Menu
RSS
A+ A A-

Poursuite de la flambée sur fond de craintes pour l'approvisionnement

prix-du-petroleLondres : Les cours du pétrole poursuivaient jeudi leur envolée, atteignant de nouveaux sommets depuis deux ans et demi à près de 120 dollars le baril à Londres et plus de 100 à New York, toujours poussés par les troubles en Libye, et la crainte d'un "effet domino" dans le monde arabe.

Vers 12h30 GMT (13h30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 114,79 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 3,54 dollars par rapport à la clôture de mercredi.

Vers 07h55, le Brent était monté jusqu'à 119,79 dollars, un sommet depuis le 22 août 2008, date depuis laquelle il n'a pas évolué au-dessus de 120 dollars.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril valait 100,88 dollars, grimpant de 2,78 dollars. En fin d'échanges asiatiques, le WTI avait atteint 103,41 dollars le baril, son niveau le plus élevé depuis fin septembre 2008.

"La poursuite des troubles en Afrique du Nord et au Moyen-Orient et le ralentissement de la production en Libye continuent de donner un fort coup de pouce aux cours du brut", observaient les analystes de Commerzbank.

La Libye, important producteur d'or noir, est le théâtre depuis dix jours d'une révolte populaire contre le dirigeant Mouammar Kadhafi, en place depuis 1969. La répression des manifestations dans le pays a déjà fait des centaines de morts.

Le groupe italien ENI, premier producteur étranger en Libye, a annoncé jeudi que sa production d'hydrocarbures a été réduite de plus de 50% à 120'000 barils par jour dans le pays, à cause des violences.

Plusieurs autres compagnies pétrolières opérant dans le pays avaient déjà fait état d'un ralentissement, voire d'une suspension de leurs activités, à l'instar des groupes allemand Wintershall, français Total et espagnol Repsol.

Membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la Libye était en 2009 le quatrième producteur africain de pétrole, et l'un des vingt plus gros producteurs de pétrole au monde, selon l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Au-delà des inquiétudes sur la production libyenne, l'irrésistible ascension des cours était surtout alimentée par le fait que "les investisseurs craignent que les soulèvements populaires en Egypte et en Tunisie, ainsi que les violences qui frappent la Libye, ne s'étendent au Moyen-Orient, avec des risques déjà importants à Bahreïn", expliquait Kathleen Brooks, analyste chez Forex.com.

Et la crainte principale des investisseurs est de voir l'Arabie saoudite, le premier producteur de l'Opep, touchée à son tour.

En une semaine, les troubles en Libye ont fait engranger aux cours du brut 19 dollars à Londres et près de 17 dollars à New York, "une ébauche de l'impact, sur une reprise économie mondiale toujours fragile, qu'aurait" une contagion de la contestation à l'Arabie saoudite, prévenait Mme Brooks.

En effet, l'envolée des prix du pétrole, qui pourraient selon certains analystes atteindre de nouveaux sommets historiques au-delà de 200 dollars le baril, accentue les tensions inflationnistes au niveau mondial, s'accordent à dire les observateurs.

Pour Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix, en l'absence d'une hausse de la production de l'Opep pour contrer les risques qui pèsent sur les approvisionnements, une autre possibilité serait que la flambée des cours entraîne une baisse de la demande mondiale, ce qui viendrait peser sur les prix. Mais une telle situation "risquerait d'entraîner des conséquences dramatiques pour l'économie mondiale", mettait en garde M. Jakob.

cha

(AWP/24 février 2011 14h01)

Commenter Poursuite de la flambée sur fond de craintes pour l'approvisionnement


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 18 août 2017 à 21:36

Le pétrole termine la semaine sur une très bonne note

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé vendredi sur une bonne note une semaine marquée par une hausse de la...

vendredi 18 août 2017 à 18:14

Le pétrole remonte dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché hésitant, après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 17:31

Pétrole: Pdvsa (public) paie les intérêts de sa dette

Caracas: La compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA a démenti vendredi les rumeurs d'un possible défaut de paiement, dans un contexte de profonde...

vendredi 18 août 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en petite hausse à New York à la fin d'une …

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en très légère hausse vendredi, à la fin d'une semaine de baisse au...

vendredi 18 août 2017 à 12:34

Le pétrole stable avant une nouvelle réunion de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché hésitant après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 06:27

Le pétrole recule légèrement en Asie

séoul: Les cours du pétrole reculaient légèrement en Asie vendredi, les investisseurs ignorant la baisse des stocks de brut américain pour privilégier...

jeudi 17 août 2017 à 21:27

Le pétrole termine en hausse, hésitant entre stocks et produ…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi, à l'issue d'une séance hésitante au cours de laquelle les...

jeudi 17 août 2017 à 18:12

Le pétrole rebondit, le marché reste prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en fin d'échanges européens dans un marché incertain après des données contrastées sur les réserves...

jeudi 17 août 2017 à 15:27

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York, plombé par la …

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en légère baisse jeudi à New York, restant timorés au lendemain de l'annonce d'une...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite