Menu
RSS
A+ A A-

Le brut chute sous le seuil de 92 dollars le baril à New York

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les prix du pétrole ont chuté sous le seuil de 92 dollars le baril mercredi à New York, plombés par un bond inattendu des stocks de brut américains, le marché s'interrogeant sur les intentions de l'Arabie saoudite, qui tenterait d'agir pour enrayer la hausse des cours.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre a plongé de 3,31 dollars, à 91,98 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), s'établissant ainsi à des niveaux plus vus depuis début août.

De même, à Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 108,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, décrochant de 3,84 dollars par rapport à la clôture de mardi, et revenant également à des seuils plus observés depuis le début du mois précédent.

Les prix du brut peinaient ainsi à se ressaisir après un premier plongeon violent lundi, dans un contexte d'abondance accrue de l'offre.

"Le grand facteur de la journée a été la forte hausse des réserves des stocks aux Etats-Unis comme l'ont révélé les chiffres du département de l'Energie" (DoE) publiés dans la matinée, a noté James Williams de WTRG Economics.

"La hausse était très importante: 8,5 millions pour les stocks de brut, 11,4 millions de barils pour les réserves, toutes catégories confondues, même si l'on a pu voir un léger recul du côté des stocks d'essence et des produits distillés", a-t-il détaillé.

L'expert a estimé qu'une partie de cette hausse pouvait s'expliquer par le ralentissement de l'activité des raffineries pendant le passage de la tempête tropicale Isaac sur le golfe du Mexique.

D'autre part, la hausse des prix était "contrariée par des informations de presse selon lesquelles l'Arabie saoudite projette de faire tout ce qui est en son pouvoir" pour faire baisser les prix du marché, ont indiqué les analystes de Commerzbank.

Déjà premier exportateur mondial, l'Arabie saoudite est devenue en mars le premier producteur de pétrole de la planète en portant sa production à 9,923 millions de barils par jour (mbj), devançant la production russe, qui est de 9,920 mbj.

Selon "des informations de presse, (...) l'Arabie saoudite est prête à pomper à nouveau plus de 10 millions de barils de brut par jour (mbj) pour avoir davantage à offrir aux raffineurs du monde entier", a expliqué de son côté David Hufton, analyste du courtier PVM.

Or, "ces rumeurs ont une certaine crédibilité vu l'état de l'offre et de la demande sur le marché", a indiqué M. Williams. "Même après la chute de près de 4 dollars (mercredi), le prix actuel ne paraît pas justifié, et l'on pourrait facilement défendre un recul des prix jusqu'à une fourchette de 80 dollars" pour le baril de WTI, a-t-il ajouté.

Mais c'est surtout la morosité de l'environnement économique qui pourrait tirer encore davantage les prix vers le bas: "les pays du Golfe ont déjà nettement augmenté leur offre (depuis le printemps) et le marché est en ce moment largement approvisionné. En fait, il n'est pas clair qu'il y ait une grosse demande supplémentaire pour le pétrole saoudien", a estimé Julian Jessop, analyste du cabinet d'études Capital Economics.

Pourtant, "les risques géopolitiques et l'humeur des marchés financiers semblent aller à l'encontre de toute baisse des prix", ont nuancé les analystes de Commerzbank, se référant à la vague de protestations anti-américaines secouant le monde arabo-musulman et aux mesures de relance annoncées dernièrement par les banques centrales pour stimuler l'économie mondiale.

rp



(AWP / 20.09.2012 06h21)


Commenter Le brut chute sous le seuil de 92 dollars le baril à New York


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite