Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit à son plus haut depuis la mi-mai à New York et à Londres

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont clôturé en nette hausse mardi à New York et à Londres, à leur plus haut niveau depuis la mi-mai, dans un marché volatil, soutenus par une baisse du dollar et par l'anticipation d'une action prochaine des banques centrales pour relancer l'économie.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre a progressé de 1,47 dollar par rapport à son prix de clôture lundi, à 93,67 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) pour même échéance a terminé à 112,00 dollars, en hausse de 2,45 dollars par rapport à la clôture de lundi.

Les cours de l'or noir ont été propulsés à des niveaux que l'on n'avait pas atteint depuis la mi-mai, des deux côtés de l'Atlantique, dopés par un marché de plus en plus enclin au risque, quoique volatil et faible en volume, dans le sillage des autres marchés financiers.

D'autre part, la baisse du billet vert face à l'euro rendait les achats de brut, libellés en dollars, plus attractifs pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les cours de l'or noir franchissaient ainsi de nouveaux seuils techniques, se relevant d'environ 15% pour le Brent et de 22% pour le WTI, un mois et demi après s'être effondrés à la fin du mois de juin, dans un marché alors très inquiet pour la demande.

"Les prix du brut continuent sur leur tendance haussière, dopés par une atmosphère plus optimiste sur les autres marchés, en dépit des nouvelles économiques en demi-teinte en Europe", a ainsi observé Matt Smith, de Summit Energy.

En effet, en zone euro, les commandes industrielles en Allemagne ont reculé de 1,7% en juin sur un mois, une baisse plus prononcée qu'attendu par les analystes, tandis que l'Italie s'est enfoncée dans la récession au deuxième trimestre 2012 avec une contraction de 0,7% de son PIB.

"Un marché qui ne s'effondre pas quand il est confronté à de mauvaises nouvelles est un marché résolument haussier", a continué l'analyste, estimant que le rebond des prix du brut n'était pas encore terminé.

Pour l'analyste spécialiste en matières premières chez Oppenheimer, Fadel Gheit, "la perception du marché a changé, en dépit d'une situation économique toujours mollassonne, d'un taux de chômage élevé et d'une abondance des réserves de brut", aux Etats-Unis notamment.

Outre l'espoir d'une intervention prochaine des banques centrales européenne et américaine pour relancer l'économie mondiale, M. Gheit a estimé que les tensions en Syrie et en Iran notamment, étaient en grande partie responsables de cette tendance haussière.

"Les peurs de conflits dans la région, les craintes d'une perturbation de l'offre en brut" dans cette zone de production pétrolière, "tout cela contribue à la hausse", a-t-il expliqué.

Toujours sur le front de l'offre, la bonne tenue du contrat de Brent pour livraison en septembre "reflète également le resserrement sur l'offre pétrolière en mer du Nord à court terme", alors que de nombreuses plateformes de la région vont connaître des périodes de fermeture pour maintenance entre mi-août et mi-septembre, ont pour leur part estimé les analystes de Commerzbank.

Les investisseurs continuaient de surcroît de surveiller l'évolution de la tempête tropicale Ernesto, qui s'est renforcée lundi dans les Caraïbes et a atteint mardi la force d'un ouragan, selon le Centre national des ouragans américain (NHC), menaçant la péninsule mexicaine du Yucatan.

rp



(AWP / 08.08.2012 06h21)


Commenter Le brut finit à son plus haut depuis la mi-mai à New York et à Londres


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite