Menu
RSS
A+ A A-

Le brut bondit sur fond de tensions croissantes au Moyen-Orient

prix-du-petroleNew York : Les prix du pétrole ont bondi mardi à New York sur fond de tensions croissantes en Afrique du nord et au Moyen-Orient, alors que l'Iran s'est retrouvé sur le devant de la scène.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en avril a terminé à 99,63 dollars, en progression de 2,66 dollars par rapport à la veille.

A Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance avril a grimpé de 3,62 dollars à 115,42 dollars.

"Les prix repartent à la hausse, le marché est sur les dents face à la direction que prennent les événements" en Afrique du nord et au Moyen-Orient, a constaté Phil Flynn, de PFG Best Research.

Le prix du baril s'était replié au cours de deux des trois dernières séances, abandonnant 1,13 dollar. Mais il est rapidement revenu à quelques encablures du seuil des 100 dollars atteint la semaine passée pour la première fois depuis octobre 2008.

"Un nouveau jour, un nouveau pays touché par les révoltes", a relevé Matt Smith, de Summit Energy. Cette fois c'est l'Iran qui a avivé les inquiétudes des investisseurs, déjà sur les nerfs.

Des affrontements ont opposé mardi après-midi à Téhéran les forces de sécurité à des manifestants réclamant la libération des deux leaders d'opposition Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, selon les sites de ces deux dirigeants.

"La prime de risque" a ainsi fait son retour sur le marché, a souligné Matt Smith.

Outre l'Iran, "il y a maintenant des inquiétudes vis-à-vis du Koweït avec des appels à la révolte; hier (lundi) c'était Oman où le risque persiste, les tensions durent en Algérie et la situation libyenne est loin d'être réglée", a résumé de son côté Phil Flynn.

La pression est montée d'un cran mardi au Koweït contre le Premier ministre, cheikh Nasser Mohammad al-Ahmad Al-Sabah, deux nouveaux mouvements politiques demandant son départ. A Oman, des blindés ont dispersé sans violence des manifestants à Sohar, à 200 kilomètres au nord de la capitale.

En Libye, alors que l'insurrection entrait dans sa troisième semaine, le colonel Mouammar Khadafi s'accrochait au pouvoir, mais la pression internationale grandissait.

Et même si l'Arabie saoudite, premier producteur de produits pétroliers dans le monde, s'est engagée à assurer la stabilité du marché pétrolier, les investisseurs restaient inquiets sur l'état de la production.

"A court terme, plus la pénurie de production en Libye dure, plus les capacités excédentaires de production vont s'éroder rapidement", a souligné Amrita Sen, de Barclays Capital.

Et si de réels problèmes devaient se matérialiser dans d'autres pays, "la pression sur les capacités excédentaires serait immense, tout comme celle sur les prix au cours de l'année 2011, accompagnée par un degré important de volatilité", a ajouté l'analyste.

Selon Matt Smith, la hausse du marché a été alimentée par la crainte mardi, mais si une baisse de production devait être observée dans des chiffres officiels, les prix devraient bondir une nouvelle fois.

En outre, le marché pétrolier a bénéficié d'un bon indicateur aux Etats-Unis, où l'activité manufacturière s'est accélérée en février. L'indice ISM est ainsi monté à son plus haut niveau depuis près de sept ans.

Même si les tensions géopolitiques occupaient l'attention des investisseurs, ils jetteront un oeil mercredi sur le rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie.

Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires s'attendaient à une nouvelle augmentation des stocks de brut, de 1 million de barils. Les réserves d'essence auraient progressé de 100'000 barils tandis que celles de produits distillés (dont le fioul de chauffage et le gazole) auraient reculé de 1 million de barils, selon eux.

rp

(AWP/02 mars 2011 06h21)

Commenter Le brut bondit sur fond de tensions croissantes au Moyen-Orient


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite