Menu
RSS
A+ A A-

Le brut baisse, dans un marché peu animé et inquiet pour la demande

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain jeudi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours sous le coup d'inquiétudes sur la demande de brut au lendemain d'un rapport de l'AIE jugé inquiétant, et pénalisé de surcroît par un léger renforcement du dollar.

Vers 11H30 (12H30 GMT), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 117,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 20 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour l'échéance de mars cédait 10 cents à 96,91 dollars.

Après s'être hissé mercredi à nouveau au-dessus de 119 dollars le baril, non loin d'un sommet depuis 9 mois (à 119,17 dollars) enregistré vendredi, le Brent "a continué de reprendre son souffle", tandis que le WTI "fluctue au sein de la fourchette étroite où il est cantonné depuis début février", soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Le marché restait sous le coup d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publié mercredi, dévoilant un abaissement de 90.000 barils par jour des prévisions de l'institution pour la demande mondiale de brut en 2013 en raison "de conditions macroéconomiques médiocres".

Dans ce contexte, le marché a largement ignoré les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) diffusés mercredi, faisant état d'une hausse de 600.000 barils, quatre fois moins forte qu'attendu, des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

De leur côté, les stocks d'essence ont reculé de 800.000 barils, soit huit fois plus qu'escompté, et les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés durant la période hivernale, de 3,7 millions de barils -- un repli 4 fois plus prononcé qu'attendu.

De telles baisses pouvant être considérées comme un signal de bon augure pour la demande énergétique aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut de la planète, "on aurait pu s'attendre à ce que les statistiques du DoE provoquent un regain d'enthousiasme sur les marchés pétroliers, et pourtant les prix n'ont pas réagi à des chiffres extrêmement encourageants", observait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

En effet, bien que très inférieure aux attentes, "la légère hausse des stocks de brut a été tout de même un peu décevante car (la fédération professionnelle API) avait publié mardi son estimation d'une forte chute hebdomadaire, de plus de 2 millions de barils (..) De plus, la production de brut américaine a augmenté (la semaine dernière) à son plus haut niveau en 20 ans, un élément de nature à peser" sur les prix, a expliqué M. Varga.

Les cours du baril pâtissaient par ailleurs jeudi d'un léger renforcement du dollar face à un euro sous pression, ce qui contribuait à rendre moins attractifs les achats d'or noir libellés dans la monnaie américaine pour les détenteurs d'autres devises.

Les opérateurs restaient par ailleurs attentifs aux tensions géopolitiques toujours vives au Moyen-Orient, notamment dans le dossier du nucléaire iranien.

L'Iran et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont indiqué jeudi ne pas être parvenu à conclure un accord sur un plan de vérification du programme controversé de Téhéran, un échec de mauvais augure avant la reprise dans moins de deux semaines de discussions clés entre l'Iran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie + Allemagne).

fah



(AWP / 14.02.2013 13h00)


Commenter Le brut baisse, dans un marché peu animé et inquiet pour la demande


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite