Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite, sur un marché nerveux face aux tensions au Moyen-Orient

prix-du-petroleLondres : Les cours du pétrole hésitaient mercredi en cours d'échanges européens, en petite hausse à New York mais se repliant à Londres, sur un marché suspendu aux tensions croissantes au Moyen-Orient, alors que les opérateurs attendaient les stocks hebdomadaires américains.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 115,15 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, baissant de 27 cents par rapport à la clôture de la veille.

En revanche dans les échanges électroniques du New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance grimpait de 21 cents, à 99,84 dollars. Il réduisait légèrement ses gains après s'être maintenu dans les échanges asiatiques au-dessus de 100 dollars.

"Les inquiétudes grandissantes d'une possible guerre civile prolongée en Libye continue de renforcer les prix du brut, tout comme les craintes d'une contagion (des violences) à d'autres pays" en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, expliquait David Hart, de Westhouse Securities.

En Libye, important pays exportateur de brut, l'opposition, qui contrôle désormais de vastes régions, organise la lutte armée pour tenter de chasser le colonel Mouammar Kadhafi du pouvoir, tandis que les mouvements de contestation se poursuivaient dans la péninsule arabique au Yémen, à Bahreïn et Oman.

Par ailleurs, de violents affrontements ont opposé mardi à Téhéran les forces de sécurité à des protestataires réclamant la libération des deux leaders d'opposition, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi.

"Si les manifestations à Oman ne devraient pas représenter une menace (pour les marchés), il est plus dur d'évaluer la situation au Yémen, et en Iran, il est difficile de dire si l'actuelle contestation atteindra l'ampleur de 2009. Et il y a toujours la crainte que les troubles à Bahreïn n'atteignent l'Arabie saoudite", commentait Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

"Alors que ce flux de protestations, de violences et de rumeurs devrait se poursuivre de manière imprévisible, on pourrait arriver au stade où la demande sera affectée" par le haut niveau des prix, avertissait-il, notant que les marchés boursiers réagissaient déjà négativement à la flambée des cours.

Dans ce contexte, les chiffres hebdomadaires des stocks pétroliers aux Etats-Unis, publiés mercredi par le Département américain de l'Energie (DoE), ne devraient revêtir qu'une "importance secondaire", a estimé M. Jakob.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire part d'une progression de 1 million de barils des stocks de brut, d'une hausse de 100.000 barils des stocks d'essence, mais d'un recul de 1 million de baril des stocks de distillats (dont fioul de chauffage et gazole).

De son côté, l'American Petroleum Institute (API), fédération professionnelle américaine publiant ses propres statistiques, a estimé au contraire mardi soir que les stocks de brut américains avaient chuté de 1,1 million de barils la semaine dernière.

fah

(AWP/02 mars 2011 12h38)

Commenter Le brut hésite, sur un marché nerveux face aux tensions au Moyen-Orient


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite