Menu
RSS
A+ A A-

Opep: statu quo sur l'offre, El-Badri secrétaire général encore un an

prix-du-petrole (synthèse)</p(synthèse):

(synthèse)


Vienne - Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui a décidé mercredi de laisser inchangé son plafond de production, ont échoué à s'entendre sur la nomination d'un nouveau secrétaire général et ont reconduit le Libyen Abdallah El-Badri pour un an.

"Nous allons maintenir" le plafond de production actuel, fixé à 30 millions de baril par jour (mb/j) pour l'ensemble des 12 Etats membres, "rien ne change à la situation actuelle", a indiqué le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi à l'issue de la 162e réunion ministérielle du cartel à Vienne, son siège.

Ce plafond, adopté en décembre 2011 et reconduit en juin sans impartir de quotas individuels par pays, est cependant largement dépassé par la production réelle, puisque les 12 Etats membres pompaient en novembre 31,22 mb/j de brut au total, selon des chiffres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Et ce en dépit de l'effondrement de la production iranienne (-25% en un an), pénalisée par les sanctions internationales, l'Arabie saoudite ayant gonflé son offre pour compenser et l'Irak continuant de gonfler sa production à mesure de l'essor du secteur pétrolier du pays.

"Le marché est suffisamment approvisionné (...) nous produisons ce dont le marché a besoin", s'était cependant justifié avant la rencontre le ministre émirati de l'Energie Mohamed ben Daen al-Hamili, se disant "satisfait" des prix actuels du baril, stabilisés depuis deux mois autour de 110 dollars à Londres.

Si le statu quo sur le plafond de production était largement attendu, les membres de l'Opep ont cependant prévenu dans le communiqué final de la réunion qu'ils "se tiendraient prêts à réagir rapidement à tout développement ayant un impact négatif sur le marché du pétrole".

"La demande pour le brut de l'Opep devrait se contracter à 29,7 mb/j en 2013", a ajouté le communiqué, relevant "le pessimisme croissant à propos de la conjoncture économique mondiale", dont la dégradation pourrait plomber une demande énergétique déjà fragile.

"Les pays de l'Opep, y compris l'Irak, ne devraient pas produire plus de 30 mbj", a insisté le secrétaire général M. El-Badri, assurant que, même en l'absence de quotas individuels actualisés, "chaque pays connaît la part de production" qui lui est imparti.

DISCUSSIONS ARDUES SUR LA SUCCESSION

Dans ce contexte, "il se peut que nous réduisions notre production au cours des prochains mois", a-t-il ajouté.

Les discussions sur la désignation d'un successeur à Abdallah El-Badri, secrétaire général depuis 2007 et dont le mandat prend fin décembre, se sont en revanche avérées bien plus ardues. Faute d'accord, le Libyen a finalement été maintenu à son poste pour une année supplémentaire.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi a indiqué qu'il n'était "pas déçu", qualifiant M. El-Badri de "très expérimenté". Il s'agit d'une "très très bonne décision", a-t-il affirmé.

Déjà laissée en suspens en juin, la nomination d'un nouveau secrétaire général devrait donc être désormais examinée le 31 mai, lors de la prochaine réunion du cartel.

Trois candidats se disputent ce poste essentiellement honorifique: l'Arabie saoudite a ainsi présenté son ancien gouverneur à l'Opep, Majid al-Moneef, tandis que l'Irak et l'Iran ont proposé d'anciens ministres, Thamir Ghadhban et Gholam Hossein Nozari, mais aucun d'entre eux n'a été à même de faire consensus.

Désigné pour un mandat de trois ans renouvelable une fois, le secrétaire général de l'Opep a principalement une fonction de représentation, mais est aussi chargé de favoriser les rapprochements entre les vues, souvent divergentes, des Etats.

"Reconduire El-Badri était la décision la plus pragmatique sur laquelle ils pouvaient s'entendre", a indiqué à l'AFP Karin Kneissl, analyste indépendante experte des marchés énergétiques, notant que "ce n'est pas la première fois de voir l'Opep dans l'impasse en raison de la rivalité entre des candidats saoudien et iranien".

rp



(AWP / 12.12.2012 17h00)


Commenter Opep: statu quo sur l'offre, El-Badri secrétaire général encore un an


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 24 juillet 2017 à 05:56

Le pétrole en légère hausse en Asie

Singapour: Les cours du brut étaient orientés en légère hausse lundi, avant la réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

lundi 24 juillet 2017 à 05:07

Pétrole: croissance économique ralentie au Moyen-Orient

dubaï: La croissance économique au Moyen-Orient et en Afrique du nord est en passe de connaître un ralentissement considérable cette année alors...

vendredi 21 juillet 2017 à 20:58

Le pétrole termine en nette baisse, marché tourné vers l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont signé une nette baisse vendredi, perdant le terrain gagné la veille sur fond d'inquiétudes...

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite