Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite, miné par les craintes sur l'économie chinoise

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient à Londres et se stabilisaient à New York lundi en fin d'échanges européens, dans un marché nerveux, toujours agité par les craintes sur l'économie chinoise, après des indicateurs ternes et en dépit de l'espoir de mesures de relance par Pékin.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 111,71 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 68 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance grignotait 6 cents, à 92,25 dollars.

"Les prix du pétrole ont commencé la semaine sur une note mitigée, alors que le moral des opérateurs est toujours plombé par les inquiétudes persistantes sur le ralentissement de l'économie mondiale et l'impact négatif que cela aura pour la demande de pétrole" au quatrième trimestre, qui débute lundi, soulignait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

Ainsi, "le marché était sous pression après des indicateurs décevants en Chine, qui ont miné l'appétit (des investisseurs) pour les actifs jugés risqués", comme le pétrole brut, même si ces chiffres moroses pouvaient aussi renforcer "la possibilité de nouvelles mesures de relance" par Pékin, indiquait-elle.

L'indice PMI officiel publié lundi en Chine a montré une contraction en septembre de l'activité manufacturière du pays. Un autre indice PMI, publié samedi par la banque HSBC, a lui aussi enregistré une contraction le mois dernier, pour le 11ème mois consécutif.

Or, sur fond de ralentissement de la croissance économique mondiale, "le fléchissement de l'activité à l'intérieur comme à l'extérieur" de la Chine est de nature à inquiéter les investisseurs sur la vigueur de la demande énergétique du géant asiatique, deuxième pays consommateur de brut, indiquaient les experts d'IG Markets.

Les cours ont cependant connu des échanges en dents de scie, dans "un volume d'échanges modéré en l'absence des investisseurs chinois, en raison d'une semaine de congés à l'occasion de la fête nationale", précisait Addison Armstrong, analyste du courtier Tradition Energy.

Le WTI échangé à New York a même tenté de se reprendre en début d'échanges américains, après l'annonce d'un rebond plus fort qu'attendu de l'activité des industries manufacturières aux Etats-Unis en septembre, mais le cours du baril new-yorkais peinait à se maintenir en hausse.

Les investisseurs optaient en effet pour la prudence au début d'une semaine riche en indicateurs économiques, avec notamment les chiffres de l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis mercredi, avant le rapport officiel mensuel sur l'emploi américain vendredi, considéré comme un baromètre de la première économie mondiale.

La baisse des prix du pétrole restait toutefois contenue par les tensions géopolitiques persistantes au Moyen-Orient, "qui fournissent un soutien au marché", alors que "le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a demandé la semaine dernière l'établissement d'une ligne rouge", c'est-à-dire une limite d'activité à ne pas franchir "pour le programme nucléaire iranien", estimait Tamas Varga, du courtier PVM.

Les tensions croissantes entre l'Iran et Israël font redouter aux investisseurs le déclenchement d'un conflit susceptible de perturber fortement la production pétrolière de la région.

rp



(AWP / 01.10.2012 18h31)


Commenter Le brut hésite, miné par les craintes sur l'économie chinoise


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite