Menu
RSS
A+ A A-

Le brut limite ses gains, le marché guette Chypre, digère les stocks US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole limitaient leurs gains mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché tiraillé entre un prudent regain d'optimisme sur Chypre et des chiffres mitigés sur les stocks d'or noir aux États-Unis.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, valait 107,78 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 33 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril, dont c'est le dernier jour de cotation, gagnait 20 cents à 92,36 dollars.

Dopés par "l'espoir d'un plan de sauvetage amélioré pour Chypre, (...) les prix du pétrole se sont ressaisis des deux côtés de l'Atlantique, tentant d'effacer leurs fortes pertes de la veille", qui avaient vu le Brent descendre à 107,25 dollar, son plus bas niveau en trois mois, soulignait Toby Morris, analyste du courtier CMC Markets.

Le marché avait été ébranlé en début de semaine par un plan d'aide internationale à Chypre, conditionné à une taxation inédite des dépôts bancaires du pays -une mesure qui avait ravivé les inquiétudes d'une contagion au sein de la zone euro. Ce plan a finalement été refusé mardi par le Parlement chypriote.

La Banque centrale européenne (BCE), à l'origine de ce plan avec le Fonds monétaire international (FMI), avait tenté mardi soir de rassurer les investisseurs en répétant qu'elle fournirait autant de liquidités que nécessaire au système bancaire européen.

"Clairement, les opérateurs s'attendent à ce qu'une solution alternative soit trouvée" pour redresser les finances de Chypre, "mais les incertitudes persistantes autour du dossier chypriote devraient cependant continuer à freiner tout rebond des prix du pétrole à court terme", estimait-on chez Commerzbank.

De fait, les cours du baril ont nettement limité leurs gains en deuxième partie des échanges européens, après la publication de chiffres mitigés par le Département américain de l'Énergie (DoE).

Celui-ci a fait état d'un recul inattendu de 1,3 million de barils des réserves de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 15 mars.

"Cela aurait pu être perçu par le marché comme un signal encourageant" pour la demande du pays, premier consommateur mondial de brut, "mais ce recul reste une goutte d'eau" par rapport au gonflement de quelque 23 millions de barils de ces stocks enregistré au cours des huit semaines précédentes, estimait Torbjorn Kjus, analyste de DNB Bank.

D'autre part, les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont reculé, de 700'000 barils, moins qu'attendu par les analystes, et les réserves d'essence ont baissé de 1,5 million de barils, un repli sensiblement inférieur aux prévisions.

Mais c'est surtout la demande pétrolière totale qui "s'est avérée très clairement décevante, à 17,8 millions de barils par jour", soit un recul de 4,5% en l'espace d'une semaine et au plus bas depuis début janvier, observait M. Kjus.

Le marché faisait par ailleurs montre de prudence avant une décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) après une réunion de deux jours, qui devrait selon les analystes confirmer la poursuite de sa politique monétaire ultra-accommodante de soutien à l'économie.

rp



(AWP / 20.03.2013 18h31)


Commenter Le brut limite ses gains, le marché guette Chypre, digère les stocks US


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

lundi 16 octobre 2017 à 21:03

Le pétrole porté par les tensions en Irak

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du...

lundi 16 octobre 2017 à 19:36

Glencore et le Qatar cèdent 14% de Rosneft pour 7,8 milliard…

Genève: Le consortium contrôlé par Glencore et le fonds souverain du Qatar ont annoncé lundi avoir conclu un accord pour céder pour...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite