Menu
RSS
A+ A A-

Le brut baisse fortement, après l'emploi US et les stocks américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient fortement mercredi en fin d'échanges européens, ébranlés par des chiffres moroses sur l'emploi dans le secteur privé aux États-Unis et une hausse plus forte qu'attendu des stocks américains de brut, qui ravivaient les craintes sur la demande énergétique du pays.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 108,38 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2,31 dollars par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,81 dollar à 95,38 dollars.

Déjà en légère baisse en début d'échanges européens, les cours du baril ont nettement accéléré leurs pertes après la publication d'une enquête du cabinet ADP montrant que les entreprises privées aux États-Unis ont réalisé en mars 158'000 créations nettes d'emploi, soit 33% de moins qu'en février et bien moins qu'attendu par les analystes.

"C'est une nouvelle peu encourageante avant le rapport mensuel sur l'emploi et le chômage" américain à paraître vendredi, soulignait John Kilduff, analyste de Again Capital.

Ce rapport est très attendu par les opérateurs, car il est considéré comme un baromètre crucial pour jauger la santé économique du pays, premier consommateur de brut au monde. "L'emploi joue un rôle essentiel dans la reprise économique américaine, et la vigueur de la consommation énergétique dans le pays", insistait M. Kilduff.

Les prix du pétrole ont ensuite accentué encore davantage leur repli après la publication des statistiques hebdomadaires du Département américains de l'Énergie (DoE).

Celui-ci a ainsi fait état d'une forte progression, de 2,7 millions de barils, des stocks américains de brut lors de la semaine achevée le 29 mars, alors que les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires avaient misé sur une progression de 1,5 million de barils seulement.

Ces stocks avaient déjà gonflé de 3,3 millions de barils la semaine précédente, soit cinq fois plus que prévu, nourrissant les inquiétudes sur la surabondance de pétrole aux États-Unis, des craintes renforcées ces derniers jours par la fermeture prolongée de l'oléoduc américain Pegasus.

En raison de cette fermeture, décidée vendredi après la découverte d'une fuite, "il y a le risque de voir une partie du brut (habituellement transportée par Pegasus) être détournée vers Cushing", principal terminal pétrolier du pays situé dans l'Oklahoma (sud), ce qui contribuerait à aggraver les problèmes d'engorgement des réserves d'or noir, notait David Hufton, analyste du courtier PVM.

En revanche, selon le DoE, les réserves d'essence ont diminué de 600.000 barils la semaine dernière, en ligne avec les attentes, et les réserves de produits distillés, qui comprennent le gazole et le fioul de chauffage, de 2,3 millions de barils, deux fois plus qu'anticipé.

Ces stocks sont très surveillés au sortir de l'hiver, alors que les températures restent basses, et que la cadence des raffineries s'est récemment accélérée après une période de maintenance.

Ainsi, "l'impression d'ensemble sur le rapport du DoE est mitigée (car) les stocks de produits raffinés ont continué de reculer en dépit d'une cadence renforcée des raffineries, cela suggère une demande relativement solide dans le pays" même si cela aussi peut aussi refléter un accroissement des exportations, estimait Torbjorn Kjus, analyste de DnB Nor.

rp



(AWP / 03.04.2013 18h31)


Commenter Le brut baisse fortement, après l'emploi US et les stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite