Rosn…

Moscou: La justice russe a confirmé lundi en appel la condamnation de la holding Sistema à verser des dommages gigantesques au géant...

lundi 18 décembre 2017 à 15:32

Le pétrole new-yorkais ouvre en hausse, suit la grève au Nig…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais avançait à l'ouverture lundi, suivant la situation au Nigéria où l'entrée en grève de travailleurs...

lundi 18 décembre 2017 à 12:20

Brésil: nouvelle étape pour Total sur le champ de pétrole Li…

Paris: Le groupe français Total a annoncé lundi avoir pris sa décision d'investissement pour lancer le développement "à grande échelle" du champ...

lundi 18 décembre 2017 à 12:18

Le pétrole monte, le nombre de puits actifs aux Etats-Unis a…

Londres: Les prix du pétrole profitaient lundi en cours d'échanges européens de la faiblesse du dollar et de la baisse du nombre...

lundi 18 décembre 2017 à 06:10

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par le recul du nombre des puits de pétrole en...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite