Menu
RSS
A+ A A-

Le brut tente de se reprendre, au lendemain d'une dégringolade

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole tentaient de reprendre leur souffle jeudi en cours d'échanges européens, au lendemain d'un plongeon d'environ 3 USD, dans un marché s'inquiétant toujours de la surabondance de l'offre de brut aux États-Unis et attentiste à la veille du rapport mensuel sur l'emploi américain.

Vers 10H20 GMT (12H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 107,36 USD sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 25 cents par rapport à la clôture de mercredi. Il avait terminé en baisse de 3,58 USD mercredi, après être tombé en cours de séance à 106,78 USD, au plus bas depuis quatre mois.

Dans les échanges sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 6 cents à 94,39 USD. Il avait fini en baisse de 2,74 USD mercredi, enregistrant son plus fort repli quotidien en cinq mois.

"Le marché reprend son souffle et tente de se stabiliser" après sa violente dégringolade de la veille, mais reste empreint de prudence "à mesure que l'attention se tourne vers le rapport mensuel sur l'emploi et du chômage aux États-Unis" publié vendredi, soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Ce rapport sur l'emploi est considéré comme un baromètre de la vigueur économique du pays, premier consommateur de brut dans le monde.

"Les prix du pétrole ont essuyé un coup de semonce mercredi, provoqué par l'intensification des inquiétudes déjà vives sur la demande énergétique américaine après les chiffres sur les stocks (d'or noir) aux États-Unis", qui continuait jeudi de miner le WTI, indiquait M. Kryuchenkov.

Le Département américain de l'Énergie (DoE) a ainsi fait état d'un gonflement de 2,7 mio de barils des stocks de brut dans le pays, une hausse plus forte qu'attendu, ce qui porte le niveau de ces réserves à 388,6 mio de barils, au plus haut depuis l'été 1990, exacerbant les inquiétudes sur la surabondance d'or noir aux États-Unis.

Face à ce gonflement des stocks de brut, les opérateurs ont ignoré la diminution des stocks d'essence, en ligne avec les attentes, et celle des réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), deux fois plus forte qu'anticipée.

Alors que l'humeur du marché avait déjà été assombrie par des chiffres du chômage record dans la zone euro et des indicateurs moroses sur l'emploi dans le secteur privé aux États-Unis en mars, "les investisseurs se sont précipités pour engranger des bénéfices (après le rapport du DoE) et le Brent a effacé tous les gains qu'il avait réalisés au cours du mois de mars", observait M. Kryuchenkov.

Le fort gonflement des stocks de brut, qui avaient déjà grossi de 3,3 mio de barils la semaine précédente, "n'aurait pas dû surprendre les marchés" à ce point , "étant donné qu'ils anticipaient déjà une nouvelle hausse des réserves", et à cet égard, "la réaction des cours du baril apparaît exagérée" mais le marché n'en devrait pas moins "rester sous pression à court terme", estimaient les experts de Commerzbank.

al



(AWP / 04.04.2013 13h09)


Commenter Le brut tente de se reprendre, au lendemain d'une dégringolade


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 octobre 2017 à 21:09

Le pétrole termine en baisse, les inquiétudes sur l'Irak s'a…

NYC/Cours de clôture: Le prix des barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en baisse jeudi, perdant...

jeudi 19 octobre 2017 à 18:13

Le pétrole recule malgré le risque géopolitique

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, le risque de perturbation de la production irakienne ne convainquant pas...

jeudi 19 octobre 2017 à 16:53

Rosneft devrait augmenter de 5% sa part dans le gisement égy…

Milan: Le géant semi-public russe des hydrocarbures Rosneft réfléchit à augmenter de 5% sa participation dans l'immense gisement gazier offshore égyptien de...

jeudi 19 octobre 2017 à 15:34

Le pétrole, lesté par les stocks américains, ouvre en baisse…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait jeudi à l'ouverture, lesté par la hausse des réserves...

jeudi 19 octobre 2017 à 13:41

Le marché du pétrole se rééquilibre plus vite que prévu (Ope…

Londres: Le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, s'est félicité jeudi à Londres du rééquilibrage du marché mondial du pétrole et a...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:47

Le pétrole baisse un peu dans un marché toujours hésitant

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, mais restaient cantonnés dans la fourchette étroite dans laquelle...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:39

Bagdad critique vivement l'accord entre le Kurdistan et Rosn…

bagdad: Le gouvernement irakien s'en est pris vivement jeudi, sans le nommer, à l'accord signé la veille par le géant semi-public russe...

jeudi 19 octobre 2017 à 09:09

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

jeudi 19 octobre 2017 à 05:37

Le pétrole en petite baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement jeudi en Asie dans un marché peu rasséréné par l'annonce d'un recul des stocks de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite