Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésitant après des indicateurs américains mitigés

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient et restaient cantonnés dans une fourchette étroite jeudi en fin d'échanges européens, alors que le marché digérait des statistiques mitigées aux États-Unis, à l'approche de la pause du week-end de Pâques.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 109,38 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 31 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait en revanche 15 cents à 96,73 dollars, continuant de se maintenir à des niveaux plus vus depuis près de six semaines.

"Les prix du WTI ont hésité entre progression et recul pendant l'essentiel de la journée, alors que le marché digère les inscriptions au chômage et les chiffres du PIB américains, tout en gardant un oeil sur l'actualité en zone euro", a résumé Alex Young, courtier chez CMC Markets.

Les investisseurs restaient partagés en raison de signaux contradictoires sur la vigueur de la demande énergétique aux États-Unis, premier consommateur de brut de la planète, dont l'estimation de la croissance du produit intérieur brut a été revu à la hausse à 0,4% pour le quatrième trimestre.

Si le DoE a fait état mercredi d'une forte hausse (de 3,3 millions de barils) des réserves de brut aux États-Unis la semaine dernière, il a également annoncé que les réserves d'essence et de produits distillés, qui comprennent le gazole et le fioul de chauffage, avaient chuté bien plus que prévu.

"La hausse des stocks de brut est probablement due à un gonflement temporaire des importations, et dans l'ensemble, ces statistiques étaient plus encourageantes qu'inquiétantes", soulignait Tamas Varga, analyste du courtier PVM, observant que "le total des stocks pétroliers avait reculé pour la septième semaine consécutive".

De plus, ajoutaient les experts de Commerzbank, la réduction des stocks de distillés "s'explique par une vigoureuse augmentation de la demande de fioul de chauffage", en raison de températures beaucoup plus froides qu'habituellement, un signal positif.

Enfin, la cadence de l'activité des raffineries du pays s'est nettement accélérée. Plusieurs sites ont remis en route des unités fermées pour la traditionnelle période de maintenance hivernale et devraient donc renforcer significativement leur consommation de brut dans les prochaines semaines.

Certaines statistiques publiées jeudi aux États-Unis ont pour leur part nettement tempéré l'optimisme du marché.

Ainsi, les nouvelles inscriptions au chômage ont accéléré leur hausse dans le pays du 16 au 23 mars, progressant de 4,6% par rapport à la semaine précédente alors que les analystes tablaient sur une hausse bien moins prononcée (+0,5%).

L'activité économique de la région de Chicago a également ralenti sa progression en mars, selon l'indice local des directeurs des achats de l'association professionnelle ISM publié jeudi.

Les gains des cours du baril à New York restaient cependant extrêmement modérés, et le Brent creusait ses pertes, dans un marché qui peinait à se remettre tout à fait des inquiétudes des derniers jours sur Chypre, en dépit de la réouverture dans le calme jeudi des banques de l'île après 12 jours de fermeture.

rp



(AWP / 28.03.2013 18h31)


Commenter Le brut hésitant après des indicateurs américains mitigés


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 23 août 2017 à 19:08

Rosneft obtient en justice des dommages massifs liés à son r…

Moscou: La justice russe a condamné mercredi la holding russe AFK Sistema à verser des dommages gigantesques au géant pétrolier semi-public Rosneft...

mercredi 23 août 2017 à 18:06

Le pétrole remonte, les stocks américains baissent

Londres: Les cours du pétrole remontaient mercredi en fin d'échanges européens, soutenus par la baisse des réserves américaines la semaine dernière, qui...

mercredi 23 août 2017 à 16:55

USA: les stocks de brut se replient pour la 8e semaine consé…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse quasi conforme aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que...

mercredi 23 août 2017 à 15:27

Le pétrole ouvre en baisse à New York avant le rapport sur l…

New York: Le pétrole coté à New York s'affichait en légère baisse à l'ouverture mercredi, le marché restant prudent avant le rapport...

mercredi 23 août 2017 à 12:44

Cambodge: une société de Singapour remporte un contrat pétro…

Phnom penh: Une société singapourienne a été choisie mercredi par le Cambodge pour exploiter le premier gisement pétrolier de ce pays en...

mercredi 23 août 2017 à 12:10

Le pétrole hésite avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs gains de la veille avant la publication des...

mercredi 23 août 2017 à 06:53

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie mercredi, les investisseurs se focalisant sur des estimations faisant état d'une hausse des stocks...

mardi 22 août 2017 à 21:56

Le PDG de Chevron va démissionner

Washington: Le PDG de la compagnie pétrolière Chevron John Watson va démissionner au moment où les prix de l'or noir continuent de...

mardi 22 août 2017 à 21:09

Le pétrole termine en hausse avant les stocks américains

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont clôturé en légère hausse mardi, le marché...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite