Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite, tiraillé entre la Fed et des indicateurs chinois moroses

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient lundi en cours d'échanges européens, tiraillés entre des indicateurs ternes en Chine, deuxième consommateur de brut de la planète, et les espoirs de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) agir pour stimuler l'économie aux Etats-Unis.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour livraison en octobre, valait 114,76 dollars, en hausse de 51 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 2 cents, à 96,40 dollars, oscillant autour de l'équilibre.

"C'est un début de semaine sans enthousiasme (sur le marché du pétrole), qui reflète le manque d'élan sur l'ensemble des marchés européens dans l'attente de décisions clefs" mercredi, un verdict de la cour constitutionnelle allemande sur le Mécanisme européen de stabilité (MES) et la réunion de politique monétaire de la Fed, observait Jack Pollard, analyste du courtier Sucden.

Les investisseurs spéculent sur la possibilité de mesures supplémentaires de la part de la banque centrale pour secourir une économie américaine toujours à la peine, comme en ont témoigné vendredi des chiffres décevants faisant état de créations d'emplois moins importantes que prévu en août dans le pays.

Des mesures de soutien de la Fed sont de nature à stimuler les achats de matières premières, mais aussi à diluer la valeur de dollar -- ce qui rend plus attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine.

Et c'est de fait un net affaiblissement du billet vert vendredi après la publication du rapport sur l'emploi qui a donné un coup de pouce aux prix du pétrole, rappelait Andrey Kryuchenkov, expert de VTB Capital.

Mais ce mouvement s'est essoufflé lundi, alors que les investisseurs continuent de s'inquiéter des effets d'un environnement économique morose sur la demande énergétique mondiale.

"Il faut s'attendre à ce que le marché reste dominé par la nervosité avant la réunion de la Fed. (En attendant), les cours du baril restent cantonnés dans une fourchette étroite, alors que les indicateurs macroéconomiques sont très loin d'être idéaux dans les principaux pays consommateur de brut", les Etats-Unis et la Chine, continuait M. Kryuchenkov.

De fait, "le ralentissement de l'économie commence à pénaliser ses importations de pétrole", ce qui est de nature à refroidir les investisseurs, abondaient les experts de Commerzbank.

Selon des chiffres officiels publiés lundi, les importations de brut du géant asiatique en août ont dégringolé de plus de 15% par rapport à juillet, glissant à leur plus bas, à 18,4 millions de tonnes (soit 4,35 millions de barils/jour).

L'ensemble des importations chinoises a accusé le mois dernier une baisse inattendue, et Pékin a fait état dimanche d'une hausse de sa production industrielle en août la plus faible depuis plus de trois ans, autant d'indices confirmant le ralentissement de la croissance de la deuxième économie mondiale.

Mais "ces statistiques moins bonnes que prévu peuvent aussi être interprétées positivement (par les investisseurs) comme ouvrant la voie à de nouvelles mesures de relance" par les autorités chinoises, tempérait M. Pollard.

Selon des médias officiels vendredi, Pékin a déjà donné son feu vert à un ensemble d'investissements de plus de mille milliards de yuans (158 milliards de dollars) pour développer 55 projets d'infrastructure dans le pays.

rp



(AWP / 10.09.2012 13h02)


Commenter Le brut hésite, tiraillé entre la Fed et des indicateurs chinois moroses


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 21 novembre 2017 à 21:08

Le pétrole profite de propos favorables à un accord de l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse mardi, profitant de signaux optimistes sur...

mardi 21 novembre 2017 à 18:19

Le pétrole stable, prudence des marchés avant la réunion de …

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient mardi en fin d'échanges européens alors que les investisseurs restaient prudents à une dizaine de...

mardi 21 novembre 2017 à 18:11

Pétrole/corruption: six dirigeants de la filiale américaine …

Caracas: Les autorités vénézuéliennes ont arrêté le président et cinq vice-présidents de Citgo, la filiale américaine du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA, pour...

mardi 21 novembre 2017 à 15:29

Le pétrole en hausse à New York, saluant des commentaires ir…

New York: Le pétrole new-yorkais évoluait en hausse mardi peu après l'ouverture, les investisseurs saluant des commentaires rassurants quant à l'éventuelle prolongation...

mardi 21 novembre 2017 à 12:16

Le pétrole remonte, le marché hésite avant Thanksgiving

Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché peu actif alors que les échanges seront interrompus...

mardi 21 novembre 2017 à 10:59

Fin des hydrocarbures: pas d'accord entre députés et sénateu…

Paris: Pas d'accord: les députés et les sénateurs ont échoué mardi à trouver une version commune du projet de loi sur la...

mardi 21 novembre 2017 à 10:39

Norvège: production pétrolière plus faible que prévu en octo…

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté en octobre, mais ressort en deçà des...

mardi 21 novembre 2017 à 06:01

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Le pétrole rebondissait mardi en Asie, mais les gains demeuraient limités avant une réunion de l'Opep au cours de laquelle le...

lundi 20 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole baisse à dix jours d'une réunion stratégique de l…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en baisse lundi, les investisseurs se montrant prudents...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite