Menu
RSS
A+ A A-

Les prix oscillent autour de l'équilibre, dans un marché atone

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole oscillaient autour de l'équilibre lundi en fin d'échanges européens, dans un marché sans élan en raison d'un jour férié aux Etats-Unis, et tandis que resurgissaient des craintes sur l'impact de la récente montée des cours pour une économie mondiale fragile.

Vers 17H00 (18H00 GMT), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, valait 117,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 3 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour l'échéance de mars perdait 29 cents à 95,57 dollars.

L'écart restait important (à plus de 22 dollars) entre le Brent, dopé par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, et le WTI, toujours miné par l'abondance de l'offre d'or noir aux Etats-Unis (faute de structures suffisantes pour acheminer le brut retenu à Cushing, principal terminal pétrolier du pays).

"Les prix du baril commencent la semaine en reprenant leur souffle, ils se maintiennent autour de l'équilibre", après avoir reculé de concert vendredi sous le poids d'un net mouvement de prises de bénéfices, soulignait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

Surtout, "comme la place new-yorkaise restera fermée ce lundi" en raison d'un jour férié aux Etats-Unis, le marché restait "atone" et le volume d'échanges s'avérait "extrêmement modéré", de nombreux opérateurs optant pour un week-end prolongé, estimait Mme Sokou.

Les prix du baril ont ainsi nettement perdu de leur élan dans les échanges européens, mettant fin à la tentative de rebond des marchés asiatiques "grâce à un regain d'optimisme sur le Japon dû au fait que le communiqué du G20", à l'issue d'une réunion vendredi et samedi des ministres des Finances et des banquiers centraux, "n'a pas évoqué de guerre des devises" et n'a pas mentionné la politique monétaire nippone, ajoutait l'analyste.

Le marché restait par ailleurs sur ses gardes "après qu'une baisse surprise de la production industrielle américaine (en janvier) eut suscité des inquiétudes sur un ramollissement de l'activité économique", indiquaient de leur côté les experts de Phillip Futures.

Enfin, la récente montée des cours du pétrole -- et en particulier du Brent, qui a tutoyé il y a dix jours le seuil des 120 dollars le baril pour la première fois depuis plus de neuf mois --, alimentait quelques inquiétudes sur la vigueur de la demande énergétique en Europe, dont la reprise économique reste fragile.

"Le niveau actuel des prix représente un problème majeur pour la reprise économique mondiale, et particulièrement en Europe, le maillon faible de l'économie à l'échelle de la planète à l'heure qu'il est", a ainsi estimé lundi Fatih Birol, chef économiste de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), dans des propos recueillis par l'agence Dow Jones Newswires.

Selon M. Birol, si les cours du baril se maintenaient à leur niveau actuel, la facture des importations européennes de gaz et de pétrole pourrait atteindre 500 milliards d'euros en 2013, soit un niveau similaire à celui de 2012, et une augmentation de 6% par rapport à 2011.

Dans son rapport mensuel publié la semaine dernière, l'AIE avait révisé en légère baisse sa prévision pour la demande mondiale de pétrole en 2013, pointant "des conditions macroéconomiques médiocres".

ds



(AWP / 18.02.2013 18h30)


Commenter Les prix oscillent autour de l'équilibre, dans un marché atone


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite