Menu
RSS
A+ A A-

Hésitation entre prises de bénéfices et bons indicateurs américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole cherchaient une direction vendredi en fin d'échanges européens, entre des prises de bénéfices après deux séances en nette hausse d'un côté, et des indicateurs américains encourageants et des craintes sur l'offre au Moyen-Orient et en mer du Nord de l'autre.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour livraison en octobre, dont c'est le premier jour comme contrat de référence, valait 113,72 dollars, en baisse de 1,55 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre gagnait 4 cents à 95,64 dollars, après être monté vendredi à 95,91 dollars, son niveau le plus élevé depuis trois mois et demi.

"La chute du cours du Brent s'explique en grande partie par le changement de contrat de référence", celui pour livraison en septembre ayant expiré jeudi à un niveau de 2,50 dollars inférieur à celui pour livraison en octobre qui a pris le relais, soulignaient les analystes de Commerzbank.

Par ailleurs, des investisseurs pouvaient être tentés d'engranger quelques bénéfices après deux séances de nette hausse, alimentées par l'annonce mercredi d'une diminution plus importante que prévu des réserves de brut américaines (un signe encourageant sur la consommation énergétique du pays), et par les tensions géopolitiques persistantes au Moyen-Orient.

Mais le WTI parvenait tout de même à amorcer un léger rebond vendredi, suite à la diffusion d'indicateurs américains meilleurs qu'attendu et de nature à rassurer quelque peu les investisseurs sur la demande énergétique des Etats-Unis, premier pays consommateur de brut au monde.

L'indice composite des indicateurs économiques américains a effacé en juillet sa baisse du mois précédent, tandis que le moral des ménages américains est remonté contre toute attente en août.

Par ailleurs, "il ?n'y a aucun doute que la tension monte entre Israël et l'Iran", notait David Morrison, analyste de GFT Markets.

Outre les violences en Syrie, les opérateurs s'inquiètent en effet du scénario d'une guerre que pourrait lancer Israël contre l'Iran et son programme nucléaire, une hypothèse évoquée cette semaine par les médias israéliens.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a de son côté affirmé vendredi que "le régime sioniste est une tumeur cancéreuse (...) Les pays de la région vont en finir prochainement avec la présence des usurpateurs sionistes sur la terre de Palestine", lors d'un discours devant les manifestants réunis à l'université de Téhéran pour la prière collective.

Téhéran, visé par des sanctions internationales (dont un embargo de l'Union européenne (UE) sur le brut iranien), continue de nier que son programme nucléaire ait des visées militaires, mais menace également toujours de fermer le détroit d'Ormuz qu'il contrôle et par lequel transite un tiers du trafic pétrolier maritime mondial.

Par ailleurs, le Brent échangé à Londres devrait rester porté par la perspective d'une réduction de la production pétrolière en mer du Nord, en raison de périodes de maintenance jusqu'à la fin de l'été sur les plateformes de la région.

En revanche, la hausse des prix du baril pourrait aboutir à une diminution de la demande de pétrole, et in fine peser sur le marché, avertissaient les experts du cabinet viennois JBC Energy.

ds



(AWP / 17.08.2012 18h15)


Commenter Hésitation entre prises de bénéfices et bons indicateurs américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

jeudi 14 décembre 2017 à 12:41

Le pétrole hésite, les prévisions de l'AIE et de l'Opep dive…

Londres: Les prix du pétrole oscillaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché qui peine à digérer les rapports mensuels...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite