Menu
RSS
A+ A A-

Reprise dans un marché aidé par les stocks américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole tentaient de se reprendre mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché toujours empreint de prudence mais cependant quelque peu revigoré par l'annonce d'une hausse un peu moins forte qu'attendu des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 116,82 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de mardi. Il était monté mardi à 117,23 dollars, un sommet depuis la mi-septembre.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 28 cents à 96,92 dollars.

Les cours du baril avaient vigoureusement rebondi mardi, effaçant les pertes enregistrées la veille sous le poids de prises de bénéfices, mais "le marché s'est à nouveau essoufflé" mercredi, "les investisseurs s'attendant à ce que soit annoncée une nouvelle hausse des stocks de brut aux Etats-Unis", soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

De plus, le repli des places boursières en Europe et aux Etats-Unis, tout comme un léger renforcement du dollar (qui rend moins attractifs les achats d'or noir libellés dans la monnaie américaine pour les détenteurs d'autres devises), ont contribué à peser les cours du baril, observait pour sa part Michael Hewson, analyste du courtier CMC.

"Les incertitudes politiques dans la zone euro", où le gouvernement espagnol est notamment touché par un vaste scandale de corruption, alimentaient également la prudence des opérateurs envers les actifs jugés risqués, comme l'euro ou les matières premières, ajoutait-il.

Les prix du brut ont cependant inversé la tendance après la publication des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les stocks pétroliers aux Etats-Unis.

Si les réserves de brut, qui avaient déjà progressé de près de 9 millions de barils au cours des deux semaines précédentes, ont gonflé de 2,6 millions de barils lors de la semaine achevée le 1er février, cette augmentation est un peu moindre que celle attendue par les analystes, de 2,9 millions de barils.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés durant la période hivernale, ont de leur côté diminué de 1 million de barils, un repli presque deux fois plus prononcé que celui escompté par les analystes. Les réserves d'essence, en revanche, ont augmenté presque deux fois plus qu'attendu, de 1,7 million de barils.

La situation des stocks américains étaient très surveillée par les investisseurs, en raison de la pression qu'ils ont exercé sur les prix ces dernières semaines.

Ces derniers temps, "les réserves de brut (du pays) sont à leur plus haut niveau depuis 31 ans. Le cours du WTI en pâtit en conséquence", notaient ainsi les analystes de Commerzbank.

Les courtiers s'inquiètent particulièrement des problèmes d'engorgement à Cushing, le principal terminal pétrolier des Etats-Unis (dans l'Oklahoma, sud), où les stocks de brut ne cessent de gonfler ces derniers mois faute de moyens d'acheminement suffisants vers les complexes de raffineries de la côte du Golfe du Mexique.

L'abondance des stocks de Cushing (où est stocké le brut texan qui sert de référence aux cours du marché new-yorkais) pèse sévèrement depuis plusieurs mois sur le prix du WTI, et selon les experts de Commerzbank, l'engorgement du terminal pourrait être exacerbé cette année par l'essor de la production d'huile de schiste.

Ces stocks ont tout de même enregistré un léger repli la semaine dernière, de quoi tempérer un peu les inquiétudes des investisseurs.

ds



(AWP / 06.02.2013 18h50)


Commenter Reprise dans un marché aidé par les stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite