Menu
RSS
A+ A A-

Le brut en hausse, les incertitudes sur l'approvisionnement persistent

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi en cours d'échanges européens, sur un marché volatil toujours soutenu par les troubles en Libye et la crainte d'une contagion dans le monde arabe, entretenant les inquiétudes sur l'approvisionnement du marché.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 112,12 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 76 cents par rapport à la clôture de la veille.

Il avait frôlé jeudi les 120 dollars, à son plus haut niveau depuis août 2008, avant d'effacer ses gains et de terminer la séance en petite baisse.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril progressait de 46 cents, à 97,47 dollars. Il avait grimpé jeudi jusqu'à 103,41 dollars le baril, un sommet depuis deux ans et demi.

Les cours du baril restaient suspendus aux troubles en Libye, où l'étau se resserrait vendredi autour du leader libyen Mouammar Kadhafi, pris entre l'opposition affirmant avoir libéré l'est du pays et des combats violents à l'ouest, alors que la communauté internationale accentue sa pression sur le régime.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que de 500.000 à 750.000 barils par jours de brut, soit moins de 1% de la consommation mondiale quotidienne, ont jusqu'à présent été retirés du marché en raison des violences en Libye, important exportateur de brut.

Mais d'autres pays producteurs pourraient compenser les pertes de production observées en Libye, à commencer par l'Arabie saoudite, principal producteur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), et déjà "en discussions actives" avec les raffineurs européens, selon plusieurs médias.

"Cependant, beaucoup de raffineries européennes approvisionnées par la Libye peuvent seulement traiter du brut léger, et il n'est pas certain que l'Arabie saoudite puisse leur fournir un brut similaire", tempéraient les experts de Commmerzbank.

Mais pour Filip Petersson, analyste de la banque SEB, pour que les prix continuent de grimper de façon significative, "il faudrait que les mouvements de contestation s'étendent en Algérie, en Arabie saoudite ou en Iran", autres producteurs majeurs.

Et "alors que l'Opep va accroître sa production pour répondre aux perturbations en Libye, il lui sera plus difficile de réagir à de nouvelles crises, en raison de la diminution des capacités de production excédentaires" du cartel, observait-il.

La peur d'une contagion est le moteur de la hausse des cours : "Le risque d'une extension des troubles à l'Arabie saoudite est une inquiétude bien plus sérieuse (que la Libye) pour le marché. Même la lointaine possibilité d'un tel scénario pourrait avoir de sérieuses conséquences" pour les prix, soulignait Tamas Varga, de PVM Oil Associates.

"Et si cette inquiétude se concrétisait, les records de 2008 (plus de 147 dollars le baril, ndlr) paraîtrait très vite plutôt bon marché..." avançait-elle.

Pour le moment, les prix du brut devraient plutôt reprendre leur souffle, estimaient toutefois certains analystes.

"Après plusieurs jours d'envolées successives, un recul des prix ne doit pas apparaître comme inattendu (...) Il s'agit d'un marché extrêmement volatil, avec une forte propension à des achats euphoriques et à des ventes affolées, et vice-versa", commentait le courtier américain Cameron Hanover.

fah

(AWP/25 février 2011 12h38)

Commenter Le brut en hausse, les incertitudes sur l'approvisionnement persistent


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 16 octobre 2017 à 21:03

Le pétrole porté par les tensions en Irak

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du...

lundi 16 octobre 2017 à 19:36

Glencore et le Qatar cèdent 14% de Rosneft pour 7,8 milliard…

Genève: Le consortium contrôlé par Glencore et le fonds souverain du Qatar ont annoncé lundi avoir conclu un accord pour céder pour...

lundi 16 octobre 2017 à 18:31

Le pétrole monte, la production perturbée en Irak par les te…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens alors que la production des deux principaux champs pétroliers de Kirkouk...

lundi 16 octobre 2017 à 18:07

France: les prix des carburants ont baissé la semaine derniè…

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont légèrement reculé la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés lundi.

lundi 16 octobre 2017 à 15:48

Le pétrole, porté par les tensions en Irak, ouvre en hausse …

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, porté par un regain de tensions...

lundi 16 octobre 2017 à 15:43

Kurdes: le pompage des deux principaux champs pétroliers de …

Bagdad: Le pompage dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk, province où les troupes gouvernementales irakiennes ont lancé une opération aux...

lundi 16 octobre 2017 à 13:02

Ryad étudie plusieurs options pour l'introduction d'Aramco e…

Ryad: L'Arabie saoudite continue d'examiner plusieurs options pour l'introduction en Bourse d'Aramco, a déclaré samedi un porte-parole du géant pétrolier saoudien.

lundi 16 octobre 2017 à 12:51

Ordonnances: la CGT pétrole menace de grève à compter du 23 …

Paris: La CGT pétrole exige lundi "l'ouverture d'une négociation immédiate" avec le ministère du Travail, le patronat et les syndicats de la...

lundi 16 octobre 2017 à 12:36

Le pétrole monte, la tension croît au Kurdistan irakien

Londres: Les prix du pétrole étaient soutenus lundi en cours d'échanges européens par les craintes que les tensions en Irak entre le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite